Actuellement en kiosque

Le Jazz Live

classés dans: Non classé

Avignon : Labtrio et Pierrick Pedron “Cheerleaders”

Son Tremplin terminé et ses résultats proclamés, le Tremplin Jazz d’Avignon reprenait hier son visage de festival, fidèle cependant à l’intimité et à la qualité acoustique du Cloître des Carmes, fidèle aussi aux anciens lauréats, puisqu’il accueillait le Labtrio, vainqueur de l’édition 2011, en première partie des Cheerleaders de Pierrick Pedron. Demain 4 août, à 21h au même endroit, le chanteur et joueur de oud tunisien Dhafer Youssef.

classés dans: Non classé

Tremplin Jazz européen d'Avignon

Le jury du XXIème Tremplin jazz européen d’Avignon se terminait hier, 2 août. Grand prix et prix du public pour groupe germano-polonais Scrootch, prix de composition pour le guitariste Sebastian Böhlen et prix d’instrumentiste pour le batteur Silvio Morger du Volker Engelberth Trio. Les Avignonnais sont attendus ce soir au Cloître des Carmes à 20h30 pour le concert de Pierrick Pédron, dans son programme “Cheerleaders” en grandeur nature avec grande formation. En première partie, le lauréat du Tremplin 2011, le LabTrio.

classés dans: Non classé

Jazz in Marciac. Les voix royales

Marciac a toujours manifesté une dilection particulière pour le jazz vocal. Les programmes des précédentes éditions le prouvent. Celle-ci ne faillit pas à la règle. Elle la renforcerait plutôt. Ainsi, trois bluesmen, Eric Bibb, Keith B. Brown et Keb’ Mo’, mais aussi Melody Gardot, Bobby McFerrin, Esperanza Spalding, Youn Sun Nah et Omara Portuondo se sont succédé depuis le début sous le chapiteau. Avant l’arrivée, dans la semaine à venir, d’une « nouvelle vague ».  

classés dans: Non classé

Jazz in Marciac. La soirée des contrastes

Où va le jazz ? Nul ne saurait le dire. Seule certitude, il explore ses entours. Se cherche, comme il l’a souvent fait au cours de son histoire, des chemins nouveaux, sans s’embarrasser d’une quelconque orthodoxie. Passé l’effet de mode, certains déboucheront sans doute sur des impasses. D’autres, en revanche, lui ouvrent des perspectives inattendues. La soirée du 31, avec ses deux parties contrastées, en offre l’illustration.

classés dans: Non classé

L'Aurore d'un duo : Sara et Ran

Première apparition parisienne de la juvénile Sara Serpa (et non « Sherpa », comme elle fut annoncée, même si les cimes les plus risquées de l’art vocal lui sont familières), accompagnée-parrainée par un Ran Blake dont visuellement elle souligne inévitablement et admirativement la stature patriarcale.  

Kuhn Baudeigne classés dans: Non classé

Jazz à Foix : émouvante clôture

Le public venu à Foix pour entendre le Steve Kuhn Trio a vécu un moment très intense quand, pour refermer définitivement le festival 2012, Eric Baudeigne, le président de la manifestation, a remis un buste d’honneur à l’effigie de Gabriel Fauré au pianiste américain : ce dernier, très ému d’un tel honneur, ne put contenir quelques larmes. Pourquoi une telle distinction ? D’abord parce que Steve Kuhn aime profondément la musique française de la période fin XIXe – début XXe siècle (de Fauré, il a enregistré une version jazz de sa Pavane) ; mais surtout pour avoir tenu sa promesse d’offrir un magnifique concert de clôture au festival qui l’a si chaleureusement accueilli.

classés dans: Non classé

Jazz à Foix : émouvante clôture

Le public venu à Foix pour entendre le Steve Kuhn Trio a vécu un moment très intense quand, pour refermer définitivement le festival 2012, Eric Baudeigne, le président de la manifestation, a remis un buste d’honneur à l’effigie de Gabriel Fauré au pianiste américain : ce dernier, très ému d’un tel honneur, ne put contenir quelques larmes. Pourquoi une telle distinction ? D’abord parce que Steve Kuhn aime profondément la musique française de la période fin XIXe – début XXe siècle (de Fauré, il a enregistré une version jazz de sa Pavane) ; mais surtout pour avoir tenu sa promesse d’offrir un magnifique concert de clôture au festival qui l’a si chaleureusement accueilli.

classés dans: Non classé

Jazz in Marciac : à la découverte d'Aurélie Tropez

Sans conteste, l’une des vedettes du Festival bis, comme on l’appelle ici. Son jeu de clarinette, fluide, élégant, y fait merveille dans différents contextes, le All Stars de Julien Silvand, inspiré par celui de Louis Armstrong, Les Red Hot Reedwarmers du saxophoniste Stéphane Gillot. Tout récemment, à Ascona, elle se produisait, en juin, au sein des Swingberries de Jérôme Etcheberry. Par ailleurs, soliste remarquée du Duke Orchestra dirigé par Laurent Mignard, elle a animé aussi, lors du dernier festival Jazz à Juan, les rues d’Antibes avec les Jazzticots, une formation créée par son père. 2012 serait-elle donc l’année d’Aurélie Tropez ?

classés dans: Non classé

Jazz in Marciac. Sonny Rollins ou le temps aboli

Pour le chroniqueur d’un concert de Sonny Rollins, deux écueils de taille. D’un côté, l’emphase. Le « colosse », la « légende vivante » ont déjà beaucoup servi. Sans parler du « musicien culte », type même du cliché éculé. De l’autre, une admiration teintée de compassion pour ce vieillard claudicant, courbé, et pas seulement sous le poids des ans. Doté pourtant d’une énergie farouche. Arpentant la scène, comme il le faisait encore naguère, mais à pas comptés et précautionneux.