Le BWA aux oiseaux

13 May 2019 #

Laurent Coq et Ralph Lavital présentaient au Sunside leur dernier opus, BWA (l’arbre, en créole)

 

 

laurent Coq (piano, et fender rhodes), Ralph Lavital (guitare, chant), Swaeli M’Bappé (Basse), Tilo Bertholo (batterie), le Sunside, 30 avril 2019

Le disque s’appelle donc BWA, c’est à dire l’arbre en créole. Voilà qui est très bien trouvé. D’abord parce que ce matériau noble atteste la solidité de l’entente musicale et humaine entre Ralph Lavital et laurent Coq (c’est leur quatrième collaboration). Mais surtout parce qu’il s’agit d’un bois où vont nicher les oiseaux. Dans leur disque, le chant est roi. Ralph Lavital chante. Laurent Coq assure parfois les choeurs. Nicolas Pelage, invité régulier, sorte de Caetano Veloso antillais au registre registre aigu sans limites vient vocaliser sur plusieurs titres. Mais surtout, les deux leaders chantent à travers leurs instruments.

Ralph Lavital adopte un registre de lyrisme clair et lumineux. Et Laurent Coq, en plus de ses coulées mélodiques, s’affirme sur un terrain plus percussif et plus mordant. Ce qui fait que chien et chat, pardon guitare et piano, ne se marchent pas sur les pieds.

Avec tant d’oiseaux chanteurs le groupe pourrait friser la saturation mélodique. Mais un groove solide leur sert de garde-fou. Il est assuré notamment par la paire rythmique constituée par Swaeli M’Bappé et Tilo Bertholo.

 

Swaeli m’Bappé, tout jeune, est impressionnant par l’autorité qui se dégage de ses lignes de basse (par exemple dans Mr VJ, un des plus beaux morceaux de la soirée). Tilo Bertholo est très solide avec une touche d’imprévisibilité qui le rend passionnant à écouter.

La musique, d’esprit caribéen, est très écrite mais avec de nombreuses plages improvisées où les idées fusent de tous les côtés. On souhaite à ce BWA à l’écorce tendre et sensible, de continuer à croître et à produire ses fruits délicieusement sucrés.
texte: JF mondot
Dessins : Annie-Claire Alvoët (pour découvrir ses autres dessins, peintures, gravures, se rendre sur son site www.annie-claire.com, ou aller au Sunset-Sunside où une exposition est en cours sur les deux niveaux du club)

Brève de jazz

Report du Festival Jazz Magazine

Compte-tenu de l’épidémie de Coronavirus et des décisions du gouvernement interdisant les réunions de plus de 100 personnes, nous sommes contraints de reporter le Festival Jazz Magazine, qui devait se tenir la semaine prochaine, les 19, 20 et 21 mars. Nous en sommes navrés, merci de votre compréhension et de votre soutien

Adieu McCoy Tyner

Il restera pour l’éternité l’un des pianistes les plus influents et respectés de l’histoire du jazz moderne, McCoy Tyner est mort vendredi 6 mars, et c’est le monde du jazz qui est en deuil. Jazz Magazine est triste, très triste.

Jazz Magazine de mars (N°725)

Ce mois-ci, Thomas Dutronc est rédacteur en chef invité de Jazz Magazine. Un numéro à retrouver en kiosque !

EN KIOSQUE

20200701 - N° 729 - 150 pages

Cet été, Jazz Magazine est fier et heureux d’affirmer sa présence en kiosques avec un numéro exceptionnel de 150 pages....