Hommage à Chris McGregor, Comptoir du Jazz, Bordeaux

29 Sep 2012 #Non classé

Denis Constant-Martin

L'Afrique du Sud me poursuit. Après Johannesburg en août, à l'invitation du "South African Tourism", voici sur place, à Bordeaux, un hommage rendu à la musique de Chris McGregor par onze têtes venues de Paris, même si l'inspirateur du projet est un pianiste d'origine bordelaise. Il s'appelle Nicolas Cérézuelle, et c'est en présence de Maxine McGregor que cette soirée a lieu au "Comptoir du Jazz", quai de Paludate, dont on vient de rayer d'un coup de bulldozer les anciens abattoirs pour y faire, prochainement, la "Méca", soit "Maison de l'Economie Créative et de la Culture d'Aquitaine". Et c'est Denis-Constant Martin qui inaugure la soirée de gala de l'association "Action Jazz", qui a coordonné tout ça. On y reviendra.

Les universitaires du calibre de Denis-Constant ont cette vertu qu'ils vous font partager leur savoir en toute simplicité, avec un minimum d'effets et un maximum de réussite. Largement inspirée du livre de Maxine sur son époux (1), mais argumentée de façon personnelle avec l'aide de souvenirs précieux et de quelques précieuses photos et exemples musicaux, sa conférence a retenu l'attention, et nous a appris un grand nombre de choses sur les premières années de Chris McGregor dans son pays natal, jusqu'à ce fameux concert d'Antibes en 1964 dont une trace filmée circule actuellement sur les sites dédiés à ce genre de chose. Les "Blue Notes" étaient nés, et Denis-Constant a eu la chance de se trouver là, au moment opportun. Une rencontre qui devait faire trace pour lui, et dont l'avenir a montré qu'elle avait fait trace aussi pour le pianiste sud-africain, qui vient se retirer du côté de Villeneuve-sur-Lot, non loin du lieu de résidence de notre univsersitaire, avant d'y mourir le 26 mai 1990. 

 

Denis Constant-Martin

EN KIOSQUE

20180201 - N° 702 - 84 pages

« Je me suis toujours sentie comme chez moi à Paris » : pour parler de son premier album live...