Michel Portal

Jazzebre

Jazzèbre ou quatre jours de « zèbrattitude » heureuse à Perpignan

Voilà 28 ans que je rêvais d’aller en Catalogne assister à Jazzèbre, l’un des rares festivals « innovants » auxquels je n’avais pas encore eu la chance de rendre visite. L’oubli est réparé et mon souhait exaucé. Ainsi pendant quatre jours à Perpignan, du 13 au 16 octobre, ai-je pu assister au final du festival commencé le… Lire la suite »

V2J Fourneyron Un Poco Loco 3

Vague de Jazz, pourvu que ça dure, épisode 3

Quatorzième édition, déjà, pour le festival rêvé, réalisé, programmé et porté depuis 2003 par Jacques Henri Béchieau et son équipe de résistants bénévoles vendéens. On y était, du jeudi 28 au dimanche 31 juillet.

Marciac (2) : Emile, l'élève doué, Archie, le prof savant

Emile Parisien cultive exclusivement les sillons du soprano comme peu d’autres saxophonistes exception faite peut-être de Steve Lacy. Dans son bréviaire jazz, dans ses lignes écrites comme dans le jeu du hasard de l’improvisation il en a fait son instrument de mesure exclusif. A 33 ans à peine cette culture intensive du saxophone  connu dans le métier pour sa difficulté à en maîtriser la justesse ne l’empêche pas pour autant, à l’instar du musicien déjà cité plus quelques autres type Wayne Shorter ou Steve Grossman d’en avoir tiré une griffe de son à la fois très personnelle et immédiatement reconnaissable.

Tourcoing fait tourner les Planètes jazz

  Il s’est échappé de la fournaise d’une scène surchauffée dès le dernier coup de médiator donné. Au dehors Sylvain Luc respire l’air curieusement à peine frisquet d’une nuit automnale à la frontière belge.  Toute surprise de le trouver là seul, une jeune femme brune s’approche et, face à face, lui lance « wonderfull, fantastic, so much feeling, creatvity… » Etonné le guitariste bayonnais a juste le temps de répondre un « merci » Elle enchaîne aussitôt saisie d’une terrible urgence, traduction assurée par son ami photographe du cru « Je suis chanteuse. Quel musicien me recommanderais-tu dans ce même registre de qualité pour m’accompagner ? » Sylvain Luc, acculé dans les cordes en restera coi…

Uzeste: la nuit du passeur

Arriver dans le village de la lande girondine et plonger aussitôt dans les notes distillées par la clarinette de Jacques Di Donato sous les voutes de l’abbatiale, puis les mots de Nougaro lancés en mode rap comme autant de graines dans l’Estaminet par Christian Laborde, André Minvielle et Francis Lassus avant de retrouver Lubat-Portal-Luc sous les vertes frondaisons d’un parc, c’est comme, avant même la fraicheur productive de la nuit festivalière festive du village irréductiblement frondeur, s’imprégner d’un sommaire de l’histoire d’Uzeste Musical.

Malguénac 2014/1 : Bruno Ruder solo, Nicolas Folmer, Daniel Humair et Michel Portal 5tet

Hier, 21 août, ouverture du festival Arts des villes et Arts des Champs à Malguénac, village de l’Ouest de Pontivy. Après une première partie dévolue au quartette de la chanteuse Marion Thomas, Bruno Ruder y occupait deux fois l’affiche, en solo et au sein du “Sphere Quintet” (appelons le comme ça en empruntant à cette formation le titre de son album) du trompettiste Nicolas Folmer avec pour vedettes Daniel Humair et Michel Portal. Ces derniers ouvrirent les festivités à l’occasion d’une table ronde sur l’improvisation.

IMG 7138

Europa Jazz, le final (2), G.Roy, F. Couturier et A.Lechner, F. Corneloup, K. Barron, D.Holland

La musique pense, comme les autres arts. Ça se sait peu. On imagine que les sons ne signifient pas, qu’ils touchent sans avoir l’air d’y toucher, justement. C’est inexact, la musique pense, et le jazz est souvent là pour nous le rappeler. Mais commençons par des histoires, des petites histoires de contrebassistes. C’est Barre Phillips qui nous la rapportait ce matin, au petit déjeûner. Au début des années 70, il croise Michel Portal, qui lui propose de venir jouer à Bordeaux, au sein du « New Phonic Art ». Barre accepte.