les subtils équilibres des Quiet Men

19 Oct 2021 #

 

 

Quiet Men, avec Pablo Cueco (zarb), Simon Drappier (arpeggione), Denis Colin (clarinette contralto et clarinette basse), Julien Omé (guitare), Galerie Univer Colla, 6 cité de l’ameublement, 75011 Paris.

 

 

Voilà un quartet de promeneurs qui ont sillonné le monde mais pas par les mêmes routes, qui ont musardé mais pas dans les mêmes paysages,  qui ont fait la sieste mais pas sous les mêmes arbres. De leurs voyages ils ramènent des herbes, des épices, des curiosités qu’ils posent sur la table en bois et qu’ils partagent avec leurs amis.

C’est ainsi que l’on pourrait résumer l’esprit de ce groupe,  Quiet Men. Des personnalités libres, aux goûts et aux esthétiques très différentes, mais qui savent l’art de se fondre dans un collectif quand il le faut, et d’en sortir quand c’est nécessaire. Voilà pourquoi on sent dans ce quartet un équilibre assez miraculeux. Voilà pourquoi une musique qui pourrait partir dans toutes les directions se révèle finalement très tenue avec un son de groupe qui évolue selon les morceaux (tantôt plus chambriste, notamment quand Simon Drappier, à l’arpeggione, prend son archet; tantôt plus folk; tantôt frotté de musiques traditionnelles).

 

A partir de ce son de groupe se détache un soliste (souvent Denis Colin, magnifique d’intensité à la clarinette basse ou à la clarinette contralto, cet instrument si rare qui lui permet d’aller forer dans les sur-graves).

 

Les compositions portent la marque de la personnalité de chaque musicien. Pablo Cueco a mis sur la table une milonga et une gavotte. Simon Drappier a sorti de ses poches une composition, Le Chevalier, qui a l’élégance pop d’une chanson des Beatles. Julien Omé apporte ses inflexions jazz et blues à l’ensemble.

 

A un certain moment du concert, pendant que Pablo Cueco prenait un solo de percussion, les notes de Julien Omé semblaient voltiger autour du zarb comme des abeilles. Du miel pour les oreilles.

 

Texte : JF Mondot

Dessins : Annie-Claire Alvoët  (autres dessins, peintures, gravures à découvrir sur son site www.annie-claire.com)

Brève de jazz

Disparition de Giuseppe Pino.

C’est avec une tristesse infinie que nous avons appris cette nuit la disparition de notre ami et collaborateur historique de Jazz Magazine Giuseppe Pino. Il a immortalisé les plus grands noms du jazz, ses photos ont illustré d'innombrables couverture de Jazz Magazine et de pochettes de disques.

Adieu à Daniel Farhi

Nous venons d'apprendre la disparition de Daniel Farhi. Cofondateur avec son frère Alain du premier New Morning, à Genève en 1976 avant d’être transplanté à Paris, cet infatigable passionné, à qui l’on doit l’une des plus belles aventures du jazz, est décédé vendredi à l’âge de 77 ans.

Chick Corea s’en est allé

C’est avec une grande tristesse que nous venons d'apprendre la disparition du légendaire pianiste Chick Corea, à l'âge de 79 ans. Sideman inoubliable, leader à nul autre pareil, il n'avait jamais cessé de partager les musiques auxquelles il avait dédié sa vie.

EN KIOSQUE

20221001 - N° 753 - 84 pages

Le dessinateur Fred Beltran les a réunis sur notre couverture, mais dans la vraie vie, Miles Davis et Jimi Hendrix...