header-object

50e Jazzaldia San Sebastian (II): Benny et Melody from Philadelphie

 

Un simple effet de mode ? Un truc tendance version spectacle soft plus que hard ? Une nouvelle manie artistique du live ? Voilà que l’on demande au public de devenir désormais partie prenante du concert. De chanter carrément, mots, phrases, onomatopées: qu’importe le contenant vive le résultat. Le doigt du musicien devient signe imperator déclanchant. Le micro du chanteur bascule vers l’audience. Ladies and gentlemen : «Il faut par-ti-ci-per!» Au Pays Basque, terre génitrice de voix, ça fonctionne forcément…A Vitoria sur Spain ou un écho d’Aranjuez Chick Corea, mutin, jouait les chefs de choeur. A San Sebastian successivement un Earth Wind and Fire en démarque, Jamie Cullum, Melody Gardot diva annoncée n’y auront pas résisté. C’est gratuit, ça marche, c’est good !

Saint-Omer Jaaz Festival : Laurent Cugny gagne son pari


Du 15 au dimanche 19 juillet, Saint-Omer, ville du Nord-Pas-de-Calais, a vibré au rythme du jazz. Laurent Cugny était le chef d’orchestre de cette manifestation en terre audomaroise. En qualité de directeur artistique, le pianiste a proposé deux points d’orgues à cette première plutôt de haute volée : de vibrants concerts de son Gil Evans Paris Workshop mais aussi du Brussels Jazz Orchestra accompagné par David Linx et l’esprit de Brel.

Festival Radio France & Montpellier, coda et postlude

Conclusion brillante pour l'édition 2015 des concerts de jazz du Festival de Radio France & Montpellier Languedoc Roussillon. Le 23 juillet avec la vocaliste Leïla Martial, dans une performance étonnante ; et le 24, devant plus de 1800 spectateurs (il fallut fermer l'accès pour cause de jauge dépassée....), avec le jazz version Gwo Ka de la Guadeloupe, et Sonny Troupé, pour une musique qui remue l'âme et les pieds, d'une geste fédérateur.

50e Jazzaldia San Sebastian : Jamie Cullum, le buzz entre les gouttes (1)

Txirimiri o chuvascos – pluie fine ou grosses averses – ne font pas peur au public donostiarra. Pour le festival de San Sebastian et son incroyable aficion de fidèles passionnés les gouttes menues, drues voire pissant du ciel à seaux font partie des partitions écrites du jazz en présentation sur les scènes sises en plein air. La «Trini », lieu culte de vieilles pierres entre église et fronton où se sont présentées toutes les valeurs du jazz aussi bien que sur l’immense estrade aux couleurs vertes et blanches d’une multinationale de la bière dominant la plage de la Zurriola (là où un jour Bob Dylan se fit mousser sans dire mot aux cinquante mille fans rassemblés) la lluvia (pluie) peut bien s’inviter. Peu importe: parapluies et ponchos ouvrent les milliers de paire d’oreilles en grand.

Umlaut Big Band à Toulouse : Dansez sur moi

L’autre soir, c’était bal à Toulouse. Non pas les flonflons de la valse musette et de l’accordéon, mais un bal swing dont la musique était interprétée par des jazzmen d’habitude portés vers une musique plus contemporaine. Suffisamment intriguant pour avoir envie d’aller jeter une oreille.

Jazz à Foix : Louis Hayes !!

Depuis quinze ans, le festival Jazz à Foix programme des artistes historiques du jazz rarement présents sur nos scènes hexagonales. En 2014, les amateurs avaient ainsi pu entendre en Ariège Benny Golson, en 2013 Cedar Walton, Harold Mabern en 2012, Roger Kellaway en 2011… On pourrait ainsi remonter le temps jusqu’à la première édition qui accueillit John Hicks. Après Azar Lawrence la veille, ce 22 juillet les festivaliers purent découvrir live un batteur qui appartient à la légende : Louis Hayes.

Marseille Jazz Cinq Continents : Perrine Mansuy (Rainbow Shell) /Charlie Winston ( Curio City)

Le village jazz au cœur du Palais Longchamp continue à vivre au rythme de toutes les musiques, en attendant le final de vendredi qui est la rencontre de deux stars de la musique brésilienne Gilberto Gil et Caetano Veloso.

L’édition 2015 qui dure dix jours et présente pas moins de 19 concerts est marquée de temps forts, de surprises, de créations, de moments moins intenses quand on réunit des propositions artistiques aussi diverses. C’était déjà le cas aux débuts de ce festival qui s’appelait alors Festival des Cinq Continents et qui ne mentionnait pas le nom de la ville, alors que la municipalité constitue l’un de ses soutiens les plus fervents.

Festival Radio France & Montpellier : Pierre Coulon-Cerisier Quartet feat. Géraldine Laurent

Comme à chacune des années récentes, un concert du Festival de Radio France & Montpellier Languedoc Roussillon était en partenariat avec le festival Jazz à Junas, où le quartette s'était produit la veille. Le groupe avait bénéficié en 2014 d'une résidence de création de « Jazz en L'R », association qui fédère les acteurs du jazz (musiciens, lieux de production et de diffusion....) en Languedoc Roussillon. Le concert était une manière d'aboutissement de ces actions croisées.

Festival Radio France & Montpellier : Grand Ensemble Koa

Pour cette soirée 100% montpelliéraine du Festival de Radio France & Montpellier Languedoc Roussillon, la plume de Guillaume Rondelet (résurgence d'un patronyme local, celui de l'hôte de Rabelais en cette ville, en 1530) reprend un service délaissé voici quelques lustres à Jazz Magazine, et aussi sur le site Musique Française d'Aujourd'hui. La soirée commençait à la Pinède sous les meilleurs auspices avec le groupe de la contrebassiste Gabrielle Koehlhoeffer, et se terminait en apothéose à l'Amphithéâtre avec le Grand Ensemble Koa d'Alfred Vilayleck.

De Jazz à Luz à Jazz à Foix

Pour l’ouverture du festival qu’elle organise, l’association Art’riège avait eu l’ingénieuse idée d’associer un ancien de chez Duke Ellington et Charles Mingus, Jimmy Owens, au quartette d’Azar Lawrence, qui a marqué la discographie de McCoy Tyner. Une rencontre que l’on n’entendra au cours d’aucun autre festival de l’hexagone !

Marseille Jazz Festival, mardi 21 Juillet : Anne Paceo (Circles)/Melody Gardot

Depuis Marseille 2013, profitant de l'effet "capitale européenne de la culture", on peut venir, dans la cité phocéenne, comme à Vienne ou à Juan, en vacancier festivalier, la seconde semaine de juillet pour écouter du jazz. Ce festival populaire de plein air a vu sa fréquentation augmenter ces dernières années, dans une atmosphère conviviale et bon enfant, sans incident ou débordement.

La manifestation avec quinze ans d’existence est ancrée dans la cité, comme en atteste le changement de nom, et l’ouverture à d’autres acteurs culturels, Le TNM de La Criée, l’incontournable MuCEM, le théâtre Sylvain sur la Corniche, en face du célèbre restaurant trois étoiles Passédat. Le festival dure dix jours et accueille expositions (La Note bleue, le Jazz de Loustal), rencontres, projection de films à la BMVR (Bibliothèque municipale à vocation régionale) de l’Alcazar.