Philip Catherine, Nicolas Gardel et Swing 64 à Jazz sur l'Herbe (interdit de ne PAS marcher dessus)

 
 Bien sûr un repli sous chapiteau est prévu en cas de mauvais temps, mais ça serait  tellement dénaturer le concept si sympathique lancé par l’association Arcad 64 et la ville d’Anglet en côte basque pour la 6ème édition du festival Jazz sur l’Herbe : des concerts gratuits offerts sur la pelouse du domaine de Baroja, au pied d’un château aux airs de « petit Moulinsart ». Il faut bien reconnaître qu’on a connu des dimanches après-midi plus stressants, comme en témoigne la vue de ces festivaliers venus pique-niquer en famille à la bonne franquette, doigts de pied en éventail, yeux écarquillés et oreilles grandes ouvertes. C’est familial, bon enfant, toutes générations et milieux sociaux confondus, bref un modèle d’accès à la culture pour le plus grand nombre comme on aimerait en voir plus souvent…
 
 
Anglet, domaine de Baroja, Dimanche 29 Septembre

 Philip Catherine 4tet : Philip Catherine (g), Nicola Andrioli (p), Philippe Aerts (b), Antoine Pierre (dm).
 
Nicolas Gardel 6tet The Headbangers : Nicolas Gardel (tp), Ferdinand Doumerc (as, ts), Edouard Bertrand (cla), Pascal Celma (b), Fabien Tournier (dm).
 
Swing 64 : Stéphane Martens (g), Sébastien Lafargue (g), Django Ward (b).
 
  Les festivités commencent à côté de la buvette avec une mise en bouche Gypsy proposée par le trio Swing 64, les « régionaux de l’étape », dont les prestations en ouverture/changements de plateaux/fermeture des concerts ont été fort appréciées du public. La formation est bien rodée après avoir chanté tout l’été à l’instar d’une cigale célèbre. Pas de doute, le jazz dit manouche (c’est à dire en fait, la musique de Django Reinhardt), ça plaît ! Rajoutez-y du chant et vous êtes sûr de faire mouche auprès d’un public pas forcément connaisseur. D’autant que la formation ne se cantonne pas aux incontournables du genre (Nuages et autres Minor Swing) mais inclue également des standards de Tin Pan Alley, souvent chantés par son talentueux bassiste au nom prédestiné, Django Ward (ça ne s’invente pas!). Facile pour ce Californien d’origine de se glisser dans la peau du crooner, en plus de fournir un accompagnement solide à ses deux guitaristes, lesquels se sont acquittés avec bravoure de la tâche fort intimidante de jouer en présence de l’immense Philip Catherine ! Un bel exercice à la fois d’humilité et de confiance en soi.
 
  Avec les Headbangers, la scène principale s’électrise dans tous les sens du terme. Dès les premières notes, on sent que ça rigole pas côté groove. D’où regards complices et moues approbatives immédiates chez les nombreux musiciens – locaux ou pas – présents dans le public. Un groove grave, serré comme un espresso en intraveineuse. Et ce qui « frappe » d’emblée c’est le véritable son de groupe du combo toulousain. Pris individuellement, les musiciens sont tous très performants, mais le leader Nicolas Gardel a su galvaniser les énergies en un tout fort cohérent. Brillant trompettiste, ses compositions sont drôlement bien ficelées, proposent des climats très variés, avec de belles harmonies, du contenu mélodique et de chouettes arrangements. Funk, jazz, pop et électro font excellent ménage au sein d’une musique que l’on qualifierait par défaut de Jazz Fusion mais attention, Gardel s’est bien gardé de céder aux facilités du genre et à ses clichés (tourneries interminables sur un seul accord, indigence harmonique, solos stéréotypés prévisibles,  monotonie des ambiances etc…). Outre les improvisations souvent incendiaires, en tout cas bien habitées des deux soufflants Gardel et Ferdinand Doumerc (ce dernier officiant également au sein de l’explosif Pulcinella), on saluera l’élégant habillage des claviers d’Édouard Bertrand, les cocottes  ultra-précises du guitariste Cyril Amourette (du gros son, sorti d’un tout petit ampli Orange!), et l’efficacité du tandem rythmique avec un Pascal Celma qui respire le groove, et un Fabien Tournier qui fait bien tourner les motifs rythmiques au-dessus de sa tête, sans doute influencé par les improbables entourloupes de Chris Dave !
 
  Arrive enfin le moment tant attendu de la prestation du quartette de Philip Catherine. Non, pas le chanteur, le VRAI, « the one & only », celui qui a juste joué et enregistré avec Chet Baker, Charles Mingus, Toots Thielemans, Larry Coryell, Charlie Mariano, Elvin Jones etc…
Les amateurs de la région ont eu la chance de l’entendre plusieurs fois ces dernières années à Capbreton, invité par le luthier de contrebasse Christian Nogaro à se produire au festival Fugue en Pays Jazz, dont Christian est le directeur artistique. L’un de ces concerts a d’ailleurs fait l’objet de la parution chez Dreyfus Jazz du fabuleux et bien nommé Live in Capbreton, où Philip Catherine se trouvait entouré d’un All Star band composé pour l’occasion d’Enrico Pieranunzi (p), Hein Van de Geyn (b) et de Joe LaBarbera. Rien que ça !
 
  Ouvrons ici une petite parenthèse personnelle, histoire de planter un peu le décor car je ne vous cache pas que votre chroniqueur était extrêmement désireux de rencontrer en privé ce grand monsieur de la guitare (qui par chance arrivait la veille du concert à Biarritz). Quelques semaines auparavant, je m’étais donc permis d’appeler mon ami Sylvain Luc dans l’espoir qu’il me communique les coordonnées du guitariste Belge, avec lequel il lui arrive fréquemment de croiser le fer. Les échanges d’e-mails qui ont suivi m’ont signifié clairement deux choses : non seulement que la porte m’était grande ouverte pour une bonne séance de grattage à deux guitares, mais aussi que ce que tout le monde dit à son sujet était vrai, à savoir que cet homme est une crème, désarmant de naturel et de gentillesse. « Quel serait votre tarif pour ça ? » lui avais-je demandé, en me doutant un peu que notre rencontre ne ferait pas l’objet d’un cours de guitare conventionnel. « Une bonne bouteille d’eau gazeuse bien fraîche et un jus de pomme ! ». Le ton était donné !
  Bref, pour faire vite, car le compte rendu détaillé de cette rencontre s’étalerait sur plusieurs pages, j’ai eu le privilège de passer une soirée entière en tête-à-tête avec Monsieur Philip Catherine, de savourer les belles notes qu’il a bien voulu partager avec moi à la guitare et d’être en plus son invité à dîner ! (Il a vraiment fallu que je me pince plusieurs fois). On a décidément connu des samedis soirs plus moroses ! Quand à notre conversation, si vous le voulez bien, je me la garde en mode jardin secret. Sachez simplement que j’ai eu la troublante impression d’avoir pour interlocuteur un ami avec qui on peut parler de tout, vraiment dans l
‘écoute et le partage, passant aisément de la blague salace à des choses très intimes, voire graves, parfois, au milieu de dizaines  d’anecdotes sur Chet et les autres. Oui, vraiment, on a connu des samedis soirs plus moroses…
 
  Voilà à peu près dans quel état d’esprit j’étais pour aborder le point culminant de l’après-midi. Pas très objectif, me direz-vous donc ! Sauf que pour le coup, la musique proposée par Philip Catherine et les membres de son quartette s’est chargée de mettre tout le monde d’accord ! Les mots qui viennent à l’esprit pour tenter de la dépeindre ? Classe, élégance, lyrisme, intensité, dynamiques, contrastes, prises de risques, subtilité, luxuriance, raffinement… On continue ? Cette musique agit comme un baume pour le cœur et l’âme, elle fait du bien, physiquement, psychiquement. Elle devrait être remboursée par la sécu ! Ces gars-là sont des distributeurs d’ondes positives patentés. C’est-à-dire pas tentés d’en mettre plein la vue, il n’est nullement question d’ego ici. Le répertoire joué est principalement celui du dernier album Côté Jardin (chroniqué 4 étoiles par Éric Quenot dans le Jazz Magazine Jazzman n°646), et titres après titres – certains sont signés du pianiste italien Nicola Andrioli – ça chante, les mélodies vous restent en tête, les harmonies viennent vous cueillir et vous surprendre en douceur. L’esthétique est très européenne, pas vraiment de « blackitude » en dehors de quelques phrasés blues sous les doigts du guitariste, ça ou là, un thème sonne un peu Methenien, mais quoi qu’il en soit, swing et décontraction sont au rendez-vous. Rien que de voir la dégaine débonnaire et la bonhommie que dégage Philip Catherine, on sent qu’il ne peut pas en être autrement. Quel plaisir d’être le témoin de la belle complicité qui unit Philippe Aerts avec son patron depuis 1986. C’est un accompagnateur attentif et un soliste affûté à la sonorité profonde, même si son amplification mettait en avant un son un peu trop « cellule » à mon goût, un micro supplémentaire aurait permis une restitution plus organique. Il va falloir suivre de très près Nicola Andrioli déjà cité plus haut : des idées flamboyantes, un très beau toucher, très à l’écoute de ses partenaires, cet Italien de 36 ans phrase comme une bête, comme il a pu en faire la preuve lors d’une pièce interprétée en duo guitare-piano. Magistral ! Enfin, le benjamin du groupe s’appelle Antoine Pierre et du haut de ses vingt piges (il en avait 17 quand Catherine l’a découvert), ce Liégeois élève de Stéphane Galland distille un drumming très orchestral, stimulant et précis, à la fois souple et nerveux, toujours swinguant et extrêmement musical. On sent qu’il prend plaisir à mettre en valeur les autres. Vingt ans, et le garçon a déjà tout compris ou presque. Il y a là une belle illustration, une fois de plus, de cette dimension intergénérationnelle très présente dans le milieu du jazz et de la musique classique, et totalement absente dans le Rock et la pop. Ça tombe bien, Philip Catherine, éternel jeune homme aux 70 printemps semble avoir toujours vingt ans dans sa tête ! Allez, avec autant de beauté à offrir au monde, on veut bien signer à nouveau pour les vingt prochaines années !
 
  Alors longue vie à Jazz sur l’Herbe et rendez-vous l’année prochaine pour une 7ième édition qui devrait prendre l’ampleur d’un festival sur un week-end complet, avec des concert le vendredi et le samedi soir à la nouvelle salle de spectacles de Quintaou d’Anglet et toujours le principe du pique-nique du dimanche à Baroja. La gratuité risque de ne pas être maintenue, mais les tarifs resteront certainement de l’ordre du symbolique (autour des 5 €).
Enfin, félicitations et remerciements chaleureux à Agnès Zimmerman et Marc Tambourindéguy de l’association Arcad 64 (www.arcad.fr) ainsi que la ville d’Anglet pour leur volonté de créer des évènements artistiques de qualité, dans un souci d’accès au plus grand nombre. Chapeau !
 
Pascal Ségala
 
PS : Si le cœur vous en dit, vous pouvez jeter un œil au mini-reportage consacré au festival  réalisé  par une charmante équipe de L’Autre TV (lautretv.fr), sympathique webTv citoyenne faite « par les gens, pour les gens ». Du coup, c’est Bibi qui a été réquisitionné de manière impromptue pour « causer dans l’ poste » et présenter l’évènement. Une première…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *