Actuellement en kiosque

Le Jazz Live

classés dans: Non classé

Pour dire adieu à Jacques Bisceglia

Jacques Bisceglia est décédé le vendredi 1er mars à l’hôpital, des suites d’une longue maladie neurologique dégénérescente qui avait commencé par le priver de la parole, lui qui avait tant le goût de communiquer, d’argumenter, de polémiquer, animé par qu’il était par l’amour du jazz et d’une certaine vérité. Non pas qu’il ait été de ces intégristes qui savent enfermer le “vrai” jazz dans une définition étriquée. Son amour du jazz était très large et allait du dixieland au free radical.

classés dans: Non classé

La fête à Texier au Théâtre du Châtelet

Je rentre de “la fête à Texier” au Théâtre du Châtelet, cet “Equanimity Meeting” produit par François Lacharme alors que la seconde partie de la grande interview du contrebassiste réalisée par Stéphane Olliver arrive en kiosque dans notre numéro de mars (Youn Sun Nah en Une). Atmosphère des grands soirs, public averti au 1er balcon où musiciens, critiques, réalisateurs se congratulent comme des confrères. Et les autres? Le vrai public. Il est là aussi, nombreux, et tous partage le bonheur  de venir fêter le bonhomme Texier et cette espèce de magie…

classés dans: Non classé

David Enhco, Julien Soro et autres oiseaux

« 1er mai 1916 : Réveillé à 5 heures, raconte Jacques Delamain dans son Journal de guerre d’un ornithologue. Tous les oiseaux familiers sont là, dans la petite vallée au-dessus de laquelle les obus passent et repassent. […] Un Rossignol des murailles, un mâle très beau, entre dans un petit trou du mur. La femelle ramasse à terre des racines sèches, pour bâtir son nid. […] Le soir, avant la tombée de la nuit, un Bruant jaune fait entendre son “tsi-tsi-tsi-tsi-tsi-tîh ». Et le 6 mai : « Un Hypolaïs polyglotte chante sous des coups de 90. Je remarque pourtant qu’une interruption de deux ou trois secondes a lieu aussitôt après la détonation, mais pas toujours. Par contre la Fauvette des jardins ne suspend pas sa petite strophe commencée sous un coup de 90. » Depuis que je connais les écrits de Jacques Delamain, je rêve de savoir décrire les concerts auxquels je me rends avec sa simplicité et sa précision. Hélas…

classés dans: Non classé

Ping Machine à l’Ermitage

Si vous étiez parisien hier, c’est là qu’il fallait être. D’ailleurs, le public le savait : l’Ermitage était plein comme un œuf. J’exagère ? Pas vraiment, si l’on considère qu’un œuf n’est jamais plein mais que, entre les membranes coquillières interne et externe, il existe toujours une chambre à air. Sans laquelle, ça deviendrait irrespirable… 

classés dans: Non classé

Jef Lee Johnson, la magie intacte

Ainsi, en ce soir d’hiver à Sons d’Hiver, Jef Lee Johnson alias Rainbow Crow n’était donc plus des nôtres. Mais grâce à l’amour vrai de Reggie Washington pour le blues arc-en-ciel de son compagnon de route envolé, sa magie résonnait à travers les cordes d’un autre guitariste singulier : Jean-Paul Bourelly.

classés dans: Non classé

Pierre Durand à l'Improviste: Around Nola n°4

Hier 22 février, Pierre Durand présentait le quatrième volet de sa résidence “Around Nola” sur la Péniche l’Improviste où il invitait le contrebassiste Patrick Laroche et le saxophoniste alto Esteban Pinto Gondim. Début de concert en solo dans le bayou louisianais puis remontée vers le Nord est ses standards.

classés dans: Non classé

Le Cube d’Alban Darche à l’Improviste

Ce soir 22 février à 18h30, à Paris au showroom (appelons ça l’espace d’exposition, même si ce lieu accueille des saxophonistes du monde entier lorsqu’ils sont de passage à Paris) du fabricant de saxophones et clarinettes Selmer, on pourra entendre le Cube. Soit le trio d’Aban Darche si l’on considère qu’il en est l’unique compositeur, dans les faits le collectif associant le saxophoniste depuis plus de 10 ans au contrebassiste Sébastien Boisseau et au batteur Christophe Lavergne. Ils sont venus à Paris présenter leur disque “Frelon rouge” et l’on pouvait les écouter hier sur la Péniche l’Improviste, un concert qui donne tort à ceux qui bouderaient ce soir leur prestation à la maison Selmer (18, rue de la Fontaine au Roi). Et pourquoi donc ?

classés dans: Non classé

Le Kidd de New Orleans s'impose sur le ring de Sons d'hiver

Un pur hasard ? Un effet de continuité recherché dans la programmation ? Toujours est-il que dans cette salle de la mairie de St Mandé marqué d’enluminures de plafonds aux teintes claires, certains spectateurs fidèles à Sons d’hiver peuvent alors se  souvenir d’ avoir vu un saxophoniste au nom lui aussi emblématique de l’activité jazz d’une cité des Etats-Unis célébrer, par le biais d’une improvisation débridée, le son de sa ville. Il y a deux ans c’était de Chico Freeman qu’il s’agissait portant ici même le sceau du Chicago sound. Ce soir c’est au tour de Kidd Jordan de faire résonner l’écho d’un ténor « madness » restituant l’empreinte très actuelle imprimée par cet instrument à La Nouvelle Orléans.

classés dans: Non classé

Nicole Mitchell et Joëlle Léandre : les belles duelles

Jazz@home, c’est la très bonne idée de Bertrand Gastaut, qui convie quelques fidèles à écouter le plus contemporain du jazz en appartement privé. Le mot jazz ne désigne d’ailleurs plus que les racines d’une arborescence de plus en plus foisonnante, de plus en plus riche. Démonstration le 20 février à Paris, chez Michel Dorbon, le très productif producteur du label Rogue-Art, avec la flûtiste Nicole Mitchell et Joëlle Léandre, qu’on ne présente plus.

classés dans: Non classé

Loin d'être blasé de Blaser !

Les trombonistes de l’envergure de Samuel Blaser ne sont pas légion. Il combine en effet perfection technique et un goût certain pour l’expérimentation. Il ne fallait pas laisser passer l’occasion de l’entendre en concert.