Rick Margitza enchante La Gare

18 Sep 2018 #

Tous les lundis du mois de septembre à La Gare, on a le privilège d’écouter le grand Rick Margitza. Lundi dernier, le saxophoniste était entouré d’une incroyable équipe de cadors.

Rick Margitza (sax ténor), Peter Giron (basse), Jeff Boudreaux (batterie), Manuel Rocheman (piano), Lau Noah (chant), La Gare, 75 019 Paris, 10 septembre 2018

 

La dernière fois que j’avais écouté Rick Margitza, c’était à la Seine Musicale, invité par Kurt Elling à jouer sur deux ou trois morceaux. Sur Skylark, il avait délivré un solo dont je me souviens encore, car il m’avait donné la chair de poule. Ici à la Gare, entouré par une équipe de choc, il ne joue que ses propres compositions, qui se caractérisent par une belle évidence mélodique (Far from home, Lullaby, Witches…).

 

Le saxophoniste américain semble en grande forme. Je me dis en l’écoutant qu’il est rare de jouer du sax ténor d’une manière aussi acérée. Les phrases de Margitza sont plus attirées par les aigus que par la chaleur des graves. Le saxophoniste se refuse visiblement tout sentimentalisme, mais sans verser non plus dans le détachement. Au contraire il y a quelque chose de tendu dans ses phrases, qui semble émaner d’une urgence intérieure. En rhétorique on dirait qu’il cherche à convaincre plus à persuader: autrement dit il captive son auditeur sans jamais passer en force.

Ce soir, il est accompagné de Jeff Boudreaux qui apporte sa puissance, de Peter Giron toujours d’une indéfectible solidité, et de Manuel Rocheman  qui amène un swing plein de vitalité.

 

La chanteuse Lau Noah, invitée à jouer avec ces maîtres, vient chanter sur la pointe des pieds quelques thèmes à l’unisson avec le maître, et c’est très joli. Tous ces lundis du mois de septembre, c’est décidément une bonne idée d’aller faire un tour par la Gare.

 

Texte : JF Mondot

Dessins : Annie-Claire Alvoët (autres dessins, peintures , sculptures à découvrir sur son site www.annie-claire.com   Pour acquérir un de dessins figurant sur ce compte-rendu, s’adresser à l’artiste à l’adresse suivante:  annie_claire@hotmail.com) On peut aussi visiter l’exposition qui se tient au parc Floral jusqu’au 21 septembre, avec de nombreuses peintures de jazzmen, et de nombreux dessins de l’artiste.

 

Brève de jazz

Bill Carrothers: solo unique au Duc

C'est sans doute le pianiste le plus rare de notre époque, à tous les sens du terme: si l'ont tient bien nos tablettes, l'immense Bill Carrothers ne s'était plus produit à Paris depuis... 2011! Alors, pour une fois qu'il quitte sa retraite du fin fond du Michigan, on ne manquera pas sous aucun prétexte son unique date au Duc des Lombards ce jeudi 6 décembre, qui plus dans l’intimité d'un solo, configuration dans laquelle il nous a livré ses plus grands disques.

Palmarès.

C’est l’Auxane Trio du pianiste Auxane Cartigny avec le contrebassiste Samuel F’hima et le batteur Tiss Rodriguez qui a remporté l’édition 2018 du prix international Jazzymatmut dans le cadre des actions culturelles du Groupe Matmut. Le trio a touché un chèque de 8 000 €. 2ème prix : le quartette de Ludovic Ernault (5 000 €). 3ème prix : l’Eugène quintette (2 000 €). Auxane Cartigny avait ouvert la série de des 20 pianistes à suivre publiée tout au long du mois d’octobre dans les Bonus de jazzmagazine.com.

Un Marquis au Duc

Alors qu'on est encore sous le choc de la disparition précoce de Roy Hargrove, c'est l'un des trompettistes les plus en vue de la jeune génération qui se produira les 5 et 6 novembre au Duc des Lombards, en la personne de Marquis Hill. Pour la présentation de son nouvel album « Modern Flows II », le Chicagoan sera entouré d'un quintette de grande classe où l'on retrouvera notamment Logan Richardson au saxophone, ainsi que la nouvelle valeur montante du vibraphone, Joel Ross.

EN KIOSQUE

20181201 - N° 712 - 116 pages

Le 6 janvier 1999, Michel Petrucciani s’éteignait à New York. Quelques mois plus tôt, le jazzman le plus populaire de...