header-object

Jazz à Ramatuelle côté piano : Joachim Kühn et Antonio Farao

Fidèle à sa tradition, le festival a fait la part belle au piano au cours des deux dernières soirées, avec le trio de Joachim Kühn et le quartette d’Antonio Farao. Mais le saxophone n’était pas en reste…

Jazz à Ramatuelle : The Amazing Keystone Big Band

Ouverture en fanfare samedi soir pour le festival varois avec l’Amazing Keystone Big Band, qui reprenait son déjà classique « Pierre et le loup… et le jazz », avant de proposer un nouveau programme autour des musiques de films, mettant en valeur la jeune chanteuse Celia Kameni.

Jazz en Baie comme...

 5ème édition du Festival Jazz en Baie (Basse-Normandie) Jazz en B comme...

Jazz em Agosto : MMM Quartet

On retrouve-là deux des artistes qui se produisaient la veille en trio avec Hamid Drake : Fred Frith et Joëlle Léandre. Le quartette, mis sur pied par la contrebassiste, opte pour un début astringent, coupant court aux conversations dans l’assistance et recentrant l’attention de chacun. Celle-ci ne connaîtra aucun fléchissement au cours de l’heure suivante. Place à la Mills Music Mafia…

Jazz em Agosto : Frith/Léandre/Drake

Les musiciens de ce trio inédit sont désireux d’échanger, de susciter ensemble des sons et formes inédits. On peut imaginer que Fred Frith, spectateur dubitatif au concert de la veille (Franz Hautzinger’s Big Rain avec Keiji Haino… et Hamid Drake) ait suggéré d’en prendre le contrepied et de couper court à toute velléité spectaculaire pour mieux se concentrer sur le fond du propos. Ainsi, aucun regard entre les trois partenaires, aucun sourire, aucun signe d’approbation n'est perceptible – tout passe par l’écoute, et la musique. Tant mieux : c’est pour elle qu’on est là.

Amor Fati trio invite Pascal Niggenkemper

Le trio Amor Fati aime à se faire quartette en accueillant de temps à autre des artistes issus de la scène toulousaine mais aussi à des musiciens de passage dans la ville rose (kind of blue depuis les dernières élections municipales). En trois ans, la clarinettiste Elisa Trocmé, le vielliste à roue Dominique Regef, le trompettiste Piero Pépin, les violonistes Arnaud Bonnet et Matthieu Werchowski, le guitariste Thierry di Filippo, le pianiste Marek Kastelnik ou le poète Sébastien Lespinasse ont ainsi adjoint leurs idiosyncrasies créatives à celles du trio partisan de l'ouverture. C'est au tour du contrebassiste Pascal Niggenkemper d'accepter l'hospitalité.

Journal intime invite Marc Ducret à Treignac

Treignac est un village de Corrèze non loin du Plateau de Millevaches. Il n’est donc pas étonnant que Thierry Mazaud et l’association dont il est le président aient créé un festival, Kind of Belou, qui fleure bon l’indépendance de pensée. Il suffit de citer les « têtes d’affiche » des trois soirées qui composaient le festival du 1e au 3 août dernier : solos de Fanny Lasfargues puis de Julien Desprez ; Journal intime avec Marc Ducret, dont les lignes suivantes rendent compte ; enfin, Michel Portal-Vincent Peirani duo.

Où l’on voit Hélène Labarrière danser la gavotte…

Est-ce bien raisonnable ? Le rédacteur en chef de Jazz Magazine a passé son week-end à écouter des musiques folkloriques qui ne lui donnent même l’excuse du métissé (quoique), du tropical, du sub-méditerranéen. Il en a trouvé d’autres…

À Voix Haute, Bagnères-de-Bigorre, une journée basque en Bigorre !

Dans la ville de Tony Poncet (qui s'installa à Bagnères en 1922, à l'âge de 4 ans) on ne saurait manquer de célébrer les voix hautes et fortes, ténor et plus encore. La journée d'hier en fut la preuve, avec la présence de Beñat Achiary, mais aussi de toute la cohorte de basques chantants, jouants et percutants, qui l'accompagnaient. Une journée entièrement basque en Bigorre, voilà qui réconforte quant à l'idée des échanges possibles et souhaitables entre les vallées, et entre les maisons.

Jazz em Agosto : Franz Hautzinger Big Rain

Une affiche fantasmatique, association étonnante de quatre explorateurs aux origines variées (Vienne, Tokyo, Philadelphie, Chicago), pour un set lorgnant du côté du Miles Davis de 1969-75 et évoquant aussi – logiquement – certains travaux de Bill Laswell avec Material ou Sacred System (avec Toshinori Kondo, Graham Haynes ou Nils Petter Molvaer à la trompette…) dans les années 90. Rien de bien neuf donc, musicalement parlant. Rien de très inspiré non plus...

Jazz in Marciac. Sous le signe de Django

Il fut un temps, point si lointain, où le nom de Biréli Lagrène figurait sur les affiches en gros caractères, précédant, en lettres minuscules, celui de Thomas Dutronc. Les choses ont cange, les données sont désormais inversées. Le premier, incontestable virtuose, est devenu un simple invité du second. Ainsi l’imposent les fluctuations de la mode et les aléas de la célébrité.

 

 

JMNUM

 

 Rejoignez nous sur

facebook 

stages-ete


 

jazzmag664-complet-1

 Muziq revient en libraires

Couv Muziq 1

 

muziq2

Commandez vos exemplaire dès maintenant