Orthez: Paul Lay live en son école de musique

10 May 2022 #

A l’instar du catalan Marco Mezquida autre pianiste phare de cette nouvelle génération hybridée entre classique (de formation) et jazz (par passion) Paul Lay aime se mouvoir sur des terrains musicaux différents, contrastés, hors stricte définition de genre ( les photos retravaillées de ses deux derniers album dévoilant un visage à demi grimé, masqué pour moitié valent-ils intention de garder un mystère de son intérieur musical?) Son travail sur Beethoven ou Bach, sa collaboration avec Géraldine Laurent et Ping Machine ou ses recherches sur l’histoire de la première guerre mondiale mixée avec celle du jazz qui l’ont conduit jusqu’à l’album concept Deep Rivers témoignent en tous cas du besoin de se nourrir de notes à découvrir, de celui d’assumer le risque d’improviser à tout va également.

 

 

 

“C’est non sans une certaine émotion que je reviens dans cette école de musique, rénovée certes mais qui reste mon école. C’est ici que j’ai étudié le piano, avec un prof Didier Datcharry, lequel au surplus m’a transmis sa passion du jazz. Et je suis ravi que certains jeunes élèves soient venus assister à la répétition. Permettez moi également de dédier ce concert maison à quelqu’un qui a accompagné le début de ma carrière: Jacques Canet. À propos  j’ai su que le festival Jazz Naturel qui a existé par et avec lui va disparaître avec son départ. Dommage vraiment. J’espère cependant que la musique, le jazz en premier lieu va pouvoir continuer à irriguer les saisons culturelles d’Orthez, ma ville natale”

Paul Lay (p), Simon Tailleu (b), Cynthia Abraham (dm)

Auditorium de l’École de Musique,  Orthez (64300)

 

Ce soir il s’agit bel et bien sur scène d’une première pour Cynthia Abraham  appelée à remplacer Isabel Sorling : “Dans l’urgence certes, mais elle a beaucoup bossé pour cela, chez elle d’abord avec moultes écoutes de l’album puis  chez moi avec le piano une journée durant”  justifie Paul Lay dans les loges avant d’entrer en scène. Constat de fait : aucun saut de chaine pour autant durant le concert. Au contraire, on la voit, on la sent se plonger de plein pied, de pleine voix dans le fil musical du projet Deep Rvers.

 

Cynthia Abraham, jazz naturel

Nantie de beaucoup de naturel, d’une sorte de douceur prégnante. Dotée d’un art singulier du tutti bien placé dans le registre du grand aigu en particulier -éclaté au besoin par des effets de chambre d’ écho (Southern Soldier Boy) Elle imprègne ainsi de la nuance dans les intensités du vocal forte du soutien des balancement  d’accords clairs du piano (Follow the drinking gourd ), des coups d’archers de la basse ductile de  Simon Tailleu.

 

Simon Tailleu

Plus ectiligne en rapport au travail effervescent d’Isabelle Sorling, plus « classiquement » jazz singer au féminin, Cynthia Abraham assume une gestuelle scénique légère dans laquelle tout passe par le filtre colorisant de la voix (Deep Rivers) Ainsi, entre piano blues et voix au phrasé gospel se marque le feeling sombre d’un ressenti lourd, mortifère  des soldats dans les tranchées. Surgit alors en résonnance juste les mots du poème d’un jeune américain mort à 17 ans à Verdun (To Germany) Pur esprit poétique pour sûr,  transmis aux notes en profondeur tant on sent dans le climat établi,  via la scansion, l’élan donné, les images du deuil absurde instillées  par le rythme.

 


Paul Lay lui demeure fidèle à son propos. Son piano livre du jazz des sources d’hier pour rebondir in fine jusque à ses lignes de fuite d’aujourd’hui. Dans un souci de valoriser l’improvisation, toujours. Laquelle pratique en vient à éclater volontairement  la métrique des temps fixés pour déboucher en mode clin d’œil sur une bonne  séquence rag time (Maple leaf rag) boostée par le travail précis de la basse “Ce thème de Scott Joplin méritait un arrangement spécial ou plutôt un vrai dérangement…” explique-t-Il un brin pince sans rire au public béarnais quelque peu égaré, lui, dans l’explosion des barres de mesure pour avoir enclenché très tôt des battements de mains avec empressement. L’intro de la basse marquée par beaucoup de relief via accords claqués et pics d’harmoniques lance enfin un Glory glory Halleluja dans les règles du genre cette fois. Cynthia Abraham est tout à son aise dans le registre gospel. L’audience  va désormais tout sourire, réconciliée avec la rigueur du rythme binaire. Ces orthéziens aficionados de jazz refusent de porter le deuil d’un festival de jazz. 

L’Ecole de Musique de Paul, ce soir, à rempli sa tâche.

 


Robert Latxague

Brève de jazz

Adieu à Daniel Farhi

Nous venons d'apprendre la disparition de Daniel Farhi. Cofondateur avec son frère Alain du premier New Morning, à Genève en 1976 avant d’être transplanté à Paris, cet infatigable passionné, à qui l’on doit l’une des plus belles aventures du jazz, est décédé vendredi à l’âge de 77 ans.

Chick Corea s’en est allé

C’est avec une grande tristesse que nous venons d'apprendre la disparition du légendaire pianiste Chick Corea, à l'âge de 79 ans. Sideman inoubliable, leader à nul autre pareil, il n'avait jamais cessé de partager les musiques auxquelles il avait dédié sa vie.

Dispositif Jazz Migration

Musicien.ne.s, vous avez jusqu'au 15 janvier 2021 pour proposer votre candidature au dispositif Jazz Migration et bénéficier d'un accompagnement artistique et professionnel ainsi que d'une tournée en France et en Europe. https://jazzmigration.com/postuler/

EN KIOSQUE

20220501 - N° 748 - 100 pages

De Herbie Hancock à Roy Ayers en passant par George Duke, Stanley Clarke, Patrice Rushen et Billy Cobham mais aussi...