Concert électronique de salon chez Axel Rigaud

 

AR 2

 

Dans un petit appartement du côté des Buttes Chaumont, des jeunes filles et des jeunes gars gazouillent, une bouteille de bière à la main. Ce n’est pas une fête, non, c’est un concert dans l’appartement privé d’un jeune musicien, Axel Rigaud, fraîchement émoulu du CNSM.

 

Buttes Chaumont, appartement privé, Axel Rigaud (flûte, saxophones, machines…)

 

C’est toujours intéressant, et émouvant, un musicien au début de son parcours. Après 4 ans de CNSM, Axel Rigaud commence sa carrière. Il sait déjà très bien ce qu’il veut : mélanger l’électronique et l’acoustique mais ne pas laisser les machines lui manger sur la tête.

Une vingtaine de personnes sont assises dans la pièce principale de l’appartement d’Axel Rigaud. Le jeune musicien a devant lui son tableau de pilotage miniature : un synthétiseur électronique qui commande la boîte à rythme, et un synthétiseur Moog pour les basses. Visuellement c’est un petit clavier entouré de boutons, que le musicien ne cessera de manipuler toute la soirée.

 

AR 3

 

A sa droite, à portée de main, flûte, saxophone ténor, saxophone soprano. Axel Rigaud a pensé aussi à l’atmosphère visuelle qu’il voulait créer. Une demi-pénombre, des guirlandes électriques qui s’enroulent autour de ces machines, des bougies. Derrière le musicien, un écran sur lequel des images abstraites et colorées sont projetées. Ce sont des sortes de fleurs fractales, qui conviennent très bien à certaines séquences répétitives de la musique qui est donnée. Parfois, selon l’inclinaison du jeune musicien, penché sur ses machines, ou buste haut pour jouer du saxophone ou de la flûte, une fleur carnivore fractale dévore la chemise ou le visage d’Axel Rigaud.

Le concert commence par une sorte d’illustrations de ses principes musicaux : utiliser le moins possible de sons préenregistrés. Essayer de tout faire en direct. Le voilà qui se penche sur son matériel (on dit le « set-up ») installe une boucle (on dit un « looper ») en froissant un papier, puis en soufflant dans une conque, puis en frappant un couvercle de casserole. Il ajoute un peu de flûte, installe une ligne de basse aux claviers. Sur ce tapis rythmique et harmonique, il lance quelques arpèges au soprano, avec un gonflement des joues qui révèle sa maîtrise de la respiration circulaire. Le deuxième morceau, OWL, propose une atmosphère plus introspective avec une boucle basée sur un petit riff mélancolique qu’Axel Rigaud joue en direct. Il prend son soprano, et repart pour quelques séquences d’arpèges qu’il joue de manière plus véhémente que sur le premier morceau. Il a sur cet instrument un son magnifique. Avec le pied il module la réverbération. Il pose le soprano, ajoute des effets de distorsions, de grincements, prend le ténor, plus brièvement que le soprano, surtout pour des effets de timbre et de souffle, puis reprend pour finir le soprano. Il déroule ensuite ses petits arpèges hypnotiques a capella, ce qui leur donne encore plus de force. Pour le troisième morceau, il reprend les mêmes ingrédients, mais avec une atmosphère plus enlevée, en privilégiant cette fois le ténor pour des petits motifs avec un effet de réverb sur la dernière note.

Le set a duré à peu près trois quarts d’heure. Des spectateurs ont fermé les yeux, d’autres ont enlevé leurs chaussures. Ce qui frappe chez Axel Rigaud, c’est cet art de créer des atmosphères prenantes, en combinant le mobile et l’immobile, avec ces petites séquences répétitives qu’il sait faire évoluer insensiblement. Sa musique très tenue, est aux frontières du minimalisme, avec un matériel électronique qui lui permettrait pourtant toutes les profusions sonores. Dans la discussion qui suit le concert, puis par téléphone, il analyse ainsi sa démarche: « Aujourd’hui, avec les machines, tu peux jouer en live des choses qu’on ne pouvait faire qu’en studio il y a encore quelques années. En particulier, on peut réintervenir sur certains sons. On a des possibilités incroyables. Mais tu peux avoir tous les sons de la terre à ta disposition, et ne rien  faire de profond. C’est pour cela que j’essaie de travailler sur la limitation… »

 

 

.AR 1

 

L’une des restrictions qu’il s’impose est de ne rien utiliser qui soit pré-enregistré : « ça j’y tiens beaucoup…Dans mon concert de ce soir, il y avait zéro matériel enregistré, seulement quelques riffs en midi que je transforme quand ils passent dans le synthétiseur, mais bon ça fait tout au plus trois phrases dans le set… » dit-il, du ton de quelqu’un qui chercherait à se faire pardonner une légère entorse aux règles de la bienséance et du savoir vivre.

Je lui demande si beaucoup de ses camarades du CNSM intègrent l’électronique à leur démarche : «  Au conservatoire, j’ai rencontré pas mal de gens qui s’intéressent à la musique électronique, mais peu qui franchissent le pas. Moi ça me paraissait évident qu’il fallait essayer d’utiliser les synthétiseurs, les drum machines, les machines qui existent aujourd’hui. Toutes ces machines, il suffit de les apprivoiser… »

Il relate ainsi son parcours dans la musique électronique : «Au début, je faisais des collages sonores, avec des logiciels d’édition. Du coup, tu ne peux pas avoir de performance avec ça. On peut éditer, corriger sans limites. C’est comme d’utiliser photoshop pour la photo. Tu perds tout le risque, tout le côté brut… »

Je lui demande pourquoi il n’est pas allé au bout de sa démarche en réalisant une musique purement électronique : « Parce qu’il y aurait un engagement physique qui me manquerait, même si j’essaye de faire en sorte que les instruments électroniques soient le plus
possible dans le prolongement du corps ».

Il raconte de manière lucide et touchante des envies esthétiques dont il espère qu’elles ne sont pas contradictoires, son attirance pour la complexité et en même temps sa volonté de jouer pour les gens. Dans l’avenir immédiat, il veut prendre le temps de mûrir ses conceptions musicales : « Je vais essayer de trouver un lieu un peu marrant pour donner quelques concerts, un peu comme ce soir. Je voudrais aussi donner des concerts vidéo. Ce que j’aime, c’est proposer aux gens une expérience originale ».

texte JF Mondot

Illustrations AC Alvoët

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *