Donarier-Boisseau : le duo très haut

On aurait tort de croire que le jazz le plus élaboré est d’un accès difficile. Il s’est niché samedi soir au Paradis, du nom d’une petite salle culturelle de Périgueux, à l’ombre de la byzantine cathédrale Saint-Front. C’est là que l’association Jazzogène et son président Hans Kuijper, au fait des aventures les plus diverses du jazz contemporain, ont accueilli Matthieu Donarier et Sébastien Boisseau, pour le plaisir d’une bonne soixantaine de spectateurs, dont quelques-uns peu habitués à ce genre de prestation. « Je crois que je vais finir par aimer ça », disait d’ailleurs l’un d’eux à l’issue du concert.


“Wood”

Samedi 3 mai 2014, Le Paradis, Péigueux (24).

Matthieu Donarier (ts, ss, cl), Sébastien Boisseau (b).

 

Au commencement était, est, et sera le son. On ne vous parle ici ni du big bang originel ni du fracas qui accompagnera l’anéantissement définitif de l’univers (dans pas pour tout de suite, d’après ce qu’on m’a dit). On veut seulement évoquer cette concrétion du temps en un présent irrévocable qui s’appelle un concert. Ça fait plus d’une dizaine d’années que Matthieu Donarier et Sébastien Boisseau jouent en duo. Les concerts, ils connaissent, et j’imagine que les leurs démarrent toujours selon un rituel qui n’est pourtant jamais le même puisqu’il s’agit, si je puis dire, d’une “prise de son” improvisée. C’est un souffle, une vibration, l’envol d’un oiseau invisible dont le nid serait le pavillon du ténor de Matthieu, un Selmer Balanced Action pour ne rien vous cacher. Bien sûr, les choses s’organisent immédiatement après, quand Sébastien pince une des cordes de sa contrebasse et qu’on croirait que lui font écho les racines des marronniers de la place Faidherbe où se trouve le Paradis. Et s’il n’était pas question d’arbres samedi soir, il était fortement question de bois : bois comme Boisseau, naturellement, bois de sa contrebasse, bois des anches de Matthieu. Pas étonnant que leur duo s’appelle Wood et que l’édition “de tête” à tirage limité de leur album éponyme (Yolk Records) contienne une sorte de second CD… en bois (une rondelle de sureau, selon les experts forestiers locaux). Le musical dure une quarantaine de minutes. Leur prestation, ininterrompue, nous a amenés jusqu’à l’heure et demie. Une heure et demie d’un jazz hors du temps, qui s’écoute avec la même attention qu’un concert de musique baroque.

Grosso modo, mais plutôt grosso que modo, les morceaux sont les mêmes que ceux de l’album. S’y entrecroisent l’aventure et l’écriture comme s’entrecroisent les lignes suivies par l’un et l’autre musiciens. Une dominante en effet : la mélodie. Et l’harmonie, au sens général du terme. La beauté, si vous préférez, une sorte de beauté exigeante, accidentée, parfaite. Donarier ne se jette pas dans le paroxysme, le cri, la déchirure ; il les utilise quand il veut, à petite dose, privilégiant l’inattendu auquel son compère est bien obligé de répondre, ou de faire écho (la base même du jazz). L’inverse se produit tout autant, et Boisseau ne dédaigne pas les effets comme de pincer ses cordes au-dessus de la main gauche, par exemple. Et c’est dans cette parcimonie justement que lesdits effets font leur effet, prennent tout leur sens ! Je n’ai pas les moyens de décrypter la complexité – ou la simplicité – harmonique de la musique jouée par le duo, je ne peux que constater l’adhésion qu’elle provoque bien plus qu’elle ne la demande. Les moments d’unisson n’ont d’égales que les phases de complémentarité, tout comme la rondeur, l’homogénéité, la suavité, la diversité sonore (y compris instrumentale : ah ! la pureté boisée de la clarinette métal !), le slap, les “jump notes”, le swing de Donarier n’ont d’égales que la profondeur, la justesse, l’intensité foisonnante, la régularité et la précision de Boisseau. Naturellement, ce qui se dit de l’un peut se dire de l’autre !

Autre chose : les corps. Matthieu et Sébastien ont chacun une gestuelle bien particulière. Difficile de savoir si elle a été élaborée en tant que telle ou si c’est la musique qui la réclame. J’opterai tout de même pour la seconde proposition : il y a là un cinéma – images en mouvement – qui n’est pas du cinéma. Matthieu Donarier offre à regarder une relation très personnelle avec son ténor : tantôt il le tient de côté et lui-même adopte une position légèrement incurvée, torse en poupe, comme dans la série ténors de la collection “Gitanes Jazz”, si vous vous souvenez ; tantôt il le tient bien à la verticale mais à bout de bras, comme si son ténor devait le précéder dans une approche plus ou moins lointaine du micro pour varier le son ; sans oublier quelques fléchissements des genoux. Sébastien Boisseau pratique aussi le fléchissement des genoux, mais le volume et la taille de sa contrebasse en font une sorte de partenaire “humanisée”, qu’il s’agit de choyer, d’envelopper dans un jeu qu’on identifie comme une séduction.

Vous avez compris qu’au moindre concert de Wood dans les parages, n’ayez pas peur de bouger, d’y aller. Eventuellement d’y acquérir sur place le CD collector, comme un souvenir, ou mieux comme une madeleine qui vous fera vous souvenir de ce que vous avez vu, vu et entendu. FRS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *