Rendez-vous de l’Erdre

ERDRE MEDO

Rendez-vous de l’Erdre : Médéric dans tous ses éclats, Collignon sur tous les fronts !

Il fallait bien que Jazz Magazine envoie un commando de choc, un trio de… poids (Philippe Méziat, Pierre-Henri Ardonceau et moi-même) pour couvrir les quatre folles journées de concerts sur six scènes le long des quais de l’Erdre et pouvoir quelque peu rendre compte sur ce blog des mille émois que peut provoquer chez le… Lire la suite »

IMG 0821

Rendez-vous de l'Erdre 2014, Bernard Lubat, Henri Texier et les autres…

Ces « Rendez-vous de l’Erdre », nous les aimons. Les raisons ne manquent pas, gratuité générale des concerts, diversité des scènes, pluralité des jazz(s) représentés, caractère coloré du site, et pas dessus tout un certain sens de l’accessibilté. Ne pas céder là-dessus : les musiques peuvent être savantes, mais elle doivent rester – au moins en puissance – populaires. Chacun à leur manière, Bernard Lubat et Henri Texier incarnent ce voeu.

Journal Intime aux Rendez-vous de l'Erdre

  L’arrivée des bateaux le samedi après-midi est toujours un grand moment de ces Rendez-vous, qui associent « jazz et belle plaisance » pour le plus grand plaisir de tous. Ajoutons que l’association culturelle de l’été, qui organise et coordonne sur Nantes un très grand nombre d’événements de cet ordre pendant cette saison, accueille également les bateaux et surtout leurs propriétaires, qui viennent d’Europe, et même de continents étrangers au nôtre. Pas loin de 450 cette année, et la diversité de ces embarcations fait plaisir, depuis la coque de noix solitaire jusqu’au bateau de plusieurs mètres de long. Le point commun étant qu’en aucun cas il ne s’agit de ces yachts qui imposent orgueilleusement leur suffisance dans les ports réservés à cet effet, mais toujours de bateaux modestes et souvent très anciens.

JG Thirlwell "Manorexia" aux Rendez-vous de l'Erdre

  Jean-Marc Ayrault est passé aux « Rendez-vous » en toute discrétion, en ancien maire de Nantes plus que premier ministre. N’empêche, il est passé, signe peut-être que les jazz(s) programmés à l’Erdre trouveront un écho positif dans les mois qui viennent dans le champ politique. On peut toujours espérer. Nous allions vers la scène « Mix Jazz » justement, où devait se produire le compositeur et manipulateur de machines JG Thirlwell avec son groupe « Manorexia ». El là, une belle surprise nous attendait…

Lee Konitz & Dan Tepfer aux Rendez-vous de l'Erdre

Lee Konitz c’est quand même l’anti-star absolu : il dine en solitaire à la cantine du festival, revient vers la scène Sully en longeant les bords de l’Erdre, s’attarde un moment devant de jeunes musiciens nantais, accepte de répondre à deux ou trois de mes questions, ne se souvient pas du tout d’avoir joué à Bordeaux, monte sur scène dans le même vêtement avec lequel il est arrivé, repart de même, et au passage insulte presque les spectateurs qui lui font un accueil trop vibrant, excessif, en leur demandant de mettre un bémol à leurs acclamations, ou en leur rappelant qu’on n’est pas à un concert de rock.