Guys and Dolls : Broadway comme si vous y étiez

28 Mar 2019 #Concerts

Exportée directement des Etats-Unis où elle connaît depuis longtemps déjà un succès jamais démenti, la comédie musicale Guys and Dolls était proposée pour la première fois à Paris, hier soir et depuis quelques jours déjà, au Théâtre de Marigny.

Gangsters en costumes impeccables, jeunes âmes innocentes…située dans les années 1950, l’intrigue de la pièce fonctionne sur des archétypes de personnages vus et revus, dans les adaptations de la pièce (« Blanches colombes et vilains messieurs ») et moult films et spectacles similaires.

Mais la recette fonctionne toujours autant : la présence scénique et les qualités d’interprète des comédiens, tous aussi bons chanteurs que comédiens et danseurs, confère à Guys and Dolls une aura presque irréelle où chaque réplique, chanson et pas de danse semble à la fois absolument parfait et parfaitement naturel.

Pour quiconque aime le spectacle vivant, la patte de Broadway est superbement rendue par la mise en scène de Stephen Mear, mais les simples amoureux du jazz seront ravis de venir, aussi, écouter un orchestre au swing impeccable. Et si l’improvisation débridée est moins de mise que le respect scrupuleux d’une partition aux thèmes toujours aussi efficaces, la qualité des musiciens et du chef d’orchestre donne, depuis la fosse, tout son relief à l’action sur scène. Que l’on soit déjà familier avec la pièce, où les comédies musicales à l’américaine en général, la voir sur scène jouée par un aussi bon casting ne peut être qu’une expérience mémorable. Un régal.

Représentations jusqu’au 27 juillet 2019.

Brève de jazz

Report du Festival Jazz Magazine

Compte-tenu de l’épidémie de Coronavirus et des décisions du gouvernement interdisant les réunions de plus de 100 personnes, nous sommes contraints de reporter le Festival Jazz Magazine, qui devait se tenir la semaine prochaine, les 19, 20 et 21 mars. Nous en sommes navrés, merci de votre compréhension et de votre soutien

Adieu McCoy Tyner

Il restera pour l’éternité l’un des pianistes les plus influents et respectés de l’histoire du jazz moderne, McCoy Tyner est mort vendredi 6 mars, et c’est le monde du jazz qui est en deuil. Jazz Magazine est triste, très triste.

Jazz Magazine de mars (N°725)

Ce mois-ci, Thomas Dutronc est rédacteur en chef invité de Jazz Magazine. Un numéro à retrouver en kiosque !

EN KIOSQUE

20200701 - N° 729 - 150 pages

Cet été, Jazz Magazine est fier et heureux d’affirmer sa présence en kiosques avec un numéro exceptionnel de 150 pages....