Gauthier Toux & Nils Petter Molvaer : les liens du son

10 Sep 2021 #

Jeudi 9 septembre, lors de la soirée des Talents ADAMI Jazz au festival de la Villette, le claviériste Gauthier Toux montrait pour la première fois à Paris le projet qui réunit depuis quelques mois son quartette For A Word et le trompettiste norvégien Nils Petter Molvaer. Une rencontre au sommet.

En première partie, le trio Rouge, récent lauréat du tremplin Jazz Migration, avait installé le public dans un début de rêverie, leur musique se déployant en de lentes et lumineuses respirations répétitives au variations d’intensité croissante. Et tandis que la pianiste Madeleine Cazenave égrenait des ostinati colorés par touches d’effets électroniques ou préparait un piano dont les accords gagnaient graduellement en ampleur, le contrebassiste Sylvain Didou et Boris Louvet charpentaient d’un jeu tantôt éparse ou fourni une musique cinématique et atmosphérique, amplifiée par les hypnotisants miroitements argentés des lumières de la salle.

Place à Gauthier Toux, dont le public parisien découvrait pour la première fois ce projet présenté récemment au festival Jazz sous les pommiers. Aidée par un superbe travail sur les lumières, l’atmosphère change d’emblée : la frappe lourde de Valentin Liechti nous emmène vers le rock et le punk, et les claviers scintillants du leader étirent la scène en de vastes espaces bientôt remplis par les murmures éthérés de la chanteuse Lea Maria Fries. Le bassiste Julien Herné est égal à lui-même : d’une assise implacable, funky puis tellurique. Il suffit à Nils Petter Molvaer de quelques notes aux attaques brumeuses pour que la salle soit suspendue à son souffle nocturne et solitaire avant que ce quartette augmenté n’entame une métamorphose de styles qui se poursuivra jusqu’au bout de la soirée : mises en place millimétrées ou grandes évasions planantes, voix pop voire soul mêlée de textures électroniques, déchaînements punk rock sur fond de mesures impaires lancées à tombeau ouvert ou ballades mélancoliques : ces cinq-là savent tout faire avec une même justesse. De quoi espérer très fort le prolongement de cette collaboration, avec “Nils Pierre” Molvaer – comme l’appelle désormais affectueusement Gauthier Toux – sur scène mais aussi en studio, où même leurs rêves les plus fous leur seraient accessibles. Yazid Kouloughli

 

Photo : Nils Petter Molvaer et Gauthier Toux, © (X/DR / jazzalavillette.com)

Brève de jazz

Chick Corea s’en est allé

C’est avec une grande tristesse que nous venons d'apprendre la disparition du légendaire pianiste Chick Corea, à l'âge de 79 ans. Sideman inoubliable, leader à nul autre pareil, il n'avait jamais cessé de partager les musiques auxquelles il avait dédié sa vie.

Dispositif Jazz Migration

Musicien.ne.s, vous avez jusqu'au 15 janvier 2021 pour proposer votre candidature au dispositif Jazz Migration et bénéficier d'un accompagnement artistique et professionnel ainsi que d'une tournée en France et en Europe. https://jazzmigration.com/postuler/

Report du Festival Jazz Magazine

Compte-tenu de l’épidémie de Coronavirus et des décisions du gouvernement interdisant les réunions de plus de 100 personnes, nous sommes contraints de reporter le Festival Jazz Magazine, qui devait se tenir la semaine prochaine, les 19, 20 et 21 mars. Nous en sommes navrés, merci de votre compréhension et de votre soutien

EN KIOSQUE

20210901 - N° 741 - 84 pages

Parce que son nouvel album avec Supersonic, “Back To The Moon”, est d’ores et déjà l’un des Chocs de l’année...