Souvenirs de Slide Hampton

26 Nov 2021 #Bonus

Slide Hampton nous a quitté le 18 novembre dernier à l’âge de 89 ans. Il fut l’un des très grands trombonistes de l’Histoire du jazz, mais aussi un formidable arrangeur.

De ma retraite en rase campagne, l’information m’avait échappé. Qui se soucie aujourd’hui de la disparition d’un tromboniste de jazz. Je me souviens d’avoir un jour recommandé à l’équipe de Jazzman, pour renouveler ses « Unes » qui menaçaient d’épuiser les ventes du journal, de consacrer un numéro au trombone. Quel bide !

Les trombonistes font figure tout à la fois de soutiers et d’aristocrates de l’Histoire du jazz. Soutier, parce dans le big band, ils ont un peu en soute, enterrés entre la section de trompette qui brille tout en haut des praticables, et celle des saxophones constamment « devant ». Mais cette position « en soute » en fait une aristocratie parce qu’ils vivent l’orchestre de l’intérieur, au-delà des seules parties mémorisables en surface, ce qui en fait souvent de grands arrangeurs. Et puis, passé l’âge du « tailgate trombone » néo-orléanais, hérité des jeux de coulisse qui amusaient la foule au passage des orchestres sur chariot où l’on plaçait le tromboniste à l’arrière, du côté du hayon arrière (tailgate), passé cette pratique spectaculaire, le trombone est resté un instrument très secret, toujours en retard d’une brillance sur les trompettes et de vélocité sur les saxophones. La virtuosité qui n’y est accessible qu’aux plus techniciens n’y a rien d’apparent, tout se passant dans un savant calcul de mesure de la longueur de coulisses et d’économie du geste, et une habile négociation entre la pression des lèvres et l’articulation de la langue.

Locksley Wellington « Slide » Hampton, l’un des rares gauchers de l’instrument, maîtrisait tout ça avec une aisance folle et une belle musicalité, et arrangeait avec un art inégalé du voicing et de la conduite de voix, ce dont témoigne notamment son octette créé en 1962.

À plus d’une semaine de sa mort, ceux qui porte son deuil – et il avait de nombreux amis en France, notamment les musiciens du Swing Limited Corporation avec lesquels il joue son arrangement de Milestones dans une émission télévisée visible sur le site de L’Ina  – auront déjà lu de nombreux hommages, biographies et sélections discographiques sur le net.

Loin de ma discothèque personnelle, je me remémore quant à moi les deux disques par lesquels j’avais découvert Slide Hampton : « The Fabulous Slide Hampton » de janvier 1969 où, il fait flamber la coulisse sur un insolite In Case of Emergency tandis que le jeune et turbulent Joachim Kühn mène une guerre du tempo contre NHOP et Philly Joe Jones ; « A Day in Copenhagen » cosigné par Dexter Gordon avec Dizzy Reece, NHOP et Art Taylor, où les voix de trois soufflants témoignent de la quintessence de cet art de l’arrangement qui était celui de Slide Hampton. Franck Bergerot

Brève de jazz

Disparition de Giuseppe Pino.

C’est avec une tristesse infinie que nous avons appris cette nuit la disparition de notre ami et collaborateur historique de Jazz Magazine Giuseppe Pino. Il a immortalisé les plus grands noms du jazz, ses photos ont illustré d'innombrables couverture de Jazz Magazine et de pochettes de disques.

Adieu à Daniel Farhi

Nous venons d'apprendre la disparition de Daniel Farhi. Cofondateur avec son frère Alain du premier New Morning, à Genève en 1976 avant d’être transplanté à Paris, cet infatigable passionné, à qui l’on doit l’une des plus belles aventures du jazz, est décédé vendredi à l’âge de 77 ans.

Chick Corea s’en est allé

C’est avec une grande tristesse que nous venons d'apprendre la disparition du légendaire pianiste Chick Corea, à l'âge de 79 ans. Sideman inoubliable, leader à nul autre pareil, il n'avait jamais cessé de partager les musiques auxquelles il avait dédié sa vie.

EN KIOSQUE

20221101 - N° 754 - 84 pages

Un piano, une contrebasse, une batterie : c’est la formule magique qui unit depuis des décennies les meilleurs solistes de...