Junas I : La Nouvelle-Orléans s’invite

21 Jul 2012 #Non classé

Junas, dans son décor fantastique des carrières explosant de couleurs vives la nuit venue, ce pourrait être le jazz vivant… à l’âge de pierre ! Cette année, c’est bien à un retour à l’Histoire qu’invitait la thématique générale du XIXe Jazz à Junas : retour vers La Nouvelle-Orléans. Invitation à redécouvrir les racines de cette musique, mais aussi à en suivre l’évolution. De quoi noter, au passage, quelques cicatrices post-ouragan Katrina, quelque chose qui, entre douleurs et rétablissement, pourrait sonner comme une touche de blues.

 

 

Jazz à Junas, Carrières de Junas, 18 et 19 juillet. Raphael Imbert Octet, Magic Slim and the Teardrops, Brian Blade and the Fellowship Band, Ninety Miles

 

 Sa musique ne se livre pas si aisément. Elle nécessite même de la part de l’auditeur spectateur une écoute attentive, voire une envie, un besoin. Car même sur cette carte imprimée aux couleurs de la tradition Nouvelle Orléans avec banjo en bandoulière et traits de piano ragtime au besoin, les lignes bougent hors de tout confort dans l’octet de Raphael Imbert. Justement L’instrumentation ainsi plutôt diversifiée force à accepter une large palette de couleurs sonores (paradoxalement dans un tel contexte de lignes croisées, les parties chant et/ou guitare de Sarah Quintana peuvent quelquefois apparaître quelque peu en décalage) Mais voilà : lorsque l’on se trouve pris au jeu vient rapidement le plaisir d’une captation (une cooptation ?) à partir d’une musique basée sur des riffs, qui a tout de même fondé, ancré les courants du jazz.

 

Magic Slim lui ne se pose pas de question. Il joue le blues. Celui qui sonne vrai. A l’écoute de cette tranche de vie black and blue, et malgré la similitude quant aux difficultés physiques à figurer sur une scène et à se déplacer, devant une telle vitalité d’expression l’on ne peut pas ne pas songer dès lors à la catastrophe artistique que représente aujourd’hui, hélas, une prestation scénique de BB King…Au dit Magic la règle d’or des 12 mesures et des trois accords lui appartient en propre. La rythmique de son groupe –seconde guitare, basse et batterie- jeune, solide représente un moyen idéal de propulsion quel que soit le tempo. Le son de sa guitare acide découpe alors des gimmicks évidents tels des matins clairs sur le bayou. Même à l’occasion d’une millième version plutôt funky de Baby please don’t go…

 

Brian Blade, batteur : une incroyable densité de sons et de frappes modulées à bon escient ; une succession de figures rythmiques et autant de constructions mélodiques sur caisses et cymbales, bref une sorte d’orchestre à lui tout seul doué d’une capacité d’invention permanente. Avec cet orchestre il se trouve aussi bien entouré. Bon, Melvin Butler est un peu sage peut-être, un peu cadré dans son jeu de sax. On retient malgré tout un son rond, souple au ténor. Myron Walden plus éclaté question sonorité, à la clarinette basse mais au sax alto surtout figure une sorte de Dolphy d’aujourd’hui, souvent imprévisible dans le discours. Si la mise en relief de l’ensemble tient au profil du leader, le lien revient au piano de Jon Cowherd. Beaucoup de nuances et de brio.

 

Ninety Miles enfin. Le groupe des trois leaders quadras amoureux de Cuba–sauf que Nicolas Payton remplace cette fois Christian Scott prévu sur cette même scène le lendemain même…- se trouve confronté à une situation paradoxale. La multiplicité des leaders, le nombre des sources sonores différentes dues à la composition de l’orchestre compliquent la tâche des spectateurs. Beaucoup d’items et d’évènements musicaux à localiser en simultané : l’identification s’en trouve altérée, l’écoute plus difficile en rapport au disque récemment sorti. Dommage car les compositions exposées sur scène s’avèrent riches, travaillées. Stefon Harris offre son savoir faire au vibraphone, instrument plutôt rare désormais, plus un visuel pour bien faire savoir. « J’aime de plus en plus utiliser aussi le marimba. Le bois représente une matière noble, naturelle, pour moi une trace de l’Afrique creusée à même le jazz… » David Sanchez au sax ténor, c’est une force, une amplitude donnée aux développements des lignes harmoniques, de la mélodie. Nicolas Payton enfin, figure plus fermée, moins explosive, comme un peu en retrait…Sur un air de marching band pourtant, roulement de tambour militaire et tempo binaire appuyé le final néo orléanais s’est conclut public debout et battement de mains assurés. Junas, cœur de chauffe dans un décor de pierre peut au besoin s’affranchir du paradoxe. Robert Latxague

 

Raphael Imbert (ts, ss), Jean Luc Di Fraya (b), Simon Sieger (tb, p), Thomas Weirich (g), Pierre Fénichel (b),Benjamin Lévy (g), Paul Elwood (bjo, voc), Sarah Quintana (g, voc).

 Magic Slim (voc, g), John Mc Donald (g, voc), Andre Howard (b, voc), Brian Jones (dm, voc).

Brian Blade (dm), Melvin Butler (ts), Myron Walden (as, bcl) Chris Thomas (b), Jon Cowerd (p).

Stefon Harris (vib, marimba), David Sanchez (ts), Nicolas Payton (tp) Ed Simon (p), Richie Rodrigues (b), Terreon Guli (dm), Mauricio Herrera (perc)

EN KIOSQUE

20181201 - N° 712 - 116 pages

Le 6 janvier 1999, Michel Petrucciani s’éteignait à New York. Quelques mois plus tôt, le jazzman le plus populaire de...