Viper’s Dream sur France Culture

05 Mar 2019 #

En tournant le bouton de sa radio ce soir, on pouvait tomber sur France Culture à l’heure du feuilleton du soir et, après un médiocre Mobby Dick (pauvre Melville à la sauce reader’s digest !) les soirs précédents, on pouvait se réjouir d’y reconnaître les noms de Nica et Thelonious Monk, avant de réaliser au ton des acteurs qu’il n’allait pas s’agir de jazz, mais de ses clichés, de son folklore, tel que le polar l’évacue trop souvent de la scène qui est la sienne pour n’en garder que les oripeaux. On me dira, les oripeaux, ils font partie du jazz. Probablement, mais sans le jazz, ses oripeaux ne sont rien. Or, à la façon dont la voix off disait : « Tout l’monde savait que Monk était le mec de Nica… » on pouvait deviner que le jazz n’avait pas ici sa place, si l’on songe que le mystère de la musique de Monk n’avait d’égal que celui constitué par le triangle Nelly – Thelonious – Pannonica.

On était sur France Culture où le jazz et, de manière générale, la musique instrumentale sont si rares, si maltraités, saucissonnés, émasculés sous formes de jingles ou de fonds sonores, anonymes. Et à la fin du premier épisode de Viper’s Dream, dont je ne saurais dire si la médiocrité est à mettre au crédit de Jake Lamar ou de son adaptation, comme ce semble être la règle sur France Culture, on n’oublia de créditer personne, ni les acteurs évidemment, ni les musiciens figurants*, ni la réalisatrice, ni son assistante, ni la bruiteuse, ni les ingénieurs du son, ni celui qui assura la documentation musicale. On oublia juste le jazz que l’on venait d’entendre tout au long de cette séquence, et l’on oublia de citer Thelonious Monk et son quintette du 21 novembre 1947 jouant ‘Round Midnight pour Blue Note, Charles Mingus et son septette du 12 mai 1959 jouant le Goodbye Porkpie Hat de l’album “Mingus Ah Hum”, un scat d’Ella Fitgzerald dont j’aurais bien aimé que l’on m’indique la provenance, Louis Armstrong et son tentet du 4 novembre 1931 jouant Stardust pour Okeh et Wayne Shorter, Palle Mikkelborg, Herbie Hancock, Ron Carter, Mads Vinding et Billy Higgins autour de Dexter Gordon jouant ‘Round Midnight le 22 août 1985 pendant les séances pour le film de Bertrand Tavernier Autour de midi. Ne cherchez pas la fiche de l’émission sur le site de France Culture, ils n’y figurent pas plus. Mais à l’heure où la musique n’est plus que fichiers MP3 anonymes, qui s’en soucie. Vous avec dit Dexter qui ? Goodbye qui ? Franck Bergerot

*Citons les, vous les connaissez : le trompettiste Malo Mazurié, le guitariste Edouard Pennes, le pianiste Bastien Brison, le batteur David Grebil… En d’autres temps, sur France Culture, on ne se serait pas contenter de leur faire faire du bruitage de musiciens au travail, on leur aurait commandé une musique originale.

EN KIOSQUE

20190301 - N° 714 - 100 pages

Il y quatre-vingts ans naissait Blue Note. Afin de célébrer comme il se doit cet anniversaire, Jazz Magazine consacre son...