La Dynamo

Monk is alive à La Dynamo

Mercredi dernier, c’était soirée de gala à La Dynamo de Banlieues Bleues pour célébrer avec quelques jours d’avance le centenaire de la naissance du génial pianiste Thelonious Sphere Monk. Au programme, deux concerts de très grande qualité. 

Lady McBeth Acte 5

Marc Ducret revient sur Lady MacBeth

Hier soir, Marc Ducret et ses amis donnaient Lady M créé en janvier au Sax d’Achères. Hier, en rentrant de ce concert, je lisais les pages consacrées à Anna Livia Plurabelle d’André Hodeir par Pierre Fargeton.

Punk épistolaire à La Dynamo

En léger différé de mille ans, voici mesdames et messieurs le retour des Sex Pistols sous la forme du Saint-Esprit, via le projet Never Mind The Future de la contrebassiste Sarah Murcia et de son groupe Caroline, renforcé pour l’occasion par Benoît Delbecq et Mark Tompkins.

pallem soul cinema

La Dynamo de Harlem

  Où l’on se permet de détourner l’affiche de Truck Turner et de délocaliser la pantinoise Dynamo en plein cœur du célèbre quartier de Manhattan, New York, là où tant de films blaxpoitation ont été tournés. Des films des glorieuses années 1970 dont les BO, composées par Curtis Mayfield, Isaac Hayes, Bobby Womack, J.J. Johnson ou Quincy Jones, ont marqué plusieurs générations. Hier soir, via son programme Soul Cinema, Fred Pallem a rendu hommage à ces créateurs de rêve à sa manière. On y était. On était bien. On aimerait y être encore, tiens.

Un supertrio est né

Hier, la Dynamo de Pantin, accueillait deux trios, le Red Hill Orchestra de Jozef Dumoulin, Ellery Eskelin et Dan Weiss, celui de Jean-François Pauvros, Antonin Rayon et Yann Joussein. Un concert dense et contrasté.

Des Imposteurs et the Thing à La Dynamo

Exellente idée d’avoir rajouté, ce soir là, sur le devant, un rang de siège supplémentaires! nous sommes vraiment encore plus proches des musiciens et plus de monde en face d’eux…..  

Du haut de Vincent Peirani, Bojan et Michel nous regardent

N’ayant jamais vraiment eu l’occasion de le rencontrer, je ne rend jamais grâce à Dieu. Et quand au gré d’une conversation je lâche par mégarde un « Dieu Merci », j’ajoute immédiatement « s’il existe… » – ce qui, rétorqueront d’aucuns, fait de moi un agnostique en puissance. Mais trève de théologie de comptoir. Hier soir à La Dynamo de Banlieues Bleues, une autre expression courante, américaine celle-là, m’est venue à l’esprit en écoutant Vincent Peirani avec Bojan Z, puis avec Michel Portal : « Thanks God it’s Friday », « Dieu merci c’est vendredi », ou plutôt « Dieux merci c’est vendredi », car c’étaient bien ceux de la musique – ils existent, ça c’est certain ! – qui planaient au-dessus de Pantin…

Marc Ducret et ses Real Thing ou Eric Barret et Jacques Pellen

Ce soir, on avait l’embarras du choix : le guitariste Marc Ducret et ses Real Thing #1 et 3 à la Dynamo de Pantin ou le saxophoniste Eric Barret et le guitariste Jacques Pellen au Sunset. Franck Bergerot n’a pas choisi, s’est planté et s’est consolé avec un compote de coings.