Actuellement en kiosque

Le Jazz Live

carla et le jury 2 classés dans: Non classé

Carla Bley Docteur Honoris Causa de l’Université de Toulouse

Jeudi 26 mars, le Président de l’Université de Toulouse 2 Le Mirail a remis les insignes de Docteur Honoris Causa à Carla Bley, « musicienne, compositrice et interprète de jazz ». Dans la tradition universitaire française, ce titre, généralement parcimonieusement attribué, est « réservé exclusivement à des personnalités étrangères en raison de services éminents rendus aux Sciences, aux Lettres et aux Arts ».

classés dans: Non classé

Où va Séva…

Branle-bas de caméras dans le hall de la salle des fêtes d’Eymet : six, drivées par Hervé Mazaury et AvuTV, pour l’enregistrement du prochain album d’Eric Seva, CD et DVD, conjoints. Et on ne vous parle pas des prises faites, musique au vent, interviews, dans cette bastide médiévale, tour et cour du château, jardin fleuri, etc. Cette déambulation correspond bien au tempérament d’Eric Séva, « nomade sonore » ainsi qu’il se nomme lui-même et ainsi qu’il appellera son futur album, “live” donc.

classés dans: Non classé

Europa Jazz Festival 2012, le final (4)

Ludovic Florin ayant déjà, sur ce même site, rendu compte avec enthousiasme et précision de la prestation du double trio Delbecq/Hersch, qui se produisait hier au Mans en tout début d’après-midi, je n’ai qu’une chose à ajouter : au Mans, en rappel, ils n’ont pas joué Mood Indigo, mais Lonely Woman. Pour le reste, avis conforme.  

classés dans: Non classé

Double trio Delbecq/Hersch : une réussite !

Le double trio de Benoît Delbecq et Fred Hersch est une grande réussite. A La Dynamo, les deux pianistes ont démontré qu’une telle formation – très rare dans l’histoire du jazz semble-t-il – pouvait aboutir à des résultats somptueux. Cela, notamment, parce que Fred Hersch a su parfaitement se glisser dans le monde si singulier de Benoît Delbecq (qui a composé l’ensemble des pièces). Et comme ce sont des artistes intègres, ils avaient préparé ce répertoire avec le plus grand sérieux. Leur implication fut donc totale.

classés dans: Non classé

Le Jazz Day en photo

C’est la journée du 30 avril qu’a choisi l’Unesco pour célebrer le jazz de par le monde. Voici les premières photos de cette « journée internationale du jazz », présidée par Herbie Hancock, et immortalisée par notre collaborateur, Joachim Bertrand. La suite se trouvera le mois prochain dans votre magazine favori.

classés dans: Non classé

Europa Jazz Festival 2012, le final (3)

Je pourrais reprendre, à propos du solo de Vincent Courtois (violoncelle), quasiment les mêmes termes utilisés hier à vanter les mérites du solo de Vincent Peirani (accordéon), sans oublier de souligner la présence du public, de plus en plus insistante dans le lieu (Collégiale St-Pierre-La-Cour), comme dans la Fonderie pour les concerts d’après-midi. Même si, pour les musiciens, ce n’est pas toujours évident, les concerts de midi ou de cinq heures sont pour les auditeurs une respiration, un bol d’art, accompagné du sentiment de partager quelque chose de rare. Cela dit, le violoncelle plaît, et il se situe sur un versant naturel de noblesse plus facilement que l’accordéon. La performance de Vincent Courtois n’en est que plus impressionnante dans la mesure où il n’a recours qu’à des thèmes de sa composition (ou exceptionnellement de Louis Sclavis), qu’il déplie dans un lyrisme exigeant, une technique sans faille, et un recours plus que minimal à des effets de manche ou d’archet. « Sensuel et perdu » dit un des titres de ce beau récital, à retrouver sur CD « L’Imprévu », Label La Buissonne/Harmonia Mundi. Perdu peut-être, mais pas pour tout le monde…

classés dans: Non classé

Yves Rousseau Quartet à Enghien-les-Bains

Le 5 mai 2012, le Centre des Arts d’Enghien-les-Bains accueillait la dernière création d’une résidence de trois ans du contrebassiste Yves Rousseau, “Akasha”, suite audio-vidéo pour quartette, mise en image par Patrick Volve sur le thème des quatre éléments. Soit quatre mouvements plus un épilogue plus ancien, ce dernier laissant à penser que ce  nouveau programme, prétexte à faire sonner la somme de quatre personnalités aux gestes et aux sonorités sublimes, n’a pas encore dit son dernier mot.

classés dans: Non classé

Yves Rousseau Quartet à Enghien-les-Bains

Une première, une création – il faut la juger comme telle –, et un prétexte : l’Eau, le Feu, l’Air, la Terre, pour une suite en quatre mouvements accompagnée d’une création vidéo. Je retiens en premier lieu que cet orchestre sonne, j’y reviendrais parce que c’est là le plus important. Le vrai prétexte est là. Pour ce qui est de la thématique, pourquoi pas ? Pour ce qui est de la vidéo, disons que ça n’est pas ma tasse de thé. Les prouesses techniques qui président à sa mise en place avec ses « pêches » et « tutti » musique-image m’auront au moins distrait, peut-être hélas de la musique.

classés dans: Non classé

Europa Jazz Festival 2012, le final (2)

Dans ma courte liste des jeunes musiciens du « baby boom » actuel du jazz de France – et je n’emploie pas l’expression par hasard – j’ai oublié Vincent Peirani (mais aussi tant d’autres), qui fait partie avec Emile Parisien du nouveau quartet de Daniel Humair, l’un des plus fins dénicheurs de talents qui soient. Dont acte, surtout après le solo d’accordéon dont il nous a régalé hier, dans une collégiale St-Pierre-La-Cour plein à craquer, ce que nous n’avons pas tardé de faire tant la musique proposée à notre écoute était de nature à réconcilier les âges, les classes sociales, et surtout la ridicule opposition entre le « savant » et le « populaire ».