Le BWA aux oiseaux

13 May 2019 #

Laurent Coq et Ralph Lavital présentaient au Sunside leur dernier opus, BWA (l’arbre, en créole)

 

 

laurent Coq (piano, et fender rhodes), Ralph Lavital (guitare, chant), Swaeli M’Bappé (Basse), Tilo Bertholo (batterie), le Sunside, 30 avril 2019

Le disque s’appelle donc BWA, c’est à dire l’arbre en créole. Voilà qui est très bien trouvé. D’abord parce que ce matériau noble atteste la solidité de l’entente musicale et humaine entre Ralph Lavital et laurent Coq (c’est leur quatrième collaboration). Mais surtout parce qu’il s’agit d’un bois où vont nicher les oiseaux. Dans leur disque, le chant est roi. Ralph Lavital chante. Laurent Coq assure parfois les choeurs. Nicolas Pelage, invité régulier, sorte de Caetano Veloso antillais au registre registre aigu sans limites vient vocaliser sur plusieurs titres. Mais surtout, les deux leaders chantent à travers leurs instruments.

Ralph Lavital adopte un registre de lyrisme clair et lumineux. Et Laurent Coq, en plus de ses coulées mélodiques, s’affirme sur un terrain plus percussif et plus mordant. Ce qui fait que chien et chat, pardon guitare et piano, ne se marchent pas sur les pieds.

Avec tant d’oiseaux chanteurs le groupe pourrait friser la saturation mélodique. Mais un groove solide leur sert de garde-fou. Il est assuré notamment par la paire rythmique constituée par Swaeli M’Bappé et Tilo Bertholo.

 

Swaeli m’Bappé, tout jeune, est impressionnant par l’autorité qui se dégage de ses lignes de basse (par exemple dans Mr VJ, un des plus beaux morceaux de la soirée). Tilo Bertholo est très solide avec une touche d’imprévisibilité qui le rend passionnant à écouter.

La musique, d’esprit caribéen, est très écrite mais avec de nombreuses plages improvisées où les idées fusent de tous les côtés. On souhaite à ce BWA à l’écorce tendre et sensible, de continuer à croître et à produire ses fruits délicieusement sucrés.
texte: JF mondot
Dessins : Annie-Claire Alvoët (pour découvrir ses autres dessins, peintures, gravures, se rendre sur son site www.annie-claire.com, ou aller au Sunset-Sunside où une exposition est en cours sur les deux niveaux du club)

Brève de jazz

Les Grands Prix de l’Académie Charles Cros ont été décernés hier soir

Grand Prix Jazz à CÉCILE McLORIN SALVANT pour son disque 'The Window' (Mack Avenue / Pias) Grand Prix Blues au groupe DELGRES pour son disque 'Mo Jodi' (PIAS) JORDI PUJOL, du label Fresh Sound, a reçu un Prix in honorem pour son travail sur l'édition phonographique et les rééditions, depuis 1983, et en particulier pour ses récentes publications de rééditions et d'inédits du jazz français des années 40 à 60. JOËLLE LÉANDRE a reçu un Prix in honorem en musique contemporaine pour l'ensemble de son parcours musical, à l’occasion de la parution récente de 'Double bass', ( B. Jolas, G. Scelsi, J. Cage, J. Druckmann, J. Léandre par J. Léandre) (Empreinte digitale). Elle a publié également cette année plusieurs disques de musique improvisée http://charlescros.org

Bill Carrothers: solo unique au Duc

C'est sans doute le pianiste le plus rare de notre époque, à tous les sens du terme: si l'ont tient bien nos tablettes, l'immense Bill Carrothers ne s'était plus produit à Paris depuis... 2011! Alors, pour une fois qu'il quitte sa retraite du fin fond du Michigan, on ne manquera pas sous aucun prétexte son unique date au Duc des Lombards ce jeudi 6 décembre, qui plus dans l’intimité d'un solo, configuration dans laquelle il nous a livré ses plus grands disques.

Palmarès.

C’est l’Auxane Trio du pianiste Auxane Cartigny avec le contrebassiste Samuel F’hima et le batteur Tiss Rodriguez qui a remporté l’édition 2018 du prix international Jazzymatmut dans le cadre des actions culturelles du Groupe Matmut. Le trio a touché un chèque de 8 000 €. 2ème prix : le quartette de Ludovic Ernault (5 000 €). 3ème prix : l’Eugène quintette (2 000 €). Auxane Cartigny avait ouvert la série de des 20 pianistes à suivre publiée tout au long du mois d’octobre dans les Bonus de jazzmagazine.com.

EN KIOSQUE

20190501 - N° 716 - 100 pages

En 1976, la sortie du premier album de Jaco Pastorius fut un événement considérable qui bouleversa le paysage du jazz....