André Ceccarelli

Schmitt2

Damien Schmitt, Agathe Jazz 4tet et André Ceccarelli « Ultimo » à Jazz en Baie (Granville)

Programme triple pour ce 13 août à Granville, soirée sous la houlette de la Spedidam dont le représentant François Lubrano explique patiemment au public les missions (perception et redistribution aux artistes des droits de diffusion, soutien à la création) avant de présenter chaque plateau. Au programme donc, le groupe de fusion du batteur Damien Schmitt au Théâtre de l’Archipel, puis sur la Scène du Roc le quartette d’Agathe Iracema suivi du programme concocté par Pierre Bertrand autour de « Dédé » Ceccarelli.

Dave Weckl, André Ceccarelli et Loïc Pontieux sur le Rocher de Palmer

Yamaha Europe célébrait dimanche dernier à Cenon (33) les 30 années de collaboration entre la firme nippone et le batteur Dave Weckl. Pour la seule étape française d’une tournée de six dates européennes, les organisateurs avaient choisi de réunir autour du batteur américain deux stars françaises de la batterie, le talentueux Loïc Pontieux et l’immense André Ceccarelli. La soirée s’est articulée en trois parties : un trio acoustique mené par « Dédé » le vétéran, un autre plus électrique conduit par Pontieux autour de la guitare de Jean-Marie Ecay, et après un court entracte, une prestation solo/clinic de maître Weckl.

April in Paris N°3 : Flavio Boltro Quintet, Trio Enchant(i)er

Le vendredi 12, revu Léon le Héron alors que j’attendais mon bus, cette fois-ci bien décidé à rejoindre l’Île des Impressionnistes. Le soir, après m’être jeté à la hâte derrière la cravate une poêlée de légumes au Thaïlandais du coin en sortant du bureau, présentation au Sunset, dans le cadre de Jazz à Vienne à Paris, du Trio Enchant(i)er, lauréat du tremplin Jazz(s)RA (RA pour Rhône Alpes) et Jazz à Vienne/Le ReZZo, ce qui leur vaut de figurer à l’affiche du prochain Jazz à Vienne. Évidemment, j’ai avalé ma poêlée trop vite et j’arrive en avance. En attendant, je me faufile au Sunside où Flavio Boltro (tp) s’entend avec Rosario Giuliani (as), Pietro Lussu (p), Darryl Hall (b) et André Ceccarelli pour fiche le feu aux âmes présentes. Retour au hard bop tel que l’on jouait cette tradition dans les années 70, à la veille du bop revival.