Jazz en Comminges, 3. Omar Sosa / Jamie Cullum

Salle archicomble, concert fleuve. Pour son ultime soirée au Parc des expositions (mais durant deux jours encore, samedi et dimanche, le « Off » va se poursuivre dans la ville), cette treizième édition sacrifie à la fusion en tout genre. Laquelle débouche sur les effusions et la liesse. Public que l’enthousiasme – que dis-je, la ferveur ! – pousse en masse compacte au pied de la scène pour mieux communier avec son idole, rappels sans fin. Telles sont les vertus de la world music qu’elle parvient à fédérer jeunes et vieux, amateurs de jazz plus ou moins chenus et néophytes avides de nouveauté et de découvertes.

 

Omar Sosa (p, cla, voc), Leandro Saint-Hill (as, ss, fl, güiro, voc), Childo Tomas (elb, voc), Ernesto Simpson (dm).

 

Jamie Cullum (p, cla, dm, voc), Roy Simmons (tp, g, cla), Tom Richards (ts, cla), Loz Garrat (b, elb), Brad Webb (dm).

 

Saint-Gaudens, Parc des expositions, 15 mai.

 

Omar Sosa ouvre la cérémonie. Le terme n’est pas usurpé tant sa prestation et le message qu’il délivre à travers sa musique accordent une large place au religieux. Ou, si l’on préfère, à la religiosité. Gestuelle et paroles propitiatoires, danses sacrées, invocations, convocation du ban et de l’arrière-ban des divinités de la Santeria et des esprits du culte yoruba. Un rituel auquel nous a habitués le pianiste cubain et qu’il renouvelle, avec d’infimes variantes, à chacun de ses concerts. Tant et si bien que pénétrer dans son univers s’apparente à la célébration d’un culte dont il est à la fois l’ordonnateur et le grand prêtre, revêtu d’une tenue immaculée, symbole sacerdotal inséparable, lui aussi, du personnage. Une magie opératoire qui se révèle efficace.

 

Car ce syncrétisme crée très vite une sorte d’envoûtement auquel il est difficile, voire impossible, de se soustraire, sauf à rester insensible à une musique qui mêle,  quant à elle, plusieurs influences traditionnelles, cubaine (le boléro, la guaracha), sud-américaine (le cha cha cha, repris en chœur par l’assistance invitée à frapper la clave), européenne, caribéenne, africaine, avec des accents résolument actuels. Résultat, un climat irréductible à nul autre, participant d’une « musique du monde » en train de s’élaborer. Un climat qui ne manque pas de charmes, dans tous les sens du terme. Quant à tenter de définir la place qu’y occupe le jazz stricto sensu, on se gardera bien d’entrer dans ce débat épineux…

 

Quoi qu’il en soit, après avoir rendu hommage à B. B. King, disparu la veille et à la mémoire duquel les organisateurs ont tenu à dédier cette soirée, Sosa se révèle expert dans l’art de développer une transe quasi hypnotique engendrée par la réitération de brèves cellules mélodiques. Ainsi un thème minimaliste exposé avec sobriété débouche-t-il sur des développements foisonnants, richement adornés et harmonisés. A ce travail d’alchimiste participent de musiciens experts dans l’art de conjuguer les rythmes, ingrédient indispensable qu’ils dispensent sans compter.

 

Changement d’atmosphère avec Jamie Cullum. Nous restons dans le domaine de la fusion, mais le syncrétisme du pianiste et chanteur britannique consiste, pour l’essentiel, à marier le jazz et ses standards (Just One Of Those Things, What A Difference A Day Makes, Love For Sale) avec la pop. Un rituel, ici encore, mais profane : le célébrant saute du haut de son piano, gambade et bondit, arpente la scène en tous sens, s’arrête un instant pour frapper une caisse claire ou caresser son clavier. Il se fond dans le public qu’il convie, recette éprouvée, à le rejoindre et à participer à la fête, invite une classe de collège à interpréter avec lui, sur scène, un de ses tubes, soigneusement préparé.

 

Une telle mise en scène fait partie d’un show mis au point avec minutie, que ses fans (il n’en manque pas ce soir !) attendent et espèrent. Ils ne seront pas déçus. La générosité de Cullum est réelle. Il se dépense sans compter, déploie un talent de crooner auquel il accorde plus d’importance que par le passé et qui l’a fait comparer, peut-être un peu abusivement, à Frank Sinatra. Il ne se prend pas au sérieux, ce qui rend le personnage éminemment sympathique, et les qualités du musicien sont à la hauteur de celles de l’entertainer. Ainsi se clôt un festival monté en puissance au fil des soirées. Il laisse bien augurer de la pérennité d’une manifestation qui a su rester conviviale, bon enfant, sans viser un gigantisme que d’aucuns prisent plus que tout. Et c’est très bien ainsi.

 

Jacques Aboucaya

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *