Bechet for ever

 

Jazz Magazine/Jazzman évoque rarement (euphémisme), et ce depuis fort longtemps, le jazz dit traditionnel. Lorsque le chroniqueur (d’un âge avancé : 45 ans de collaboration à Jazz Magazine le mois prochain !) et son épouse découvrirent que Jazz Naturel (festival orthézien fêtant, en 2013, et de bien belle manière, son vingtième anniversaire) avait programmé une soirée Hommage à Sidney Bechet, il leur revint en mémoire les boums du début des 60’ où ils se connurent sur les vibratos troublants de « Petite fleur »… Ils décidèrent illico, nostalgie oblige, d’assister à ce concert. Ils faillirent ne pas avoir de places car les réservations furent closes en quelques heures. Un véritable tsunami !

 

 

Olivier Franc (ss), Benoit de Flamesnil (tb), Jean-Baptiste Franc (p), Pierre Maingourd (cb), Daniel Bechet (dr). Orthez, Théâtre Francis Planté, Jazz Naturel (13 avril).

Dans la salle, grosse majorité de « panthères grises » et de « seniors + » (comme on dit à la SNCF) : confirmation, nous étions donc beaucoup de sexagénaires (et plus) dans la salle ce soir là a avoir flirté sur les mélodies de Bechet à l’époque de son immense popularité! Je rappelais même aux couples qui étaient placés à mes côtés (fort dubitatifs… ils ne s’en souvenaient pas ou ne l’avaient peut-être pas su) que lors d’un concert à l’Olympia en 1955 des fans de Sidney cassèrent des fauteuils (avant Johny Hallyday, seuls Lionel Hampton et Gilbert Bécaud déclenchèrent aussi des saccages dans la mythique salle de Bruno Coquatrix…). De ce point de vue pour ce concert orthézien de 2013 les sièges de la salle Planté ne risquaient rien. Attentif et très enthousiaste le public mais… ni casseur, ni « rebelle »…

Sur scène : le fils de Sidney (à la batterie), au soprano Olivier Franc (le fils de René Franc qui fut le clarinettiste de Bechet dès 1949) et au piano… Jean-Baptiste Franc, le fils d’Olivier (donc… le petit fils de René !).

Une « family’s affair » comme on dit…

O. Franc a aujourd’hui 60 ans (et il « pète » le feu). Il a démarré sa carrière en 1973. A l’époque (les 70’ libertaires) , après avoir vénéré les boppers, Mingus, Coltrane et Rollins je n’écoutais pratiquement que du free!

Je n’avais jamais entendu « live » Olivier Franc (mais je me souvenais qu’à l’Académie du jazz, tout récemment, il était passé à deux doigts d’obtenir le prix du jazz traditionnel) et des fans pointus m’avaient moult fois signalé qu’O. Franc était une grosse pointure dans la musique néo-orléanaise (mais pas que : la musique de Duke le passionne aussi). Il est régulièrement invité à La Nouvelle Orleans pour des concerts et hommage à Bechet.

Dès les premières notes de soprano (sur un instrument ayant appartenu à Sidney*), le choc : le son, le phrasé, le vibrato du maître. Découverte assez sidérante. Car avant le free et le jazz moderne, j’avais bien sûr (parcours logique pour beaucoup de jazz fans… sauf les panassiéistes) beaucoup écouté les maîtres du New Orleans et de la swing era et soudain tout « remontait »  et notamment les enregistrement RCA et Blue Note du maître : Black Bottom Stomp, le merveilleux Summertime de 1939, le Sheik of Araby (enregistré en re-recording… Bechet jouant tous les instruments)… A Orthez O.Franc a joué quelques thèmes d’avant 1950 immortalisés par Bechet : avec beaucoup de sensibilité et de subtilité et sans forcer sur le vibrato comme dans beaucoup d’enregistrements français du Bechet d’après 1945. De nombreux tubes de cette période dite Vogue/records (Marchand de Poisson, Dans les Rues d’Antibes, Si tu vois ma mère…) étaient bien sûr au programme (le public était visiblement venu pour çà) et furent joués avec ce fameux puissant et intense vibrato « bechetien ». Quelques surprises : des inédits de Bechet, des musiques de film (Série Noire, Ah quelle équipe…). Bon pédagogue et excellent « MC », O. Franc situe les thèmes dans l’évolution de la carrière de Bechet.

Le quintet tourne comme une horloge suisse. Le jeune Jean-Baptiste (27 ans), sous le regard ému de papa, joue un stride original, délicat et maitrisé. Il rend hommage en solo à un maître méconnu du stride, Donald Lambert qui osa affronter le grand Tatum dans les after hours newyorkais des années 30. Sur les boogies il évite tous les clichés lourdingues et ressassés de cette musique en proposant des solos pétillants et aiguisés… Le trombone n’est pas dans la lignée des tailgates un peu rustiques de Kid Ory et joue plutôt dans la lignée des trombonistes moelleux de Duke.

Lorsque Olivier Franc annonce « Petite fleur » un cri d’extase monte depuis la salle…Les applaudissement crépitent… Des regards s’embuent…

Pour le rappel O. Franc eut la délicatesse de ne pas nous « fourguer » le galvaudé « Oh When The Saints »… avec descente des musiciens dans la salle. Cela ne semble pas être le genre de la maison. Tant mieux. L’excellent niveau du concert aurait alors baissé de plusieurs crans…

 

Message personnel : merci à Jacques Canet, le grand « patron » de Jazz Naturel et responsable du service culturel de la ville d’Orthez de nous avoir dégoté par miracle deux précieux sésames…

 

Pierre-Henri Ardonceau


*Le fils de Sidney Bechet a vendu aux enchères chez Drouot en 2005 le saxophone soprano de son père (marque Buescher, numéroté N131774). Les enchères estimées par le commissaire priseur dans une fourchette de 60 à 80 000 euros sont montées à 120 330 euros. C’est un mécène suisse qui a obtenu la vente. Grand admirateur d’Olivier Franc qu’il considère comme le meilleur « héritier » de Bechet ce mécène lui a confié l’instrument. Pour la petite histoire Woody Allen, lui aussi grand admirateur de Sidney avait « candidaté » pour les enchères mais jusqu’à 100 000 euros seulement !



Le programme à venir de Jazz Naturel

Mardi 16 : Marseille Marseille, le beau projet de Louis Winsberg.

Mercredi 17 : Tribute to Grappelli avec Didier Lockwood, Philipe Catherine et Diego Imbert

Jeudi 18 : Carte Blanche à Marcel Azzola avec entre autres Sylvain Luc et A
ndré Ceccarelli

Vendredi 19 : Electro de Luxe

Samedi 20 : Spécial 20éme anniversaire avec L. Winsberg, Maurane, Jean Jacques Milteau, Graeme Allright, André Minvielle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *