20 pianistes à suivre : #6 Aaron Diehl

08 Oct 2018 #Bonus

Chaque jour pendant tout le mois d’octobre, les fines plumes de Jazz Magazine vous révèlent leurs coups de cœur et braquent les projecteurs sur la nouvelle génération des pianistes qui comptent sur la scène jazz internationale. Aujourd’hui, Aaron Diehl.

Choisi par Jacques Aboucaya
Photo : © JohnAbbott

La notoriété est venue à Aaron Diehl bien avant sa collaboration avec la vocaliste Cecil McLorin-Salvant qu’il accompagne, avec son trio, depuis 2015. Ce pianiste né dans l’Ohio a trusté, en effet, distinctions et récompenses, tant dans son pays d’origine que sur le plan international, depuis ses débuts à l’aube des années 2000. Elève de Kenny Barron, compositeur apprécié (sa pièce Three Streams Of Expression, dédiée à John Lewis, offre un témoignage éloquent de son talent en ce domaine), il s’est nourri de toute l’histoire du jazz et son jeu reflète l’influence de ceux dont il revendique le patronage, dont Art Tatum et Oscar Peterson. C’est assez dire que la virtuosité fait partie intégrante d’un héritage qu’il s’ingénie à perpétuer, tout en le renouvelant et en y apportant une touche personnelle. Ses albums en solo, enregistrés live, en fournissent la preuve. Il sait par ailleurs s’entourer de musiciens qui partagent ses conceptions et les deux trios qu’il dirige font preuve d’une parfaite cohérence, au service d’une musique à la fois ouverte et enracinée. •

À écouter

“The Bespoke’s Man’s Narrative” (Mack Avenue, 2013)

 

EN KIOSQUE

20181001 - N° 710 - 100 pages

L’histoire du jazz est traversée de moments de grâce pas toujours connus du grand public. Pour remettre en lumière les...