Duke Ellington

Peirani, Portal, tous Charlie à Oloron Sainte-Marie

Sur la scène, Michel Portal ne tient pas en place. Il s’assoit, se lève, fait un pas de côté, marche un peu, passe devant micros et retours de scène, revient à sa chaise. Dans son anche de clarinette il souffle bien sûr, mais parle aussi, grommelle, crie. Sous un dessin pourpre projeté, très évocateur de la série Nous sommes tous Charlie, on vit en direct la transe Portal. Jusqu’à cet épisode étrange où, ayant entamé une variation mélodique en solo sur sa clarinette il stoppe net sa phrase musicale pour avouer tout de go à la salle médusée : « Excusez moi, mais vraiment j’ai peur des silences car j’ai l’impression que les gens ne les supportent pas »

Doodlin' au Sunside

Après quelques semaines loin des clubs, Franck Bergerot s’est autorisé une première et timide sortie au Sunside pour écouter le groupe vocal Doodlin’ parrainé par le trompettiste Michel Barrot. Doodlin’, c’était l’un des plus grands tubes d’Horace Silver, l’un des plus beaux arrangements des Double Six et le nom de l’un des deux chattes de Mimi Perrin. Depuis une douzaine d’année, c’est le nom d’un trio vocal venu de Provence qui rend aujourd’hui un hommage à Duke Ellington arrangé par le contrebassiste Gérard Maurin.