FANNY LASFARGUES

IMG_3967

À ORLÉANS, JAZZ OR JAZZ, MADAME RÊVE… JOZEF ENTRE L’ORGUE ET L’ARTIFICE !

« Madame rêve ». Et comme tout rêve, ça commence dans le mystère. Et ça s’achève de même : les mots sont bien impuissants à restituer quelque chose d’un rêve. Éve Risser (Rêve Ressir) essaye quand même de nous dire de quoi ça parle : des fractures terrestres, des pierres, d’un désert blanc, du grand nord, des fjords. Des… Lire la suite »

IMG 7078

Europa Jazz, le final (1), Five 38, Théo Ceccaldi trio, Les Amants de Juliette, Henri Texier 5tet

Des cordes, comme il en pleut. Des hallebardes même. La collégiale Saint-Pierre-La- Cour est un refuge, une oasis. On s’ébroue, et on s’apprête au concert. Quant aux cordes, on ne va pas en manquer : déjà 5 (five) sur la guitare basse de Fanny Lasfargues, et 38 bien alignées sur la harpe de Rafaelle Rinaudo. Et dans l’après-midi, le concert de la Fonderie, c’est le trio de Théo Ceccaldi, avec 14 cordes au total (violon, cello, guitare). 

Jazzdor, Strasbourg-Berlin (2)

Ville trouée, de par son histoire et sa conception, ville divisée (pour les mêmes raisons, à quoi s’ajoute le souvenir de cette division dans le réel du mur), Berlin aurait pu servir à Sigmund (Freud, pas le chat) de métaphore pour l’écriture de cette refente dans le sujet. Il préférait Rome, dont la structure à base d’empilements successifs et de réutilisation des matériaux, convenait bien à sa vision de l’Inconscient.

elindio

Europa Jazz Festival 2012, le final (1)

Un sans logis s’était réfugié dans les voitures de première classe, et il y dormait paisiblement. Impossible de le déloger, il connaissait son droit. Il fallut donc faire appel aux forces de police, qui furent d’une certaine lenteur à intervenir. Ajoutez à ce premier retard d’une heure un autre, probablement lié aux « difficultés de circulation » et vous saurez pourquoi je n’ai pas pu assister au solo de Fanny Lasfargues, hier jeudi, en la Collégiale St-Pierre-La-Cour. Déception, puisque j’avais beaucoup aimé sa prestation l’an dernier à Apt (voir sur ce même blog), et aussi, dans un genre un peu différent, ce qu’elle avait fait entendre (toujours en solo) à Cenon, il y a quelques mois.