Les belles glissades de Filippo Vignato

CarnielVignato┬®AcAlvoet2016 3

Le tromboniste Filippo Vignato et son complice Enzo Carniel donnaient samedi soir un magnifique concert placé sous le signe d’un hommage très libre à Albert Mangelsdorff.

Filippo Vignato (trombone) , Enzo Carniel (piano), Concert en appartement chez Yan Lorang, quartier St Eustache (paris)

C’est très naïf de le dire comme ça, mais j’adore le trombone. J’adore cette manière de dire des choses émouvantes avec toujours une trace de maquillage écarlate sur le nez. J’adore cet instrument où le son vous arrive sur un matelas de nuages. Mais le trombone n’est pas seulement le meilleur ami du brouillard. Il a aussi une connivence secrète avec les notes trouées, bancales, étirées jusqu’à la torsion. il appelle la glissade et l’esquisse. Or, justement, Filippo Vignato maîtrise formidablement cet art de la glissade.

CarnielVignato┬®AcAlvoet2016 5

Il pratique (influencé par Albert Mangelsdorff) la diphonie et même de la triphonie (en chantant dans son instrument pour ajouter une voix). Parfois, Filippo Vignato semble même une controverse à lui tout seul. Il émet des rafales de sons, contredites par une note énoncée avec violence voire avec rage, avant de terminer par des modulations qui ressemblent à des baisers mouillés.

CarnielVignato┬®AcAlvoet2016 2

Dans ces moments de soliloque, on croirait entendre un schizophrène prisonnier de ses voix intérieures. Dans la panoplie des sons, Vignato sait recourir à des notes étranges qui semblent aspirées. Il fait en outre un usage très personnel de la sourdine, qu’il utilise moins pour son expressivité que pour nourrir son travail sur le timbre.

CarnielVignato┬®AcAlvoet2016

En s’attardant ainsi sur la manière dont Filippo Vignato traite le son, on pourrait laisser penser que nous avons assisté à un concert bruitiste. Mais Filippo Vignato sait aussi sortir du brouillard et énoncer, par exemple sur les ballades, des notes aux arêtes franches et nettes. Ce fut le cas par exemple dans l’exposition de I loves you Porgy.

CarnielVignato┬®AcAlvoet2016 6
Filippo Vignato est accompagné dans ses glissades par le pianiste Enzo Carniel. Il se coule dans son sillage avec un grand naturel. Il sait produire un accompagnement qui est en même temps un soutien et un discours parallèle. De temps en temps il se saisit d’un éclat de notes échappé du trombone de Filippo Vignato et en fait son miel. Une belle interaction s’établit entre les deux, avec quelques moments de totale improvisation.
Les deux complices jouent quelques compositions d’Albert Mangelsdorff, des standards (un très beau Dance of the infidels), et quelques compositions de leur cru (Hymne d’Enzo Carniel). Après le concert, on bavarde quelques instants avec Enzo Carniel qui explique de manière simple et modeste la complicité qui le relie à Filippo Vignato (les deux musiciens se sont rencontrés au Conservatoire de jazz de Paris): « Ce n’est pas si compliqué…les timbres du piano et du trombone sont si différents, ça marche presque toujours, même dans les improvisations libres, quand je me lance dans des clusters compliqués… ».
On finira ce compte-rendu en saluant Yan Lorang pour la qualité des musiciens qu’il invite à ses concerts d’appartements.

Texte jf Mondot
Dessins Annie-Claire Alvoët ( nombreux autres dessins et peintures sur le site de l’artiste, www.annie-claire.com, et exposition en cours à Saint Quentin Galerie 115, 115 rue d’Isle)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *