Colin Vallon Trio : jazz en contrebande au Sud des Alpes

11 Oct 2021 #Concerts

JazzContreBand : un festival transfrontalier franco-helvétique. Le Sud des Alpes, à Genève : un lieu historique du jazz européen. Colin Vallon Trio : la formation d’un pianiste créée en 1999, et dont l’identité s’est vraiment dessinée dans les années 2010 avec son personnel actuel : Parice Moret (contrebasse), Julian Sartorius (batterie).

Jazzcontreband fête cette année ses 25 ans de pérégrinations de part et d’autre de la frontière franco-suisse, fédérant cette année trente-deux lieux pour 70 concerts tout au long du mois d’octobre. Inauguration le 1er octobre à l’Alhambra de Genèvre avec un double plateau ( les quartettes de la harpiste Julie Campiche et la chanteuse Lisa Simone). Arrivé à Genève pour participer au jury du traditionnel tremplin, j’avais le choix, ce samedi 9 octobre entre le Chorus de Lausanne qui, outre un concours de piano jazz, accueillait la chanteuses Anne Malcolm et le trio d’Hervé Sellin, le groupe Space Age Sunset à l’affiche  de l’Épicentre sur Collonge-Bellerive, Stacey Kent (avec Julie Campiche en première partie) à La Grange au Lac d’Évian et le trio de Colin Vallon au Sud des Alpes.

Ouvert en 1981, à deux pas de la gare Cornavin de Genève, au 10 rue des Alpes, le Sud des Alpes abrite l’AMR, l’association fondée en 1973 par quelques figures de proue des nouvelles musiques improvisées européennes de l’époque (le saxophoniste Maurice Magnoni, le contrebassiste Olivier Magnenat, etc…) et des musiques traditionnelles (Laurent Aubert dont les Ateliers d’ethnomusicologie se détachèrent en 1983),  le sigle AMR signifiant (notez l’emplacement des majuscules) Association pour l’encouragement de la Musique impRovisée. Ainsi, à la programmation de concerts et de festivals s’ajoutent une intense activité pédagogique en partenariat avec le CPMDT, le Conservatoire populaire de musique, danse et Théâtre de Genève, né en 1932.

On cueille à l’entrée le dernier numéro (415, septembre-octobre 2021) de la gazette associative et néanmoins historique Viva la musica, créée en 1975 et dont cette dernière édition célèbre le 40ème AMR Jazz Festival qui s’est tenu du 16 a 26 septembre. En couverture, photo de groupe du Lucy Stone Orchestra devant la porte d’entrée du Sud des Alpes où, le 20 octobre, sous la direction de la pianiste Florence Melnotte, ce grand orchestre à majorité féminine a rendu hommage au jazz au féminin (notamment Geri Allen et Mary Lou Williamson). En page 2, la chronique mensuelle « Enveloppes » d’une figure historique de Viva la musica, le batteur et écrivain Claude Tabarini, cette fois-ci inspirée par les « European Recordings Autumn 1964 Revisited » (Ezz-tetics, ex-Hat Hut) du quartette d’Albert Ayler avec Don Cherry, Gary Peacock et Sunny Murray. On trouve encore dans ces pages, la rubrique Outils pour l’improvisation consacrée pour ce numéro à Warne Marsh, Son approche harmonique et mélodique. La double page centrale décline l’agenda des concerts du mois d’octobre dont quelques-uns estampillés « JazzContreBand » notamment le trio de la pianiste Marie Krüttli, vendredi prochain 15 octobre… mais on ne saurait passer sous silence la venue le vendredi 29 du quartette de Noah Preminger, grande figure actuelle du saxophone ténor (avec le grand batteur Dan Weiss pour ne citer que lui), et le lendemain le Classic Bump Band du batteur Bobby Previtte,  avec Ray Anderson, Marty Ehrlich, Wayne Horwitz et Jerome Harris, tous légendes de cette Down Town Scene qui secoua les musiques improvisées new-yorkaises dans les années 1980. Et encore : « leurs musiciennes préférées » par sept membres du Lucy Stone Orchestra ; la présentation de trois clubs suisses (le Moods Zürich, le BeJazz  de Berne et le Jazz in Bess  de Lugano) ; les chroniques des disques de la saxophoniste Maria Grand et du trio Re-Ghoster né à l’AMR… Et tous les numéros depuis 2009 sont téléchargeables sur la page Viva la Musica  du site de l’AMR.

On gravit l’escalier du Sud des Alpes nous conduisant dans une salle dont j’aurais quelque peine à dessiner le périmètre, sauf à noter que le bar est disposé de façon à n’être pas vu de la scène… Mais en fait de scène, il n’y en a pas, le Colin Vallon trio ayant décidé de se produire sans sonorisation autre que l’ampli de contrebasse de Patrice Moret. Celui-ci, le piano et « l’attirail » du batteur Julian Sartorius se trouvent disposés au milieu de l’assistance, comme cernés par elle. Pour qui s’est fait un idée charmante de la musique de Colin Vallon à travers son premier disque de 2004, avec un trio tout différent (« Les Ombres » Unit Records) ou son association avec la chanteuse Elina Duni, l’âpreté de ce qui sera joué au cours de la soirée surprendra avant de séduire. À reprendre le fil de sa discographie – deux premiers disques avec Moret et le batteur Samuel Rohrer « Ailleurs » chez  Hat Hut en 2006 et « Rruga » chez ECM en 2010 –, il y a pourtant une logique de développement, partant d’une relative sobriété et d’un lyrisme relativement transparent pour parvenir après l’arrivée à la batterie de Julian Sartorius en 2012 (« Le Vent » ECM, 2013) à un étrange équilibre entre le dépouillement et une sorte d’épaisseur qui fait passer de la transparence à une très mystérieuse translucidité, la liquidité du lyrisme initial subissant une sorte de gélification qui l’opacifie et diffracte la lumière qui la traverse, en trouble le rayonnement, de l’énoncé des mélodies succintes résultant un foisonnant tintinnabulement. On imagine que l’instrumentarium et la frappe iconoclastes de Julian Sartorius aient contribué à ce trouble et à entrainer Colin Vallon vers la multiplication des « préparations » du piano et des jouages directement sur les cordes à l’aide de divers objets, entraînant altérations du timbre et du « bon tempérament » comme autant de salissures, une évolution beaucoup plus évidente en « concert », comme vendredi dernier au Sud des Alpes, loin des mixages très « clean » de Manfred Eicher dont on sait qu’il peut avoir la main lourde sur tout ce qui s’apparente à une percussion. Minimaliste dans tous les sens du terme – en ce qu’elle procède tout à la fois d’une certaine miniaturisation du geste instrumental, et du répétitif comme mise en boucle d’évènements miniatures –, cette musique se distingue cependant de la cristallisation du genre « répétitif » par la permanence des glissements et les dérives qui s’y exercent, qu’il s’agisse d’improvisations collectives, de variations autour de compositions préalables ou de simples grooves évoquant une espèce de drum’n’bass battu par des instrumentistes qui auraient la main verte. Les Parisiens – les chanceux – pourront entendre le Colin Vallon Trio le 1er décembre au Centre culturel suisse. Franck Bergerot

 

 

 

1er décembre au Centre Culturel Suisse.

Brève de jazz

Chick Corea s’en est allé

C’est avec une grande tristesse que nous venons d'apprendre la disparition du légendaire pianiste Chick Corea, à l'âge de 79 ans. Sideman inoubliable, leader à nul autre pareil, il n'avait jamais cessé de partager les musiques auxquelles il avait dédié sa vie.

Dispositif Jazz Migration

Musicien.ne.s, vous avez jusqu'au 15 janvier 2021 pour proposer votre candidature au dispositif Jazz Migration et bénéficier d'un accompagnement artistique et professionnel ainsi que d'une tournée en France et en Europe. https://jazzmigration.com/postuler/

Report du Festival Jazz Magazine

Compte-tenu de l’épidémie de Coronavirus et des décisions du gouvernement interdisant les réunions de plus de 100 personnes, nous sommes contraints de reporter le Festival Jazz Magazine, qui devait se tenir la semaine prochaine, les 19, 20 et 21 mars. Nous en sommes navrés, merci de votre compréhension et de votre soutien

EN KIOSQUE

20211001 - N° 742 - 100 pages

Sur la couverture, John Coltrane semble jouer pour Miles Davis. Un incroyable album live inédit du titan du saxophone vient de paraître, “A Love...