Anne Paceo

PACEO Ouverture

Anne Paceo, tout sourire

Pour célébrer la sortie de son quatrième album, “Circles”, la batteure, auteure, compositrice et chef d’orchestre a choisi le Café de la Danse à Paris.

Marseille Jazz Festival, mardi 21 Juillet : Anne Paceo (Circles)/Melody Gardot

Depuis Marseille 2013, profitant de l’effet « capitale européenne de la culture », on peut venir, dans la cité phocéenne, comme à Vienne ou à Juan, en vacancier festivalier, la seconde semaine de juillet pour écouter du jazz. Ce festival populaire de plein air a vu sa fréquentation augmenter ces dernières années, dans une atmosphère conviviale et bon enfant, sans incident ou débordement. La manifestation avec quinze ans d’existence est ancrée dans la cité, comme en atteste le changement de nom, et l’ouverture à d’autres acteurs culturels, Le TNM de La Criée, l’incontournable MuCEM, le théâtre Sylvain sur la Corniche, en face du célèbre restaurant trois étoiles Passédat. Le festival dure dix jours et accueille expositions (La Note bleue, le Jazz de Loustal), rencontres, projection de films à la BMVR (Bibliothèque municipale à vocation régionale) de l’Alcazar.

IMG 6373

Du Bleu en Hiver, Tulle, 9ème : Jazz Box et Anne Pacéo

On se plaît à voir comment les médias (y compris le nôtre ici-même) tournent la difficulté qu’il y a à rendre compte des « Jazz Box », ces objets assez peu identifiés au point qu’on aimerait pouvoir dire seulement : « allez-y, prenez en plein les mirettes et les esgourdes, et revenez contents de votre voyage, nous l’avons organisé pour ça, et pour vous ». Rarement artiste (je parle de Cécile Léna et de son équipe de preneur de son et de génie des lumières, sans oublier le concepteur de la boîte) aura réussi ce tour de force de rendre quasi impossible la dévoilement de la boîte noire de son travail tout en le montrant au grand jour. « Vois ce que je te cache », dit-elle en substance, déroutant définitivement et le regard et l’écoute. D’où le ravissement général…

IMG 4816

Rendez-vous de l'Erdre (II), belle plaisance et belle présence du jazz

C’est à bord d’une toue cabanée de la meilleure provenance, conduite d’une main sûre par Yann, que nous remontons samedi vers 16.30 la cohorte des bateaux qui vont se diriger vers le fond de l’Erdre, là où est posée la scène nautique. Cette régate un peu particulière regroupe chaque année les bateaux les plus divers, en provenance de notre hexagone mais aussi parfois au-delà, et donne aux abords de la petite rivière parfaitement navigable un air de fête populaire tout à fait réjouissant. La musique accompagne depuis longtemps cet évènement de la fin du mois d’août, et depuis une huitaine d’années c’est Armand Meignan qui est chargé de lui donner sa partition musicale, sur le thème du jazz, décliné sous toutes ses formes. L’accès aux bords de l’Erdre est totalement gratuit, et les commerces provisoires installés sur les quais sont tenus par des associations, et pratiquent des tarifs très accessibles. 

Las Hermanas Caronni, André Villéger & Co au Respire Jazz Festival

  André Villéger au Respire Jazz Festival   Hier 28 juin, débutait le festival Respire Jazz que programme chaque année le guitariste Pierre Perchaud au pied de l’abbatiale Saint-Gilles d’AIgnes-et-Puypéroux. Au programme : André Villéger, Fred Loiseau et André Charlier suivis de Las Hermanas Caronni.

Anne Pacéo boucle la boucle

Elle est bavarde, elle en est consciente, elle l’avoue flanquée d’un petit sourire au coin des lèvres. Anne Pacéo veut  tellement témoigner, convaincre ou partager les sentiments nés de ses voyages, la Birmanie (d’où le titre de son dernier album, “ Yôkaï”, Laborie / Harmonia Mundi), la Suède ou la Laponie. Alors elle raconte, elle détaille, elle justifie l’inspiration ou le titre de ses morceaux. On peut ainsi déjà entrer dans l’univers de sa musique par les mots. Les notes n’ont plus qu’à passer par la porte entr’ouverte.