RADIO FRANCE OCCITANIE MONTPELLIER : FIDEL FOURNEYRON «¿Qué volá?»

16 Jul 2019 #Festivals

Deuxième soirée jazz du Domaine d’O, avec la formidable fusion jazzo-cubaine de Fidel Fourneyron, et un prélude d’une teneur voisine avec l’avant concert du trio de Gabrielle Randrian Koehlhoeffer

La soirée commence à 20h dans un lieu baptisé l’Amphithéâtre des Micocouliers. C’est à quelque 300 mètres de l’Amphithéâtre d’O, près des micocouliers, une essence très présente dans la région.

Le Château d’O est près de 100 mètres plus bas, et j’ai le souvenir d’y avoir présenté sur scène (et sur l’antenne de France Musique), en 1992, l’Orchestre National de Jazz dirigé par Denis Badault. Et d’avoir aussi présenté tout près de là, en direct sur France Musique avec l’Ami André Francis , en 1987, une Nuit du Jazz qui s’est terminée après le lever du jour vers 7h du matin…. Grands Souvenirs ! Les concerts qui avaient lieu précédemment dans la Pinède, près de l’entrée de l’Amphi d’O, sont désormais dans ce voisinage des micocouliers.

Ce soir, le premier apéro concert accueille le trio de la contrebassiste Gabrielle Randrian Koehlhoeffer, une très bonne musicienne que j’avais eu le plaisir de présenter sur la grande scène en 2013 dans le quintette de Joël Allouche. À ses côtés le pianiste Daniel Moreau et le batteur-percussionniste Fabrice Thompson. Le musique est à consonance de jazz latin, mais aussi des terres Malgaches, une des origines de la contrebassiste. C’est précis, très joueur, inscrit dans une fine dramaturgie où le plaisir du jeu collectif s’exprime joyeusement. Dans les solos ont voit émerger furtivement des citations de standards, et nous aurons, intégralement, aussi un version très personnelle, une peu latinisée, de ‘Round About Midnight. Beau trio, vraiment.

(photo David Abécassis)

 

FIDEL FOURNEYRON «¿Qué volá?»

Fidel FOURNEYRON (trombone, composition, direction artistique), Aymeric AVICE (trompette),
Benjamin DOUSTEYSSIER (saxophones alto & baryton), Hugues MAYOT (saxophone ténor), Bruno RUDER (piano électrique), Thibaud SOULAS (contrebasse, composition, codirection artistique), Philippe ‘Pipon’ GARCIA (batterie), Adonis Panter CALDERON, Barbaro Crespo RICHARD, Ramón Tamayo MARTINEZ (percussions)

Amphithéâtre du Domaine d’O, 15 juillet 2019, 22h

 

C’est l’heure du grand concert, à l’Amphi d’O, devant un public très fourni. Le groupe rassemblé par Fidel Fourneyron est une expérience singulière, et artistiquement très riche. Lors d’un voyage à Cuba en 2012, le tromboniste rencontre ce trio de percussionnistes, et il collecte des rythmes cubains. Il ne s’agit pas ici de donner au jazz une teinte de cette world music si populaire dans le monde entier.

 

(photo David Abécassis)

 

Le projet est bien celui d’une rencontre, comme le fut dans les années quarante à New York la conjonction des percussionnistes afro-cubains et du tout nouveau bebop. La plupart des morceaux sont déclenchés par une proposition rythmique déployée par le trio de percussions, et le dialogue s’ouvre avec le septette de jazz, dans la création d’un langage commun fait de dialogues, de tensions, mais aussi de transes où les deux groupes s’unissent et se fondent. Pour le premier morceau une grande incantation des souffleurs répond à l’introduction des percussionnistes, vibrante et explosive. On est sur un rythme de 6/8, celui qui rappelle aussi les musiques d’Afrique de l’Ouest, le trombone et le sax ténor s’envolent jusqu’à l’incandescence. Le piano électrique relance par des accords percutants et expressifs.

 

(photo David Abécassis)

 

Dans un autre morceau, des riffs typiquement ‘jazz’ dialoguent avec les percussions, aventurées dans une tournerie hypnotique. Viendra ensuite une composition du contrebassiste où la section de souffleurs répondra à l’intro de basse, avant l’entrée des percussions, un solo de trompette très libre, puis le trombone qui tire le tout vers le calypso, avant une mystérieuse improvisation du piano électrique, notes isolées, suspendues, son traité, et montée progressive vers un crescendo de folie. Très jouissif à écouter, et manifestement aussi à jouer si j’en juge par les mines extatiques des protagonistes. Dans le dernier morceau, dont le titre donne au groupe son nom, Adonis Panter Calderon suspend son solo au moment paroxystique pour esquisser sur le proscenium quelques pas de danse qui font partie intégrante de la musique. En rappel, ce sera un dialogue entre le trio de percussions et la section des souffleurs, sur des phrases harmoniquement tendues, qui vont déboucher sur des dialogues : sax ténor-trombone, puis trompette-sax baryton. Très belle conclusion pour un moment musical très intense. Public aux anges, chroniqueur itou !

Xavier Prévost

 

Pour réécouter le concert de «¿Qué volá?» sur le site de France Musique

https://www.francemusique.fr/emissions/jazz-ete/fidel-fourneyron-en-direct-du-festival-de-montpellier-74305

¿Qué volá? jouera le 20 juillet au Crescent de Mâcon, le 9 août au festival Jazz in Marciac (ce sera également sur France Musique) 

Brève de jazz

Raphaël Imbert à la tête du CRR de Marseille

La Ville de Marseille vient d’annoncer la nomination du saxophoniste Raphaël Imbert à la tête du conservatoire à rayonnement régional de Marseille, quelques jours à peine après avoir fait l’affiche du festival de jazz des cinq continents avec sa compagnie le Nine spirit.

Les Grands Prix de l’Académie Charles Cros ont été décernés hier soir

Grand Prix Jazz à CÉCILE McLORIN SALVANT pour son disque 'The Window' (Mack Avenue / Pias) Grand Prix Blues au groupe DELGRES pour son disque 'Mo Jodi' (PIAS) JORDI PUJOL, du label Fresh Sound, a reçu un Prix in honorem pour son travail sur l'édition phonographique et les rééditions, depuis 1983, et en particulier pour ses récentes publications de rééditions et d'inédits du jazz français des années 40 à 60. JOËLLE LÉANDRE a reçu un Prix in honorem en musique contemporaine pour l'ensemble de son parcours musical, à l’occasion de la parution récente de 'Double bass', ( B. Jolas, G. Scelsi, J. Cage, J. Druckmann, J. Léandre par J. Léandre) (Empreinte digitale). Elle a publié également cette année plusieurs disques de musique improvisée http://charlescros.org

Bill Carrothers: solo unique au Duc

C'est sans doute le pianiste le plus rare de notre époque, à tous les sens du terme: si l'ont tient bien nos tablettes, l'immense Bill Carrothers ne s'était plus produit à Paris depuis... 2011! Alors, pour une fois qu'il quitte sa retraite du fin fond du Michigan, on ne manquera pas sous aucun prétexte son unique date au Duc des Lombards ce jeudi 6 décembre, qui plus dans l’intimité d'un solo, configuration dans laquelle il nous a livré ses plus grands disques.

EN KIOSQUE

20191101 - N° 722 - 100 pages

Pour la première fois, Kyle Eastwood le fils et Clint Eastwood le père sont réunis dans les pages de Jazz...