Le batteur Lawrence Leathers retrouvé mort dans son escalier

04 Jun 2019 #Bonus

Connu pour son fascinant jeu de batterie au sein du trio du pianiste Aaron Dielh, donc au côté de la chanteuse Cécile McLorin-Salvant, le batteur Lawrence Leathers a été retrouvé mort dimanche dernier dans l’escalier de l’immeuble où il vivait, à la suite d’une violente dispute.

 Né le 23 novembre 1981 dans le Michigan, Lawrence Leathers s’était passionné pour la batterie vers l’âge de 10 ans et avait débuté sa carrière professionnelle à 15 ans. Installé à New York en 2007 pour étudier à la Juilliard School, il s’était rapidement trouvé sollicité par des musiciens comme Wynton Marsalis, Mulgrew Miller, Cyrus Chestnut et Christian McBride, mais c’est au sein du trio du pianiste Aaron Diehl qu’il fit sensation auprès des connaisseurs avant de toucher un public plus large lorsque le trio fut sollicité par la chanteuse Cécile McLorin-Salvant (“For One To Love” et “Dreams & Daggers” et autant de Grammy Awards du meilleur album de jazz vocal). C’est ainsi qu’il conquit notamment le public du Jazz Magazine Festival en janvier 2018. Ces dernières années, il présidait aux jam session du Dizzy’s Club Coca-Cola et du Smalls Jazz Club, ce qui fait dire à Aaron Diehl pour NPR Music : « Il avait le sens de l’observation des situations et des gens, ce qu’il savait transposer dans sa musicalité, toujours attentif à chacun, avec pour objectif de groover et de porter la scène à l’euphorie. » E.J. Strickland qui fut son mentor se souvient de lui sur Instagram comme « le plus musical, le plus swingant, le plus honnête. Chaque fois que je l’ai vu jouer, j’ai beaucoup appris. »

EN KIOSQUE

20190801 - N° 719 - 100 pages

Jazz Magazine prend ses quartiers d’été et célèbre une année fantastique, 1969, avec un dossier géant qui reflète le bouillonnement...