Actuellement en kiosque

Le Jazz Live

classés dans: Non classé

David El Malek, musique mode

Plutôt inhabituel dans un concert de jazz certes : le leader ne fera en tout et pour tout que deux brèves interventions en solo. Singulier aussi ce type de procédé orchestral : au final du concert, hors les trois percussionnistes en pleine action rythmique, tous les autres musiciens se rejoignent au centre du plateau scénique pour frapper dans leur mains et marquer ainsi ensemble l’essence du rythme. Simple mise en scène ? Non. L’orchestre multi nationalités (français, marocains, biélorusse, grec…) rassemblé par David El Malek fait vivre une musique prise à la (ses propres) source(s).

classés dans: Non classé

Atlantique Jazz Festival : Elise Caron, Gilad Hekselman solo et 4tet

Elise Caron est irrésistible. Rien à faire. Vous cherchez en vain une faille, un faux-pas, un lapsus, une hésitation. Vous ne trouvez pas. Même dans sa présentation du « Brain Festival #2 « (1), elle est parfaite : elle évite bien sûr le pathos, mais se tient éloignée aussi du service minimum « vite fait, vite dit », elle prend son temps, elle met ainsi du sérieux dans une chose qui l’est, usant avec justesse à la fois d’un certain détachement et d’une forme d’adhésion crédible. Quant au tour de chant, il vous tient sous le charme depuis son début jusqu’à sa conclusion.

classés dans: Non classé

Atlantique Jazz Festival : Gerry Hemingway 5tet, Ellery Eskelin, Eténesh Wassié, Hamid Drake

Le « Vauban » fête ses cinquante ans d’existence. Au début des années 60, dans le cadre de la reconstruction de Brest, on a réuni en un seul lieu plusieurs affaires appartenant à la même famille, restaurant, hôtel, boite de jazz. D’où le « Vauban », qui a cinq niveaux de chambres, une vaste salle à manger, et en sous-sol un grand club de jazz (ou d’autres formes musicales). Pratique. Quasiment dans son jus avec tables à pieds en ferraile et formica. Quelques marches conduisent au parterre, comme si le concepteur du lieu, au parfum des pratiques jazzistiques, avait anticipé les trois niveaux d’écoute. Au plus près on fait silence et on écoute, en deuxième rideau on écoute mais on ne se prive pas d’embrasser sa voisine et de lui murmurer des choses indécentes (comme le titre du morceau, par exemple I’m In The Mood For Love), au troisième niveau on fait son commerce, on traite des contrats, on s’autorise à ne rien écouter du tout.

classés dans: Non classé

Atlantique Jazz Festival : Gerry Hemingway 5tet, Ellery Eskelin, Eténesh Wassié, Hamid Drake

Le « Vauban » fête ses cinquante ans d’existence. Vers la fin des années 60, dans le cadre de la reconstruction de Brest, on a réuni en un seul lieu plusieurs affaires appartenant à la même famille, restaurant, hôtel, boite de jazz. D’où le « Vauban », qui a cinq niveaux de chambres, une vaste salle à manger, et en sous-sol un grand club de jazz (ou d’autres formes musicales). Pratique. Quasiment dans son jus avec tables à pieds en ferraile et formica. Quelques marches conduisent au parterre, comme si le concepteur du lieu, au parfum des pratiques jazzistiques, avait anticipé les trois niveaux d’écoute. Au plus près on fait silence et on écoute, en deuxième rideau on écoute mais on ne se prive pas d’embrasser sa voisine et de lui murmurer des choses indécentes (comme le titre du morceau, par exemple I’m In The Mood For Love), au troisième niveau on fait son commerce, on traite des contrats, on s’autorise à ne rien écouter du tout.

classés dans: Non classé

Atlantique Jazz Festival, Alexandre Pierrepont

PROFIL ALEXANDRIN   Pas si peinard que ça, le jazz armoricain Malgré son nom d’ici. « Penn Ar Jazz » dites-vous ? Et puisqu’il est question, du jazz américain Jusqu’à celui de Brest d’avoir le projet fou D’y établir des ponts, qu’ils soient alexandrins Et de pierre construits.

classés dans: Non classé

Supplique à Roberto Fonseca

  « Te queremos Roberto, porque cubanos eres, con alma. Te queremos por supuesto porque como pianista sigues tocando de verdad » * Mais bon souviens toi tout de même ce que tu confiais à Jazz Mag voici trois ans « Je ne veux pas ressembler à l’image du pianiste cubain qui joue mille notes à la minute…»

Gismonti classés dans: Non classé

Egberto Gismonti à Jazz sur son 31

Egberto Gismonti joue rarement sur le sol français. Sans doute parce qu’il s’agit d’un authentique artiste qui respire la musique sans faire de chiqué… Les auditeurs qui se sont déplacés hier à Bruguières, près de Toulouse, ne sont pas prêts d’oublier le concert de ce musicien touché par la grâce.  

classés dans: Non classé

Machado Minvielle : la fête à Bobby

Le public ce soir là n´est pas tout à fait le même, évidemment.  Bobby Lapointe ne figure pas dans l’Encyclopédie Universalis de la culture à la suite de  l’article  sur Lao Shi…Reste que dès les premières mesures de l’Hélicon, morceau qui ouvrait le bal, des voix, jeunes ou plus mâtinées reprenaient le refrain en chœur appuyées par le cuivre éléphantesque grave de François Thuillier. La vénération de Bobby Lapointe, depuis Pèzenas sa ville natale jusqu’au reste du monde  en passant par le Café de la Danse n’est pas un vain mot. L’illustrer par une réorchestration plus une revocalisation c’est gonflé pon pon pon pon…