Le Jazz Live

alt

The Bridge #3 : comme un ouragan…

Après un étonnant trio de contrebasses narré sur ce blog par Ludovic Florin, et une soirée « off the Bridge » featuring Daunik Lazro, la pièce de résistance de cette troisième édition du projet transatlantique se tenait lundi soir à JOB, impliquant les forces conjuguées de Christine Wodrascka (p), Harrison Bankhead (b), Benjamin Duboc (b), Ramon Lopez (dm), Hamid Drake (dm).

Filez à la Fabrique d’Improvisation Libre !

A l’instar du London Improvisers Orchestra en Angleterre, Toulouse a maintenant son big band de musique improvisée, aux effectifs pouvant aller de vingt-et-un (comme ce soir, pour la deuxième sortie publique du collectif) à plus de quarante membres simultanés. L’initiative en revient à Christine Wodrascka et Heddy Boubaker. 

alt

Léandre brûle les planches (2)

Après la « Cascade » mouvementée de la veille, le festival neuf9 proposait la création « Sho-bo-gen-zo », d’inspiration japonaise, mise en scène par Josef Nadj (homme de théâtre, élève de Marcel Marceau, directeur du Centre chorégraphique national d’Orléans), et dans lequel la danseuse Cécile Loyer et la contrebassiste Joëlle Léandre reprenaient du service.

alt

Léandre brûle les planches (1)

Le festival « neuf9 » proposait du 25 novembre au 1er décembre dans la commune d’Auterive sur la rivière Ariège un bel assortiment de créations, centrées pour l’essentiel sur la danse contemporaine ; on pouvait aussi y écouter un récital d’orgue à l’église Saint-Paul, y prendre part à une « déambulation » organisée par une compagnie toulousaine dans les rues de la ville, y flâner devant une exposition de photos, y assister à une projection de film en présence du réalisateur, et y entendre, dans un contexte inhabituel, Joëlle Léandre et Akosh S. 

alt

Billy Cobham sur son 31

Le répertoire emprunte certes à l’album le plus célèbre du natif de Panama, mais propose aussi de nouveaux titres de sa plume et de celle de ses partenaires Gary Husband (déjà présent dans l’édition 2012 du festival, aux côtés de John McLaughlin) et Ric Fierabracci, toujours dans une fibre jazz-rock musclé. Album-clé paru à la fin de l’année 1973, dont une ligne de basse fit les beaux jours de la formation de trip-hop Massive Attack via l’échantillonnage, et dont Bill Laswell préleva aussi un titre pour lui adjoindre la voix de William Burroughs sur « Hallucination Engine » de Material, « Spectrum » donne aujourd’hui son nom au quartette de Billy Cobham, en l’honneur du quarantième anniversaire de la parution du disque.

Aruán Ortiz sur son 31

Belle découverte que ce pianiste doté d’une grande culture musicale (classique et jazz… TOUS les jazz), au style déjà affirmé, qu’il n’a plus qu’à mener, à son rythme, dans la direction qui lui siéra. Les compositions du Cubain sont très valides, ménageant une place non négligeable à l’improvisation. Sur la foi de cette prestation, Aruán Ortiz semble promis à un bel avenir.

Martial Solal sur son 31

La dernière fois, c’était avec le Dodécaband, en remplacement de Joe Zawinul qui avait eu la mauvaise idée de trépasser. Nous entendîmes une musique anguleuse, complexe, généreuse, ludique, Martial Solal expliquant au public avant de lancer les morceaux quels en étaient les concepts, la structure et les solistes, avec un humour décapant et aimablement paternaliste. C’est avec les frères Moutin qu’il revient en Haute-Garonne. En avant la musique!

alt

Ken Vandermark & Paal Nilssen-Love / Piak

Un Pavé dans le Jazz / Théâtre du Pavé, Toulouse, 26 octobre 2013 Ce soir à Toulouse, Dianne Reeves assurait la conclusion du festival Jazz sur son 31, à la prestigieuse Halle aux Grains. L’association Un Pavé dans le Jazz proposait aux spectateurs les plus audacieux une alternative vivifiante avec le duo du Chicagoan Ken Vandermark et du Moldensen (de Molde, c’est en Norvège) Paal Nilssen-Love, avec en première partie un trio du terroir. 

alt

Chicago Creative Music meets the French Free Improv underground

Porte de la Fontaine, Toulouse, 17 octobre 2013. Ne s’insérant dans le cadre d’aucun festival, ce concert aux configurations inédites est né de l’initiative conjointe du batteur Michael Zerang et du bassiste Heddy Boubaker, en marge du projet « The Bridge » qui s’est tenu la veille dans la ville rose (et dont l’occurence inaugurale a été relatée par Franck Bergerot sur ce même blog). Un bouche-à-oreille sans tapage et le nom des invités-surprise tenu secret jusqu’à la dernière minute n’ont pas empêché les spectateurs de se bousculer au portillon, les retardataires se voyant refuser l’accès à la cave de la petite pizzeria… Au sous-sol, pour les autres, ce fut un grand moment de bonheur…

alt

Aurora hourrah!

     « Trois des plus grands musiciens de la planète » selon le guitariste Joe Morris, qui en connait un rayon. A en juger par le concert triomphal qu’ont donné Agustí Fernández (p), Barry Guy (b) et Ramon López (d), on ne le contredira pas…