Fondé l’année dernière seulement à La Haye, ce jeune festival néerlandais à la programmation dense et éclectique mérite qu’on s’y arrête.

 

 

Siège historique du North Sea Jazz Festival durant trois décennies, la ville de La Haye a dû se résoudre en 2006 à laisser partir cette manifestation emblématique dans la métropole voisine de Rotterdam. À ce titre, la création du Mondriaan Jazz Festival pourrait bien apparaître comme une modeste revanche façon David contre Goliath, d’autant que les parallèles ne manquent pas entre les deux événements : même unité de temps et de lieu, un ticket à la journée donnant libre accès à une multitude de concerts se déroulant sur des scènes parallèles, mêmes choix cornéliens imposés à un spectateur qui ne sait plus où donner de la tête, même organisation au cordeau aux horaires impeccablement respectés. Bref, une conception toute hollandaise du festival de jazz. Pour autant, le gigantisme du North Sea n’est pas ici de mise : un seul jour de festival au lieu de trois, « seulement » quatre scènes en simultané, et des spectateurs qui se comptent plutôt en centaines qu’en dizaines de milliers. Quant à la programmation, elle fait l’impasse sur les mastodontes du circuit pour privilégier les découvertes, qu’elles proviennent d’Amérique, d’Europe, ou même d’Australie ! Évidemment, tout ceci n’est pas pour nous déplaire…

 

Brooklyn Raga Massive (photo : Parcifal Werkman)

Début des festivités à dix-sept heures précises dans la grande salle du Paard, lieu dédié aux musiques actuelles situé en plein centre-ville. Au menu : le Brooklyn Raga Massive emmené par le batteur et percussionniste Sameer Gupta, un nonette mêlant instruments occidentaux et traditionnels indiens dans un hommage non dénué de panache à John et Alice Coltrane, la présence d’une harpiste dans le groupe n’étant évidemment pas fortuite. Fleurant bon les années 60-70, voilà une musique à même d’étancher la soif de spiritual jazz propre à notre époque, mais c’est au final lorsqu’il quitte les rivages coltraniens pour célébrer Ravi Shankar que le groupe affirme sa vraie singularité.

 

Ambrose Akinmusire (photo : Parcifal Werkman)

 

Enchaînement implacable des horaires oblige, on est parti un peu avant la fin pour ne pas rater le début du concert d’Ambrose Akinmusire annoncé au Korrenhuis, centre culturel situé juste de l’autre côté de la rue. On attendait beaucoup du trompettiste, et le moins qu’on puisse dire est qu’il ne nous a pas déçu: constitué sous sa forme actuelle depuis maintenant plus de sept ans, son quartette s’affirme décidément chaque jour un peu plus, comme l’un des groupes incontournables du moment. Musique de paradoxes, à la fois sereine et inquiète, lyrique et mystérieuse, mais toujours poussée en avant par le drive indéfectible du phénoménal batteur Justin Brown, dont la frappe puissante dominait souvent le son de l’orchestre, comme le faisait dit-on celle d’Elvin Jones lors des prestations live du quartette de John Coltrane.

 

Nate Wood Four (photo : Parcifal Werkman)

De batterie, il fut à nouveau question par la suite, et pas qu’un peu. Drummer de renom (Kneebody, Tigran, Wayne Krantz, Donny McCaslin…), Nate Wood présentait sur la plus petite scène du festival, le Paardcafé, son nouveau projet solo ironiquement baptisé Nate Wood Four, où notre homme joue simultanément de la batterie, des claviers et de la basse électrique, le tout en chantant ! Le genre de performance qui fait fureur sur YouToube mais fait aussi son petit effet en live, même si l’on s’éloigne nettement du jazz au profit d’un registre, disons, électro-pop (ou quelque chose du genre). Autre batteur-phare de la génération montante, Marcus Gilmore n’affiche pas un choix esthétique aussi marqué. Si le petit-fils de Roy Haynes fait lui aussi vrombir les infrabasses avec son projet Silhouwav, il ne rompt pas tout à fait les amarres avec la tradition, au risque de brouiller un peu son identité : ici, des passages où les grooves synthétiques sont au premier plan, là des envolées de David Virelles au piano acoustique dans un registre « jazz contemporain », ailleurs encore une improbable version robotique de Body and Soul… La musique se cherche un peu, non sans fulgurances passagères. Quant à Casey Benjamin, déjà repéré aux côtés de Robert Glasper, il se révèle un saxophoniste inventif, mais finit par lasser à force de filtrer sa sonorité à travers les mêmes effets électroniques.

 

Judi Jackson (photo : Vouter Wellekop)

Le temps d’avaler un dîner, et me voilà reparti, errant de scène en scène au gré de ma curiosité, attrapant deux morceaux de fin de set par-ci, un demi-concert par là… Parmi les moments forts : l’incroyable duo entre le barde folk Marc O’Reilly et le contrebassiste Jasper Høiby, la musique à la fois lyrique et abstraite du groupe norvégien Time Is a Blind Guide (demandez leur album ECM à votre disquaire favori), l’improbable funk adulescent de Cory Wong (sur fond de projection de jeux vidéo vintage !), ou encore l’abattage impressionnant de Judi Jackson, soulwoman de ving-quatre ans révélée par sa collaboration avec Snarky Puppy. Du pointu et du populaire, du festif et du sérieux, du jazz et du moins jazz : que demande le peuple ?

 

Pascal Rozat

EN KIOSQUE

20190301 - N° 714 - 100 pages

Il y quatre-vingts ans naissait Blue Note. Afin de célébrer comme il se doit cet anniversaire, Jazz Magazine consacre son...