Final à Jazz aux écluses avec le Mega0ctet d’Andy Emler et le Brothers in Arts Quintet

Final à Jazz aux écluses avec le Mega0ctet d’Andy Emler et le Brothers in Arts Quintet

 

Ce Dimanche 21 se clôturait le festival Jazz aux écluses avec le MegaOctet d’Andy Emler sur un nouveau programme tout à trois temps, la version en quintette du projet Brothers in Arts de Christ Brubeck, fils de Dave, et Guillaume Saint-James, patron du festival. En matinée, le quartette de Marion Thomas…

 

Marion Thomas Quartet : Marion Thomas (chant, arrangement), Jeff Alluin (piano), Julien Pinel (contrebasse), Damien Roche (batterie).

 

Après l’annulation de mon avion pour Rabat où je devais assister au dernier soir du festival Jazz au Chellah, les Saint-James m’accueillent un jour de plus à Hédé-Bazouges pour le final de Jazz aux écluses. Me donnant l’occasion d’écouter, le quartette de Marion Thomas, formation adoubée cet été par les festivals de Vannes, Langourla, Malguénac (où j’avais entendu un bref extrait de son récital) et, ce dimanche 22 septembre, par la Péniche Spectacle amarrée dans le bassin de la Madeleine. La chanteuse Marion Thomas a un long parcours derrière elle commencé à la harpe celtique qui l’a conduite des musiques traditionnelles à l’électro, avant qu’elle découvre le jazz chanté auprès de Laurence Saltiel et Michèle Hendricks. Elle a suivi des voies très fréquentées par les meilleurs en Bretagne (stage du Nimbus Orchestra et classe de jazz de Jean-Philippe Lavergne et Jean-Mathias Petri au conservatoire de Saint-Brieuc) s’est fait à son tour une réputation d’enseignante dans la région.


Devenue “auteur-interprète” de ses propres textes, c’est une chanteuse musicienne qui dirige désormais son propre quartette, un orchestre pour lequel elle compose. Son territoire esthétique est celui d’un jazz moderne qui va d’Horace Silver (dont elle chanta hier Peace) à la fusion des années 70, en passant par Wayne Shorter, Herbie Hancock et Joe Henderson dont elle mentionne le répertoire sur son site. L’influence s’en fait ressentir dans l’angularité des contours mélodiques, l’enveloppe harmonique, les appuis rythmiques, les arrangements orchestraux de sa plume et les formes, que son chant assume sans complexe, en paroles ou en onomatopées, d’une voix un peu nasale qu’elle gagnerait à ne pas forcer lorsqu’elle se laisse entraîner par la ferveur de l’improvisation scattée. Franc succès auprès du public. Je suis pour ma part séduit par le répertoire où, comme à Malguénac, j’ai retrouvé dans certains titres quelque chose de la fraîcheur d’inspiration de l’école de Canterburry, au point de l’imaginer volontiers dans un contexte moins littéralement jazz. Voilà en tout cas un jeune quartette qui dispose avec ce répertoire de réels atouts de développement et d’un contrebassiste, Julien Pinel, qui a particulièrement attiré mon attention par un jeu très actif et très musical et qui s’est particulièrement affirmé lors d’une introduction laissant supposer un certain goût pour Charlie Haden et donc un goût certain.

 

Andy Emler MegaOctet : Laurent Blondiau (trompette), François Thuillier (tuba), Philippe Sellam, Guillaume Orti (sax alto), Laurent Dehors (sax ténor, musette bourbonnaise), Andy Emler (piano), Claude Tchamitchian (contrebasse), Eric Echampard (batterie), François Verly (percussions)

 

Mes déconvenues avec Air France sont déjà loin à l’idée de réentendre Andy Emler et ses complices (parmi lesquels Guillaume Orti a pris la place de Thomas de Pourquery, désormais très requis par son Supersonic). Mon appétit de MegaOctet est d’autant plus grand qu’un nouveau répertoire est annoncé qui n’a encore connu qu’un galop d’essai public, en Allemagne : Obsession 3. Faisant suite à E Total, programme totalement composé totalement en tonalité de Mi, Obsession 3 est une œuvre dominée par l’impair du trois temps (un trois temps où le public aurait tort d’y retrouver l’ivresse de la valse, car c’est d’une autre ivresse différente qu’il s’agit, en partie liée au fait qu’il aura souvent du mal à y retrouver ses petits trois temps.)

 

En pièce d’ouverture, une sorte de synthèse où j’ai l’impression de retouver tous les ingrédients qui font la musique d’Andy depuis la création du MegaOctet voici 26 ans, voire la création du quintette il y a 30 ans : grooves virtuoses tractés par la puissant couple locomotive-tender Tchamitchian-Emler, polyrythmies étourdissantes de l’autre tandem Echampard-Verly… mais s’agit-il bien d’un tandem, tant Verly fait preuve d’ubiquité, entrelaçant les fonctions mélodiques et rythmiques, participant de la polychromie du groupe porté par des unissons hors d’haleine, carillons et canons, polyphonies foisonnantes, clairière soudaine d’apaisement où les vents font onduler à perte de vue les herbages harmoniques plantées par le piano, jusqu’au mystère de ce bourdon frissonnant, mi-joué mi-chantonnné, qui ouvre la pièce, repris par celui de la musette bourbonnaise de Laurent Dehors, moment atypique de la musique d’Emler, mais (outre que cette cornemuse s’est déjà fait entendre par le passé au sein du MegaOctet) l’atypique, l’insolite et l’inattendu font aussi partie de la musique du compositeur chef d’orchestre.

 

S’ensuivra une série de prodigieux récits sonores où chaque soliste trouvera l’écrin narratif propre à se raconter en solo, de François Thuillier auquel est dédié la seconde pièce du programme, Docteur solo, à la pièce finale qui ouvre longuement son espace de jeu au duo de Philippe Sellam et Andy Emler, si accoutumé l’un à l’autre qu’ils donneront le sentiment d’une course poursuite perpétuelle où le premier se dérobe sur des terrains constamment renouvelés chaque fois qu’il se sent cerné par le second (et je paraphrase dans cette métaphore les propos qu’échangeaient les deux complices dans les coulisses après le concert), en passant par une prétendue ballade (nouveau feu d’artifice sonore) écrite pour Laurent Blondiau qui lui prête une trompette toujours plus virtuose et profonde, picturale et plastique, capable du plus pur au plus admirablement growlé. Ailleurs, c’est Laurent Dehors qui, en duo avec Eric Echampard, pourrait laisser penser qu’il brasse ses meilleurs souvenirs (et en tout cas les nôtres) de Brecker, Shepp et Ayler avec une ferveur irrésistible, tandis que Guillaume Orti nous entraîne dans une espèce de cérémonial zen d’art martial… 

 

Standing ovation. Une vraie standing ovation, pas ce rituel mondain des grands concerts médiatiques où quelques candides se levant da
ns les premiers rangs obligent les rangs derrière à faire de même pour continuer à voir. Non, la musique d’Andy Emler a propulsé ses auditeurs de leurs sièges où elle les y avaient auparavant tétanisés entre effarement et bonheur. Et j’aperçois Chris Brubeck quittant la salle pour rejoindre les coulisses qui lève le pouce en ma direction. Hier au bar, tard dans la nuit, nous l’avions prévenu que l’Andy Emler MegaOctet apporterait des réponses décisives aux questions qu’il nous posait sur le jazz européeen. Il a l’air comblé même si le quintette Brothers in Arts qu’il s’apprête à rejoindre sur scène lui avait déjà fourni des éléments de réponse qui n’avaient pas manqué de le réjouir.

 

Brothers in Arts Quintet : Chris Brubeck (trombone, basse électrique), Guillaume Saint-James (saxophones), Didier Ithursarry (accordéon), Jérôme Séguin (basse électrique), Christophe Lavergne (batterie).

 

M’étant laissé aller à partager une assiette avec les musiciens du Mega, j’arrive au chapiteau alors que le concert suivant est largement commencé. Chris Brubeck, à la basse, est engagé dans un vigoureux et néanmoins amical bras de fer avec Jérôme Séguin. Depuis “Two Generations of Brubeck”, on sait en effet que le fils de Dave est poly-instrumentiste, qu’il a joué basse électrique, contrebasse et trombone au sein des différents quartettes de son père à partir de la seconde moitié des années 70, qu’il joue également piano, guitare et qu’il chante même. Né en 1952, il a joué dans les groupes de pop-rock comme Sky King et New Heaven Blue et on le devine dans son jeu de basse tout comme dans son jeu de trombone qu’il conçoit plus du côté des trombonistes mingusiens que de celui des J.J. Johnson et Slide Hampton. C’est gras, énergique et sonore, généreux tant dans le jeu que dans son implication auprès des Frenchies qui l’entourent et qu’il écoute passionnément, avec un appétit particulier pour l’accordéon de Didier Ithursarry, peut-être parce qu’il y là quelque chose qui existe nullement aux Etats-Unis, aussi parce que Ithursarry est l’une des figures les plus attachantes de l’accordéon français.

 

Les musiciens d’Andy Emler qui réapparaissent dans le public opinent et Guillaume Orti, pour qui, bel euphémisme, les mesures impaires n’ont pas de secret, me demande : « Mais pourquoi ils font ça ? » alors que le quintette vient d’abandonner la signature à 9 temps de l’exposé du Blue Rondo a la turc pour improviser sur le blues en douze mesures à quatre temps. Pourquoi ? Si Dave Brubeck s’est passionné pour ces rythmes impairs découverts lors d’une tournée en Turquie, il n’avait pas assimilé le vocabulaire rythmique qui lui aurait permis d’improviser confortablement sur du 9 temps (et Paul Desmond aurait probablement refusé de se prêter à de telles incongruités, les vélléités polyrythmiques, polytonales, voire dodécaphoniques de Dave lui donnant déjà assez de fil retordre). Chris Brubeck fait lui-même parti de la génération pré-Stevecoleman et ce sont Jérôme Séguin qui, en duo, ramèneront très subtilement la signature rythmique originale en prélude au réexposé du Blue Rondo a la Turc. Take Five est évidemment au programme et Guillaume Saint-James saura y prendre la place de Paul Desmond, sans le faire totalement oublier, mais en gardant ses distances, tandis que Christophe Lavergne s’appliquera à déconstruire le souvenir du solo si soigné de Joe Morello. En rappel, se trouvant à court de répertoire, ce quintette finalement occasionnel reprendra la Liberty Waltz que j’avais découverte en arrivant et Chris reprendra sa basse, comme enchanté par les accents populaires que Didier Ithursarry transfigure sur sa “boîte à punaises”.

 

Tard dans la nuit, on m’a raconté que, les jeunes musiciens qui avaient animé toute la journée les bœufs du bar à vin ayant remballé leur matos, Christophe Lavergne conçut un set percussif de fortune et que la jam reprit de plus belle avec les membres du quintette Brothers in Arts. On m’a même dit que l’on dansa valses, pasos et tangos au son de l’accordéon et que Chris se laissa entraîner dans une chenille. On m’avait hélas déjà reconduit à mon hôtel, mais je l’imagine assez bien. Franck Bergerot

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *