Eric Le Lann pavillon haut au Bal Blomet

13 Nov 2018 #

 

Eric Le Lann, à l’occasion de sortie de son dernier disque (Thanks a million) a donné un concert éblouissant. 

Eric Le Lann (trompette), Paul Lay (piano), Bal Blomet, 7 novembre 2018

Quel son! Je ne m’en suis pas encore remis. A quelques mètres d’Eric le Lann,  je reçois ses premières notes comme une gifle. Puissance de l’attaque. Force de la projection. On a l’impression qu’on pourrait toucher, modeler, soupeser ce son. Le premier morceau, c’est Dinah, un vieux standard des années 20 qu’aimait jouer Louis Armstrong, auquel le disque Thanks a million rend hommage. 

 

Au fil des morceaux je suis sensible aussi à ce contraste entre la force du son, et toutes ces fendillures et cabossures, ces notes écrasées, élimées, arasées,  ces notes fantômes, ces fameuses ghost notes, passagères clandestines de l’écoute (on croit les avoir entendues alors qu’elles n’ont pas été jouées)  qui coexistent avec d’autres somptueusement tenues, des notes de diamant pur,  en particulier dans les aigus. Cette maîtrise des aigus, le registre le plus difficile et le plus éprouvant à la trompette, montre que  ces notes volontairement altérées ne sont pas des ratages mais le fruit d’une esthétique. La perfection, Le Lann s’en fout, ce qui compte pour lui c’est l’expressivité. Exprimer la musique, et s’exprimer soi. Sans mentir. Sans se la raconter. Cela confère à son jeu une sorte d’honnêteté un peu rude qui ressemble au personnage.  

Cette force du son et de la projection relie Le Lann à Louis Armstrong (dont il dit, dans une de ses brèves interventions, faisant allusion aux disques de son père, qu’il est « l’une des premières personnes que j’aie rencontrées quand j’étais petit » ). Mais pour le reste, Le Lann garde son phrasé, forgé à l’écoute de Miles et de Chet, mais qui a son originalité propre, et ne tombe pas dans le ridicule de vouloir jouer vieux style.

 

 

Son pianiste Paul Lay navigue entre les styles, capable de swinguer dans les clous, à la manière d’un Earl Hines, avant de s’échapper vers des zones plus escarpées, et de trouver des couleurs abstraites au bout de quelques chorus. Quand on écoute Paul Lay, on est frappé d’abord par l’élégance, la maîtrise , le swing, mais aussi par les injections de sauvagerie qui viennent par moments chahuter son jeu.

Plusieurs grands moments dans ce concert: Tight like this, (dont on sait depuis Jacques Réda à quel point elle est un monument armstrongien) sur laquelle Eric Le lann donne tout, absolument tout, se montrant d’une intensité déchirante. Et Saint James Infirmary, où le pathos du thème reflue devant la vitalité du blues est toute aussi bouleversant.

On arrive à la fin du concert, Le Lann joue Body and Soul associé à The Man I love, un de ses standards favoris (il existe au moins deux versions de référence, celle jouée avec Michel Graillier sur le disque Trois heures du matin, et celle avec Martial Solal sur le merveilleux Portrait in black and white)  et c’est splendide. On sent chez lui une allégresse qui remplace son lyrisme un peu tendu du début du concert. Et deux joyaux pour la fin, Just one of those things suivi de Azalea, délicat morceau ellingtonien joué avec la sourdine. Magnifique soirée  avec un petit côté : « Alors, c’est qui le patron? ». La réponse est claire. Eric Le Lann joue terrible. Chapeau bas devant ce pavillon haut.  

TEXTE: JF Mondot

Dessins: AC Alvoët autres dessins et peintures à découvrir sur son site www.annie-claire.com. (Pour acquérir l’un des dessins de cette chronique, s’adresser à l’artiste à l’adresse suivante annie_claire@hotmail.com )

Brève de jazz

Bill Carrothers: solo unique au Duc

C'est sans doute le pianiste le plus rare de notre époque, à tous les sens du terme: si l'ont tient bien nos tablettes, l'immense Bill Carrothers ne s'était plus produit à Paris depuis... 2011! Alors, pour une fois qu'il quitte sa retraite du fin fond du Michigan, on ne manquera pas sous aucun prétexte son unique date au Duc des Lombards ce jeudi 6 décembre, qui plus dans l’intimité d'un solo, configuration dans laquelle il nous a livré ses plus grands disques.

Palmarès.

C’est l’Auxane Trio du pianiste Auxane Cartigny avec le contrebassiste Samuel F’hima et le batteur Tiss Rodriguez qui a remporté l’édition 2018 du prix international Jazzymatmut dans le cadre des actions culturelles du Groupe Matmut. Le trio a touché un chèque de 8 000 €. 2ème prix : le quartette de Ludovic Ernault (5 000 €). 3ème prix : l’Eugène quintette (2 000 €). Auxane Cartigny avait ouvert la série de des 20 pianistes à suivre publiée tout au long du mois d’octobre dans les Bonus de jazzmagazine.com.

Un Marquis au Duc

Alors qu'on est encore sous le choc de la disparition précoce de Roy Hargrove, c'est l'un des trompettistes les plus en vue de la jeune génération qui se produira les 5 et 6 novembre au Duc des Lombards, en la personne de Marquis Hill. Pour la présentation de son nouvel album « Modern Flows II », le Chicagoan sera entouré d'un quintette de grande classe où l'on retrouvera notamment Logan Richardson au saxophone, ainsi que la nouvelle valeur montante du vibraphone, Joel Ross.

EN KIOSQUE

20181201 - N° 712 - 116 pages

Le 6 janvier 1999, Michel Petrucciani s’éteignait à New York. Quelques mois plus tôt, le jazzman le plus populaire de...