Raymond Boni

"Welcome" (Raymond Boni) & "L'Obsessionniste" (Edouard Bineau et Sébastien Texier) à Cugnaux (31)

D’abord j’ai cru que Cugnaux s’écrivait « Cugnot » et qu’on m’avait invité dans la ville natale de l’inventeur de la première voiture auto-mobile, ancêtre à la fois de tous nos véhicules terrestres mais aussi des machines à vapeur qui ont remorqué les trains de notre enfance. Je me sentais du coup, et après Graffenstaden, tout à fait dans le mouvement (voir nos chapitres précédents). Mais non. Cugnaux est situé dans la banlieue de Toulouse, ville qu’on sait plus tournée vers l’aviation que vers la locomotion terrestre. Banlieue sud pour être précis. Entre village de campagne et petite ville en plein développement, on y sent à la fois de la tradition et du mouvement, des espaces qui ne demandent qu’à être occupés, et celui qui a nom « Paul Eluard », qui porte encore la marque de ses années de naissance (entre le chalet bois et les murs en briques rouges), abrite une salle de 150 places fort agréable, et de quoi recevoir des expositions et des ateliers divers. Préfiguration de ce qui sera bientôt un vrai « Centre Culturel » avec une salle plus grande, et des possibilités de pratiquer les arts, dont la musique. Directrice des affaires culturelles de la ville de Cugnaux, Christine Martial (la maman de Leïla) travaille en collaboration depuis trois ans avec Yan Beigbeder pour la mise en place de la semaine jazz dont Ludovic Florin vous a déjà parlé. Et m’y voici.

Boni, Golino, Lasserre, Concerts Secrets # 8, Bordeaux

Secrets et nomades, les concerts initiés par Yan Beigbeder et « Einstein On The Beach » avaient trouvé leur point de chute hier soir le long des murs très bétonnés du Palais des Sports de Bordeaux. Restait à chercher l’arbre et l’oiseau, qui devaient se trouver non loin de là sur le cours Victor Hugo, face au Lycée Montaigne, ou, mieux encore, dans la musique proposée à l’écoute des cinquante personnes qui avaient accepté le rendez-vous, au soir d’une chaude journée d’été.