header-object

Wiwex ou l’art de la distillation

 

Wi1

Dimanche, à l’occasion de la sortie de leur premier disque (« Equidistant ») se produisait à la Comédie nation  un quartet au nom énigmatique, Wiwex. Sa composition est à elle-seule un manifeste esthétique : une basse, un saxophone, deux percussionnistes. Le message est simple : Tout pour le rythme…

Viktorija Gecyte au scanner d’Alain Jean-Marie

VG JM2 

Mercredi dernier au 38 Riv, Viktorija Gecyte a chanté dans une formule qui ne pardonne rien : celle du duo. Non seulement on ne peut cacher aucune faiblesse mais celles-ci sont éclairées, grossies, exacerbées. L’exercice était d’autant plus intimidant que son accompagnateur, Alain Jean-Marie, a accompagné les plus grandes. Cela s’appelle passer un scanner....

Petite Moutarde ? Un Poco Loco !

Tandis que les fichiers du numéro de mars, dans sa nouvelle formule quittaient les bureaux de Jazz Magazine par les “autoroutes de l’information” en direction de notre imprimeur, dans le Nord de la France, je reprenais, exténué, mais le cœur léger, les chemins buissonniers du jazz vivant que j’avais déserté depuis exactement un mois, pour me rendre, avant-hier 21 janvier, à la Dynamo de Pantin où se produisaient le quartette Petite Moutarde de Théo Ceccaldi et le trio Un Poco Loco de Fidel Fourneyron.

 

Michel, Manu, Vincent, Michael et les autres

C’est l’une de ces bluettes irrésistibles dont le regretté Michael Jackson avait le secret. Produite par Quincy Jones, chantée en duo avec Siedah Garrett, elle fut évidemment n° 1 des hit-parades lors de sa sortie, en 1987. Le directeur de la rédaction de Jazz Magazine l’écoute sur son iPod en marchant dans la rue. Il fredonne le refrain – oh, pas trop fort... Il fait à peine plus d’un degré, mais I Just Can’t Stop Loving You lui réchauffe le cœur et le corps. Mais pourquoi donc a-t-il subitement eu envie d’écouter cette chanson, à 22 heures et des poussières, quelque part entre la Porte des Lilas et la Place Gambetta ?

les flamboyances d'Osiris

Il a fallu retirer quelques sièges du premier rang, et demander aux musiciens de rentrer un peu le ventre pour que les treize instrumentistes d’Osiris (dont une chanteuse) puissent tenir ensemble sur la scène du Sunset. Après quoi, l’orchestre a donné un concert vif, stimulant, flamboyant.Osiris1

Peirani, Portal, tous Charlie à Oloron Sainte-Marie

Sur la scène, Michel Portal ne tient pas en place. Il s’assoit, se lève, fait un pas de côté, marche un peu, passe devant micros et retours de scène, revient à sa chaise. Dans son anche de clarinette il souffle bien sûr, mais parle aussi, grommelle, crie. Sous un dessin pourpre projeté, très évocateur de la série Nous sommes tous Charlieon vit en direct la transe Portal. Jusqu’à cet épisode étrange où, ayant entamé une variation mélodique en solo sur sa clarinette il stoppe net sa phrase musicale pour avouer tout de go à la salle médusée : « Excusez moi, mais vraiment j’ai peur des silences car j’ai l’impression que les gens ne les supportent pas »

Adieu à Ivan Jullien

Tandis que la mort rodait à Paris et dans ses environs sous ses aspects les plus pathologiques, la vie continuait, avec ses naissances, ses peines et ses joies quotidiennes, ses décès aussi comme celui du trompettiste, chef d’orchestre et arrangeur Ivan Julien auquel le monde du jazz était venu dire adieu, cette après-midi 9 janvier  au Cimetière du Père Lachaise. Le 7 novembre 2008, nous avions été l’écouter au Petit Journal Montparnasse où il présentait son nouveau big Band. Souvenirs.

Nous sommes tous des Charlie, in memoriam

hros

Nous sommes tous des Charlie

charlie

Une minute de silence Place de la République à 18h

Charlie-Hebdo : c'est la liberté d'expression qu'on assassine

 

Il n'y a pas de mot assez fort pour exprimer aujourd'hui la tristesse et la colère de la profession. Le massacre perpétré contre la rédaction de "Charlie-Hebdo" est une horreur qui nous frappe toutes et tous. Quand on tue des journalistes, c'est pour faire peur à toute une profession, c'est pour faire taire. Attaquer un journal, c'est vouloir museler la liberté d'expression dans une démocratie. 

Le fait que ce soit Charlie-Hebdo qui ait été visé est un symbole important. C'est la liberté d'expression qu'on assassine. Le Syndicat National des Journalistes (SNJ), première organisation de la profession, tient à assurer "Charlie-Hebdo" de tout son soutien en ce moment particulièrement cruel. Il tient à assurer les familles de toutes les victimes de cette attaque de toute sa solidarité.

Le SNJ rappelle que, depuis l'été 2014, pas moins de 5 journalistes sont directement menacés de mort pour des articles publiés sur des sujets divers. Hier encore, mardi 6 janvier 2015, un de nos confrères du Monde à reçu une quatrième menace de mort. Le SNJ demande un rendez-vous au Ministre de l'Intérieur pour avoir connaissance de l'état de l'enquête sur l'attentat commis contre "Charlie Hebdo" ce terrible mercredi 7 janvier et des autres enquêtes concernant tous les journalistes menacés.

 

Le SNJ appelle toutes les rédactions à observer une minute de silence, et à un rassemblement citoyen à 18 heures près du siège de Charlie-Hebdo, place de la République à Paris.

Pause Muziquale n° 3 : le grand mix

 

alt

Voyage tangentiel pour la troisième édition de notre désormais rituelle Pause Muziquale. Avec, par ordre d’apparition à l’écran, Public Enemy, Andre Lewis/Mandré, Kidsaredead, Royal Blood, Dick Wagner, Joni Mitchell et Captain Beefheart.

 

JMNUM

 

 Rejoignez nous sur

facebook 

stages 2015


 

jazzcie 673 2015 05 29-1

 Muziq revient en libraires

 

muziq3

 

muziq4

 

Commandez vos exemplaire dès maintenant