Le Cauchemar d’Hector

April in Paris N° 7 : La Marmite infernale et le cauchemar d’Hector

Peut-être aurait-il fallu – comme on lit le livret d’un opéra avant d’aller l’entendre – connaître quelque peu la musique d’Hector Berlioz qui m’a toujours d’autant plus laissé indifférent que les dernières écoutes que je lui ai consacrées doivent remonter à mes cours de musique de troisième, entre deux exercices à la flûte à bec. Pourtant, si j’avais pris la peine de le lire avant l’exctinction des lumières de la salle, un programme distribué à l’entrée m’aurait confirmé avec force détails que la musique du grand compositeur y est bien revisitée. Réappropriée par l’Arfi en un folklore imaginaire.