Le Bonobo Jazz gang au Petit journal Saint-Michel

25 Nov 2021 #

Le Bonobo Jazz gang au Petit journal Saint-Michel

 

 

Bonobo Jazz Gang, avec Fred Couderc (sax basse, sax tenor en ut, slide saxophone), Nicolas Montier (sax basse, sax tenor), Julien Ecrepont (trompette), Nicolas Peslier (guitare, banjo), mercredi 17 novembre 2021

 

On descend les marches du petit Journal Saint-Michel, après un regard distrait sur les photos  sur le mur : Zanini, Claude Luter, et tiens, Woody Allen, le célèbre clarinettiste…

En bas, le concert a commencé. Un groupe joue sur cette incroyable scène de guingois, si étroite qu’il a fallu installer un miroir pour que l’on puisse avoir une chance de voir l’ensemble des musiciens. Une quinzaine de spectateurs. Quelques touristes américains (on imagine que l’endroit figure sur certains guides du typical Paris).

Et donc un groupe joue des bons vieux standards. Quand j’arrive, c’est cheek to cheek. Petites blagues, regards en coin. On se sent comme autour d’un feu de bois. Ça pourrait être du bon vieux jazz, joué à la coule, on serait déjà content, et l’on ferait semblant de ne pas entendre les pains. Sauf que là, il n’y a pas de pains, même pas des miettes. Derrière les petites vannes, les espiègleries, la décontraction, ça joue terrible. Tous ces musiciens sont de drôles de clients, piliers de tous les big-band de Paris mais pas forcément connus des amateurs. Pendant le confinement, ils se sont retrouvés pour jouer régulièrement, histoire de ne pas devenir fou, et ont fini par enregistrer (le disque s’appelle Bonobo Jazz gang, on y retrouve les standards joués ce soir).

Fred Couderc, venu avec quelques specimens de son attirail saxophonistique. En particulier un drôle de bestiau, qu’on ne voit pas tous les jours : un saxophone basse, à côté duquel le sax baryton fait figure de freluquet ridicule. Et, coup de chance, l’autre saxophoniste du groupe, Nicolas Montier, est aussi venu avec le sien. Ce qui donne (c’est pas tous les jours) un splendide duo de sax basses sur Tricotism (d’Oscar Pettiford) au cours duquel Fred Couderc et Nicolas Montier échangent les basses et les solos. Ça marche formidablement bien. Et quand Nicolas Montier, au sax basse, accompagne Fred Couderc au sax tenor en ut, où il expose All too soon avec une sonorité à la Johnny Hodges, cela offre un délicieux contraste entre le velours et le velu. Le plus beau moment du concert.

Au sax ténor Nicolas Montier ( entendu notamment aux côtés de Philippe Milanta et Stan Laferrière) fait entendre une sonorité chaude et profonde à la Coleman Hawkins. Le trompettiste Julien Ecrepont a une sonorité et un discours très limpide. Nicolas Peslier, à la guitare ou au banjo, est un soutien infaillible. Tous ces gars là jouent avec un naturel confondant, comme s’ils sifflaient sous leur douche. Les touristes américains photographient consciencieusement les sax basses. Plus le concert s’avance et plus les musiciens dévoilent leur jeu. Il n’y a pas que des standards, il y a aussi de belles compos (Huuu de Nicolas Montier) et des associations sonores inédites (It could happen to you joint à Fried Bananas de Dexter Gordon). Et entendre Fred Couderc exposer Mood Indigo au slide saxophone, avec ses glissades merveilleuses et vertigineuses  dans les aigus, c’est la cerise sur le pompon.

JF Mondot

Brève de jazz

Disparition de Giuseppe Pino.

C’est avec une tristesse infinie que nous avons appris cette nuit la disparition de notre ami et collaborateur historique de Jazz Magazine Giuseppe Pino. Il a immortalisé les plus grands noms du jazz, ses photos ont illustré d'innombrables couverture de Jazz Magazine et de pochettes de disques.

Adieu à Daniel Farhi

Nous venons d'apprendre la disparition de Daniel Farhi. Cofondateur avec son frère Alain du premier New Morning, à Genève en 1976 avant d’être transplanté à Paris, cet infatigable passionné, à qui l’on doit l’une des plus belles aventures du jazz, est décédé vendredi à l’âge de 77 ans.

Chick Corea s’en est allé

C’est avec une grande tristesse que nous venons d'apprendre la disparition du légendaire pianiste Chick Corea, à l'âge de 79 ans. Sideman inoubliable, leader à nul autre pareil, il n'avait jamais cessé de partager les musiques auxquelles il avait dédié sa vie.

EN KIOSQUE

20221001 - N° 753 - 84 pages

Le dessinateur Fred Beltran les a réunis sur notre couverture, mais dans la vraie vie, Miles Davis et Jimi Hendrix...