JAZZ sur le VIF : AMAURY FAYE Trio , ANDRÉ CECCARELLI Quartet

24 Dec 2018 #Concerts

 

Quatrième concert de la saison programmée par Arnaud Merlin, et cap au plein Sud, avec le trio du pianiste Amaury Faye et le quartette du batteur André Ceccarelli

AMAURY FAYE TRIO

Amaury Faye (piano), Louis Navarro (contrebasse), Théo Lanau (batterie)

Paris, Maison de la Radio, studio 104, 22 décembre 2018, 20h30

 

Trois musiciens qui ont émergé entre Toulouse et Agen, même si aujourd’hui le trio est basé pour deux tiers à Bruxelles, et pour le troisième tiers entre Paris et Berlin. La trajectoire d’Amaury Faye va de la section jazz du Collège de Marciac jusqu’au Berklee College de Boston, et c’est à Bruxelles, en concert à la Jazz Station, que le trio a enregistré en mars dernier son second disque («Live in Brussels», Hypnote Records HR-008 / InOuïe Distribution). Comme le disque tout récent, le concert commence sur un rythme de valse, tendance lyrique, sur des phrases tendues, harmoniquement comme rythmiquement. Le trio se jette dans la musique avec ferveur : avant le concert, j’ai rappelé au pianiste que dans cette salle s’étaient produits Thelonious Monk, Ahmad Jamal, Hampton Hawes, Keith Jarrett, sans oublier Martial Solal…. Après Yosemite, où piano et contrebasse dialoguent tandis que la batterie stimule, vient une intro ébouriffante qui débouchera sur Fascinating Rhythm : chacun sera soliste, dans une effervescence collective qui porte la musique à son point d’incandescence. Après un interlude de piano seul, la pression va graduellement monter, pour un échange d’une grande densité, régi par une fine dramaturgie. Public conquis par ces nouveaux talents déjà plus que confirmés par de multiples lauriers, et rappel où chacun va s’exprimer, prenant des risques jusqu’à des ruptures d’équilibre toujours contrôlées : bref du jazz très vivant, et même… sur le vif !

 

ANDRÉ CECCARELLI QUARTET

André Ceccarelli (batterie), Sylvain Luc (guitare), Thomas Bramerie (contrebasse), Stéphane Belmondo (trompette & bugle)

Paris, Maison de la Radio, studio 104, 22 décembre 2018, 21h50

 

Cap au Sud, une fois encore, pour la seconde partie : autour du Niçois André Ceccarelli de fidèles compagnons d’aventure(s) : un guitariste de Bayonne, Sylvain Luc ; un contrebassiste de Bergerac devenu provençal après une longue escapade new-yorkaise, et un trompettiste varois devenu nantais, tous largement adoubés par la scène internationale. Un groupe d’amis qui aiment à se retrouver pour jouer, au meilleur sens du terme. Il n’est que de guetter les signes de connivence, les regards complices où transparaissent les signes du plaisir partagé, et les exclamations joyeuses qui ponctuent telle phrase d’un soliste, lequel a su, une fois encore, étonner ses partenaires. Pour eux la musique est une fête, mais la tonalité musicale va souvent chercher son inspiration du côté de thèmes assez mélancoliques : Invitation, de Bronisław Kaper, sera ainsi magnifié, sur un mode ludique qui n’altère en rien sa poésie nostalgique. Au bugle Stéphane Belmondo déploie des trésors d’expressivité, et s’aventure dans des phrases qui nous entraînent loin de nos repères. Sylvain Luc n’a pas son pareil pour nous égarer dans des harmonies inattendues, mais nous ramène toujours à bon port. Thomas Bramerie ne se contente pas de poser les fondations, il est ludique, et ses échanges avec le batteur relèvent parfois d’un ping-pong virtuose. Quant au leader-batteur, sans ostentation ni volonté hégémonique, il insuffle la vie dans la musique. Grands moments d’émoi avec Sous le ciel de Paris (naguère-en 1963- magnifié par Martial Solal…. sur un rythme à 4 temps !) ou La Chanson d’Hélène (Philippe Sarde, musique du film Les Choses de la vie). En introduction de All Blues, André Ceccarelli nous offre un solo substantiel avant que trompette et guitare ne se donnent les libertés qu’offre à tout moment le jazz. Viendra ensuite une séquence entre guitare et bugle (Stéphane Belmondo et Sylvain Luc nous avaient voici quelques années régalés de beaux duos), avant un rappel façon hard bop dans la plus pure tradition du jazz : c’était vraiment, première partie comprise, un bel et bon concert de jazz !

Xavier Prévost

France Musique annonce pour le 1er janvier, dans le créneau d’Open Jazz à 18h, puis de Banzzaï à 19h, la diffusion du premier concert de la saison Jazz sur le Vif, avec Michel Portal. On attend la suite avec gourmandise…. Ohé, France Musique ! Des nouvelles des autres concerts ? Les mélomanes jazzophiles piaffent d’impatience !

Brève de jazz

Les Grands Prix de l’Académie Charles Cros ont été décernés hier soir

Grand Prix Jazz à CÉCILE McLORIN SALVANT pour son disque 'The Window' (Mack Avenue / Pias) Grand Prix Blues au groupe DELGRES pour son disque 'Mo Jodi' (PIAS) JORDI PUJOL, du label Fresh Sound, a reçu un Prix in honorem pour son travail sur l'édition phonographique et les rééditions, depuis 1983, et en particulier pour ses récentes publications de rééditions et d'inédits du jazz français des années 40 à 60. JOËLLE LÉANDRE a reçu un Prix in honorem en musique contemporaine pour l'ensemble de son parcours musical, à l’occasion de la parution récente de 'Double bass', ( B. Jolas, G. Scelsi, J. Cage, J. Druckmann, J. Léandre par J. Léandre) (Empreinte digitale). Elle a publié également cette année plusieurs disques de musique improvisée http://charlescros.org

Bill Carrothers: solo unique au Duc

C'est sans doute le pianiste le plus rare de notre époque, à tous les sens du terme: si l'ont tient bien nos tablettes, l'immense Bill Carrothers ne s'était plus produit à Paris depuis... 2011! Alors, pour une fois qu'il quitte sa retraite du fin fond du Michigan, on ne manquera pas sous aucun prétexte son unique date au Duc des Lombards ce jeudi 6 décembre, qui plus dans l’intimité d'un solo, configuration dans laquelle il nous a livré ses plus grands disques.

Palmarès.

C’est l’Auxane Trio du pianiste Auxane Cartigny avec le contrebassiste Samuel F’hima et le batteur Tiss Rodriguez qui a remporté l’édition 2018 du prix international Jazzymatmut dans le cadre des actions culturelles du Groupe Matmut. Le trio a touché un chèque de 8 000 €. 2ème prix : le quartette de Ludovic Ernault (5 000 €). 3ème prix : l’Eugène quintette (2 000 €). Auxane Cartigny avait ouvert la série de des 20 pianistes à suivre publiée tout au long du mois d’octobre dans les Bonus de jazzmagazine.com.

EN KIOSQUE

20190301 - N° 714 - 100 pages

Il y quatre-vingts ans naissait Blue Note. Afin de célébrer comme il se doit cet anniversaire, Jazz Magazine consacre son...