« Quiet Men » au Studio de l’Ermitage

13 May 2019 #

Au Studio de l’Ermitage, le quatuor Denis Colin-Pablo Cueco-Julien Omé-Simon Drapier ont présenté leur CD « Quiet Men ». Et ce fut un moment incroyable.

Denis Colin (clarinette basse et clarinette contralto), Pablo Cueco (zarb), Julien Omé (guitare), Simon Drapier (arpeggione), Studio de l’Ermitage, 9 mai 2019, Studio de l’Ermitage

 

Une soirée où l’on découvre un instrument de musique n’est jamais une soirée perdue. Alors quand on en découvre deux…
Le quatuor se présente en effet sous une formule instrumentale inédite: une guitare, bon, un zarb, bon, (après un petit temps) mais en plus une clarinette contralto et un arpeggione!
Dans le petit livret qui accompagne le CD, chaque instrumentiste parle de son biniou (c’est à dire de lui-même). Simon Drapier, quand il évoque son arpeggione, fils illégitime d’une guitare et d’une violoncelle que l’on peut jouer (attention ça devient sexuel) à l’horizontale comme à la verticale devient lyrique: « cette guitare d’amour permet positions inhabituelles , arpèges sulfureux et jeux de résonances subtils ». Cet instrument, inventé fin XIXe, n’a pas fait souche dans la tradition classique. Seul Schubert eut l’idée de lui consacrer une sonate…
Et puis il y a cette clarinette contralto qui dans les mains de Denis Colin alterne avec la clarinette basse. Toujours dans le livret, Denis Colin la qualifie de « très grande petite soeur de la clarinette basse ». Effectivement, elle est grande, mais c’est surtout son timbre qui requiert l’attention…C’est un « l’instrument à nuages » dont le son est plus fuligineux que la clarinette basse, avec des graves qui me semblent plus profonds et plus sourds.
Instruments inclassables, mais surtout musique inclassable: elle est souvent parfumée d’Orient, que ce soit dans les improvisations de Denis Colin, ou dans le jeu de Julien Omé, si proche du oud par moments, à cause du zarb, bien sûr (instrument d’origine persane comme chacun sait) , mais elle infuse des éléments traditionnels venus de nos contrées (comme dans « Gavotte sans retour » de Pablo Cueco) ou de beaucoup plus loin (« Milongua desigual » du même Pablo Cueco). On repère aussi, dès les premiers morceaux, des entrelacements et entrechoquements de sonorités propres à la musique contemporaine (dont pablo Cueco et denis Colin ont fréquenté les rivages ). Mais la musique est portée par un groove irrésistible : ça trace, ça avance, ça a la patate. L’une des compositions,  signéeDenis Colin, s’appelle « la chasse » et il traduit bien cette ambiance haletante que l’on trouve en plusieurs morceaux.

 


Dans la confection de ce groove, Pablo Cueco et Julien Omé sont souvent à la maneuvre. Julien Omé cisèle un ostinato de guitare hypnotico-poétique, et Pablo Cueco apporte toute l’énergie galopante de son zarb, Denis Colin ajoute ses nuages à la clarinette alto, avant de déployer ses ailes à la clarinette basse ou sur cette clarinette contralto, tandis que Simon Drapier, avec son instrument mi-chèvre mi-choux peut aller dans le sens de la guitare pour épaissir la pâte sonore, ou dans le sens violoncelle s’il se fait soliste: il tire alors un magistral parti de son arpeggione , avec une ligne mélodique piquetée de dissonances ou d’esquisses de voix secondaires, un peu comme une corde hérissée d’épis.

Je reviens à ce groove irrésistible tressé par Julien Omé et Pablo Cueco . Il fournit une belle piste d’envol pour un soliste. Denis Colin, visiblement, s’en régale. A chaque moment où il a pris la parole à son compte, ce fut incroyable. Sur Turkish Women at the bath (morceau de Peter La Rocca) il expose la mélodie avec une sensualité gourmande , épicée de notes bleues, avant de devenir véhément, rauque, barrissant. C’est intense et beau.

Les thèmes sont très variés, car ils reflètent les (fortes) personnalités de tous les membres du groupe. Simon Drapier a mis au pot commun Les Chevaliers, plein de mystère et de poésie. Pablo Cueco a apporté (entre autres) son Hommage au désert, morceau gigogne qui enchaîne plusieurs atmosphères sonores successives, avec des petits interludes bruitistes merveilleux. Cerise sur le fromage, Pablo Cueco, zarbiste dadaïste annonce ses morceaux avec des improvisations verbales délirantes (c’est absolument irrésumable, mais en gros, il fait comme si chacune de ses compositions était destiné à un feuilleton télévisé, dont il « pitche » le sujet avant de conclure « mais au dernier moment, le tournage a été annulé »). Denis Colin le regarde du coin de l’oeil avec un air indulgent (ils se fréquentent depuis trente ans), tandis que Julien Omé à sa gauche est sidéré. C’est aussi l’une des belles vertus de ce projet que de mêler des musiciens de générations différentes. Visiblement ils se sont trouvés car le résultat est magnifique.

Texte JF Mondot
Dessins Annie-Claire Alvoët (on peut découvrir d’autres dessins, peintures, gravures sur son site www.annie-claire.com Une exposition en cours au Sunset permet de voir ces dessins dans l’un des lieux où ils furent réalisés)

Brève de jazz

Report du Festival Jazz Magazine

Compte-tenu de l’épidémie de Coronavirus et des décisions du gouvernement interdisant les réunions de plus de 100 personnes, nous sommes contraints de reporter le Festival Jazz Magazine, qui devait se tenir la semaine prochaine, les 19, 20 et 21 mars. Nous en sommes navrés, merci de votre compréhension et de votre soutien

Adieu McCoy Tyner

Il restera pour l’éternité l’un des pianistes les plus influents et respectés de l’histoire du jazz moderne, McCoy Tyner est mort vendredi 6 mars, et c’est le monde du jazz qui est en deuil. Jazz Magazine est triste, très triste.

Jazz Magazine de mars (N°725)

Ce mois-ci, Thomas Dutronc est rédacteur en chef invité de Jazz Magazine. Un numéro à retrouver en kiosque !

EN KIOSQUE

20200701 - N° 729 - 150 pages

Cet été, Jazz Magazine est fier et heureux d’affirmer sa présence en kiosques avec un numéro exceptionnel de 150 pages....