Jazz à Vienne

YOUN SUN NAH

Youn Sun Nah à Jazz à Vienne, le retour

Le 25 mai dernier, à Jazz Sous Les Pommiers, on assistait au premier concert de la chanteuse sud-coréenne et de son nouveau groupe. Quelques semaines plus tard, la revoilà à Jazz à Vienne, théâtre de récents triomphes (avec “son groupe d’avant”). La musique a-t-elle déjà changé ?

Jazz à Vienne et la soirée French Touch

Chaque année, le festival jazz à Vienne consacre toute une soirée aux musiciens français avec cette année le trio de Yaron Herman, Sila et le Magnetic Orchestra, le File Under Zawinul et le Musical Tribute to Woody Allen de Laurent Courthaliac.

Jazz à Vienne : les hommages à John Coltrane de Pharoah Sanders, Archie Shepp et Emile Parisien en tandem avec Jeff Mills.

Un compte rendu en pointillé, son auteur ayant été requis à plusieurs reprises au cours de la soirée dans le studio mobile de France Inter. Mais tout de même, on pourra encore dire : « Jazz Magazine y était ». Du concert du quartette de Pharaoh Sanders que j’ai vu sur un écran disposé “backstage”, avec le son… Lire la suite »

JAV RéZZo Ouverture

Rézzo Focal Jazz à Vienne 2017 : lancement des candidatures du Tremplin National de Jazz !

Depuis treize ans, le tremplin RéZZo Focal Jazz à Vienne porte sur le devant de la scène les nouveaux talents du jazz en les accompagnant vers la professionnalisation. Ce tremplin national est une véritable opportunité pour les groupes sélection­nés de jouer dans des conditions scéniques professionnelles et devant un public averti et nombreux.

IMG_4921

Jazz à Vienne en images : noise, soul et spiritual mood

De Nox.3 à Kamasi Washington, coup de projecteur sur le All Night Stars de Jazz à Vienne agrémenté de précieuses découvertes. “J’aimerais pouvoir chanter comme si j’avais 100 ans”, confiait la chanteuse Cécile McLorin Salvant au micro du journaliste Robert Lapassade. C’était peu avant son passage sur la scène du Théâtre Antique avec le Aaron… Lire la suite »

The Cookers

Jazz à Vienne : une escale en pays de hard bop.

La riche profusion du programme de Jazz à Vienne fait que les jours s’y suivent sans se ressembler. De passage pour un soir, le spectateur itinérant constatait qu’il avait la veille manqué Sting et que, repartant le lendemain, il serait privé de Jean-Jacques Milteau, Eric Bibb, et quelques autres. Arpentant dès l’après-midi les escarpements de cette ville à flanc de coteau, entre Jardins de Cybèle et Théâtre antique, l’impénitent festivalier entendit ainsi la répétition du Stanford Jazz Orchestra, une bribe du concert solo donné par le jeune prodige chinois du piano A Bu, trois thèmes du duo Romain Cuoq-Anthony Jambon (saxophone ténor-guitare), sans oublier les rituelles (et sympathiques) conférences de presse. Bref ce fut une espèce de marathon dont la gratification conclusive serait la soirée « Jazz Legends », autour de quelques grandes figures de ce que l’on appelait naguère le hard bop.

alt

Marcus Miller et Jazz à Vienne, une histoire d’amour

Mardi 30 juin, le plus francophile des bassistes afro-américains a fait preuve d’une générosité, d’une humanité et d’une musicalité décidément sans égal. Avec l’Orchestre National de Lyon et son groupe de jeunes loups surdoués, il a une fois de plus fait chavirer de bonheur les 8000 spectateurs du Théâtre Antique.

Robert Plant à Jazz à Vienne, sacrebleu !

À l’ombre toujours bienfaisante d’un ballon dirigeable baptisé Led Zeppelin, quelle ne fut pas la surprise de Robert Plant, chanteur anglais fou de folk et de blues : même les amateurs de jazz lui font un triomphe ! Compte-rendu, rédigé sous casquette Muziq par l’envoyé spécial de Jazz Magazine Jazzman.

Jazz à Vienne, 13 juillet (et un peu de 14)

Jazz à Vienne 2013 s’est terminé aujourd’hui au petit matin, du moins pour les valeureux festivaliers qui étaient restés jusqu’au bout, au terme d’une nuit de jazz comme on n’en voit nulle part ailleurs.