Sunset: Guitares illimitées

24 Jan 2023 #

Ce n’est pas commun: quatre guitares, deux basses plus une rythmique jouent de concert sur une même scène. Guitar Unlimited n’est pas un orchestre comme les autres : « Il y’a 57 ans que le groupe existe raconte son fondateur et toujours mentor à l’heure actuelle, Raymond Gimenes. Et notre premier contrat pour un disque c’est Eddy Barclay lui même qui l’a signé de sa main » D’où ce commentaire élogieux de Sylvain Luc à la fin du premier set du jour « Ces types on vécu une aventure hors de l’ordinaire » D’un guitariste normal aurait-il pu ajouter en connaisseur.

Ils sont venus pour deux sets dans la soirée. Plus que le titre de l’orchestre sans doute le nom des invités a généré une certaine curiosité au delà des seuls aficionados de la guitare jazz. Résultat : le club de la rue des Lombards a fait ke plein dés cette fin d’après-midi hivernale de froidure intense.

Guitar Unlimited :

Raymond Gimenes – Khalil Chahine, Amaury Filliard, Jimi Drouillard (guitare) Fifi Chayebo, Gilles Coquard(basse) Frederic Sicart
(batterie)
Invités:
Sylvain Luc, Thomas Dutronc, Claude Engel (guitare)

Le Sunset (Paris 7501), 21 janvier

Thomas Dutronc, guitariste, Raymond Gimenes, mentor

On entre dans la danse au travers d’une entame classique avec « Four Brothers » sans pour autant relier ce titre au chiffre des guitares présentes. La machine tourne sans accroc; on distingue pourtant des sonorités différentes propre à chaque instrument du carré d’as réuni « Souvent nos concerts se passent avec la venue d’un ou plusieurs guests. Ce soir notre premier invité est à la fois guitariste et chanteur. » Thomas Dutronc, porteur d’une mèche de cheveux et de Ray Bans emblématiques du nom de la famille empoigne une guitare à caisse jazz. Le morceau « spécialement écrit à son intention » s’il faut en croire Gimernes sonne funky, objet d’un solo en rythmique appuyée et passages d’accords en hachures. Chaque thème exploré met en valeur l’un des guitaristes. La composition de Jimy Drouilard ressort rythm and blues et mélodique à la fois dans ses intonations. Le solo du vieux routier à la crinière argentée des scènes et studios parisiens jaillit façon gros son un peu saturé « sale » sur sa Télécaster de base. « Bern’s tune » offre à son tour venu le terrain de douceurs chantantes des phrasés à Khalil Chahine. « Take the A train » du Duke, un des premiers thèmes enregistrés par le groupe, résonne plus strictement collectif.

Claude Engel, dans le magma de guitares

« Invité no 2: Claude Engel » Avec lui on demeure dans le monde « illimité » certes. mais répertorié pour autant des guitaristes distingués et de leurs guitares chéries. Plutôt élégant dans une veste chinée de noir et d’or le guitariste définitivement attaché question image musicale bis à vis d’une certaine génération de boomers à celle de Magma, reste fidèle à sa « Strato » de chez Fender. Sa « compo » « Rock boogie » livre une démonstration toute en glissando de notes ou accords sur le manche.

Dutronc fils, chanteur

Il avait bien été annoncé en tant que tel, double face guitariste et chanteur, sinon crooner… Thomas Dutronc revient alors chanter le « Basie » d’Henri Salvador, un costume d’interprète qui va bien à sa voix, sa manière . lL’accompagnement des quatre guitares additionnées, entremêlées juste ce que il faut, dans le ton idoine, aidée d’une rythmique elle aussi juste dans les couleurs, offre un beau tapis de softitude « going down slow »

Sylvain Luc

Quand Sylvain Luc, « invité no 3 » apparaît l´univers guitare tout de suite prend une autre dimension. Il n’en fait ni trop ni trop au dessus. Simplement sa guitare vit autrement. Tous les autres du métier du manche ici réunis sur la scène du Sunset le savaient d’avance. Il n’aura aligné qu’un chorus, peut-être deux. Suffisant pour dire son fait. Inscrire sa marque sur les six cordes. Et voir Thomas Dutronc, lui en particulier le manger carrément des yeux pendant l’exercice vaut preuve.

Sylvain Luc, guitare illimitée sous les regards crousés

Bon, bref, guitare de modèle ou pas mais guitariste toujours lancé sur le tremplin d’un manche, la vie du jazz et d’ailleurs, elle sonne comme ça. « Unlimited »

Robert Latxague

Brève de jazz

Disparition de Giuseppe Pino.

C’est avec une tristesse infinie que nous avons appris cette nuit la disparition de notre ami et collaborateur historique de Jazz Magazine Giuseppe Pino. Il a immortalisé les plus grands noms du jazz, ses photos ont illustré d'innombrables couverture de Jazz Magazine et de pochettes de disques.

Adieu à Daniel Farhi

Nous venons d'apprendre la disparition de Daniel Farhi. Cofondateur avec son frère Alain du premier New Morning, à Genève en 1976 avant d’être transplanté à Paris, cet infatigable passionné, à qui l’on doit l’une des plus belles aventures du jazz, est décédé vendredi à l’âge de 77 ans.

Chick Corea s’en est allé

C’est avec une grande tristesse que nous venons d'apprendre la disparition du légendaire pianiste Chick Corea, à l'âge de 79 ans. Sideman inoubliable, leader à nul autre pareil, il n'avait jamais cessé de partager les musiques auxquelles il avait dédié sa vie.

EN KIOSQUE

20230201 - N° 756 - 84 pages

Sur l’écran noir de ses nuits blanches, Jazz Magazine se fait son cinéma avec un numéro spécial consacré aux BO...