Le lyrisme ingénu de Vladimir Medail

Medail5┬®AcAlvoet2017

Le guitariste Vladimir Médail fêtait mardi au Sunset la sortie de son premier disque, intitulé « Sur le Pont ».

Vladimir Médail (g), Etienne Renard (contrebasse), Elie martin-Charrière (batterie), le Sunset, 28 février 2017

Medail4┬®AcAlvoet2017

Je ne vais pas me cacher derrière mon petit doigt: J’aime beaucoup Vladimir Médail, depuis que je l’ai entendu aux côtés de la chanteuse Mathilde il y a trois ans. Tous deux interprétaient avec ferveur et délicatesse les standards de Cole Porter. Des morceaux aussi rebattus que Night and Day étaient soudain débarrassés de leur patine grâce à la sensibilité de ces deux musiciens.
Ce que j’aime par dessus tout chez Vladimir Médail, c’est ce lyrisme délicat, presque ingénu à force d’évidence chantante. Je retrouve ces qualités mélodiques dans ses compositions (comme Vladimir est un chouette gars, la plupart sont des bouquets de fleurs adressés à ses proches, qu’il s’agisse de Folk Song for my father, ou Our Sweet home pour sa compagne). La plus belle, la plus lyrique est cette Valse landaise, véritable chanson sans paroles, qu’énonce avec sensibilité le contrebassiste Etienne Renard.

Medail2┬®AcAlvoet2017
je n’avais pas entendu Vladimir Médail depuis plusieurs mois, et je suis frappé de voir qu’il a « musclé son jeu » , comme le disait jadis Aimé Jacquet à Robert Pirès (je demande pardon aux lecteurs de les écraser sous le poids de mon érudition littéraire). Vladimir Médail a rajouté pas mal de bleu à sa palette. Il se lâche aussi plus volontiers la bride, s’autorisant des traits rapides qu’il s’accordait auparavant avec plus de parcimonie, cela est frappant notamment sur Good Night et Don’t give up.

Medail1┬®AcAlvoet2017

Les deux partenaires de Vladimir Médail sont sobres mais ne jouent ni les hommes invisibles ni les dérouleurs de tapis rouge. Elie Martin-Charrière, est un fin coloriste qui ne néglige pas les fondamentaux du groove. Son utilisation des mailloches me paraît particulièrement remarquable.

Medail3┬®AcAlvoet2017

Quant à Etienne Renard, il est d’une impeccable solidité. C’est une belle soirée de musique sensible et chantante. Dès que le tapage et le remuement du monde se feront trop pressants, je sais donc qu’il me restera la possibilité d’aller écouter ce chouette et délicat trio.

Texte: JF Mondot
Dessins: AC Alvoët (autres dessins et peintures à découvrir sur son site wwww.annie-claire.com)
Pour ceux qui voudraient acheter un des dessins figurant sur ce blog, ils peuvent s’adresser à la dessinatrice (annie_claire@hotmail.com).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *