Silvia Ribeiro Ferreira, un coup de maître

01 Oct 2018 #

 

Après Itamar Borochov, le label Laborie présentait au Studio de l’Ermitage une autre de ses pépites, le premier disque de la jeune saxophoniste  Sylvia Ribeiro Ferreira. 

Silvia Ribeiro Ferreira (sax baryton et ténor), Sébastien Barrier (claviers et effets), Xavier Parlant (batterie), Studio de l’Ermitage, 25 septembre 2018

Quelle belle découverte! J’avoue avoir été cueilli par la musique  de cette jeune artiste qui a choisi pour s’exprimer le massif et caverneux sax baryton, et qui en fait le vecteur de ses pudiques confidences. Je ne me rappelle pas avoir déjà entendu jouer de cet instrument avec une telle délicatesse! Je note par exemple sa manière d’utiliser toujours à bon escient le registre formidablement grave de l’instrument (un registre vers lequel on est forcément attiré quand on s’acoquine à ce géant de cuivre). Elle fait entendre, au baryton mais aussi au ténor, un lyrisme pudique, tenu, qui bouleverse sans jamais faire de gringue à l’auditeur. Et cette musicienne est de surcroît une compositrice douée, comme en témoigne Viasil, mélodie nostalgique et poignante, qui ne cesse de tourner sur ma platine depuis que j’ai assisté à ce concert.

Silvia Ribeiro Ferreira s’est forgée un univers personnel, où ses racines portugaises  entrent pour une part importante. Elle rend un hommage original à la grande Amalia Rodriguez dans une composition au long cours qui  utilisant des samples, d’abord une interview de la grande artiste sur le fado puis quelques couplets d’une de ses chansons. Des effets de guitare saturée donnent une direction inattendue à cet hommage.

On voit que Silvia Ribeiro Ferreira et son groupe cherchent, tentent des choses, essaient de trouver une manière  d’adjoindre à leurs musiques quelques effets éléctroniques, des révèrbes, ça cherche, ça essaie, ça prend des risques. La saxophoniste est accompagnée de musiciens à son image, partageant les mêmes qualités d’exigence, de goût, de lyrisme. Par exemple le batteur Xavier Parlant, qui sur Exilio, un des morceaux  les plus prenants du concerts, limite ses interventions à de délicates ponctuations sur les cymbales. Jeu minimal, effet maximal. Voilà une artiste et un disque (sur label Labortie, donc) que l’on recommande sans aucune réserve.

texte JF Mondot

Dessins Annie-Claire Alvoët  (autres dessins, peintures, gravures à consulter sur son site www.annie-claire.com    Pour acheter un des dessins figurant sur ce blog, s’adresser à l’artiste: annie_claire@hotmail.com)

Brève de jazz

Report du Festival Jazz Magazine

Compte-tenu de l’épidémie de Coronavirus et des décisions du gouvernement interdisant les réunions de plus de 100 personnes, nous sommes contraints de reporter le Festival Jazz Magazine, qui devait se tenir la semaine prochaine, les 19, 20 et 21 mars. Nous en sommes navrés, merci de votre compréhension et de votre soutien

Adieu McCoy Tyner

Il restera pour l’éternité l’un des pianistes les plus influents et respectés de l’histoire du jazz moderne, McCoy Tyner est mort vendredi 6 mars, et c’est le monde du jazz qui est en deuil. Jazz Magazine est triste, très triste.

Jazz Magazine de mars (N°725)

Ce mois-ci, Thomas Dutronc est rédacteur en chef invité de Jazz Magazine. Un numéro à retrouver en kiosque !

EN KIOSQUE

20200401 - N° 726 - 100 pages

Suite au confinement imposé par l’épidémie du Coronavirus, le nouveau Jazz Magazine a été bouclé “at home” et “on line”...