Duc des Lombards

Un soir aux clubs

Ce soir, 24 octobre, rentrant du décoiffant Tubafest d’Andy Emler, François Thuillier et leurs amis, dont Annie-Claire Alvoët (de ses pinceaux) et Jean-François Mondot (de sa plume) ne tarderont pas à vous rendre compte sur cette page, j’ai erré (rapidement, en attendant l’heure de mon dernier RER) rue des Lombards. Au Duc, les envolées mystiques… Lire la suite »

Becca Stevens à Paris (bis)

Voilà, voilà… Le compte rendu promis ce matin avant de partir à l’école, arrive à temps pour vous donner envie (ou pas) d’aller écouter Becca Stevens demain soir, 23 octobre, au Duc des Lombards (avec, en complément d’information, Le Concert du jour présenté par Laure Albernhe à midi sur TSF Jazz).

Un mardi avec Carmen Lundy

Ecouter une heure durant la chanteuse américaine Carmen Lundy accompagnée par un remarquable trio dont Patrice Rushen est la perle rare : une belle surprise, un set de jazz “en chanté” d’une rare élégance.

Becca Stevens à Paris

Une erreur de programmation comme il arrive parfois aux professionnels qui programment quotidiennement tout au long de l’année a vu Becca Stevens débarquer à Paris pour monter sur la scène du Duc des Lombards déjà occupée par Carmen Lundy. La radio TSF Jazz en a profité pour offrir un concert privé de son quartette à ses auditeurs en début d’après-midi ce mardi 21 octobre (pour qui est plus malin que moi, ça doit bien être podcastable sur le site de TSF) et le trompettiste David Enhco offrait le soir-même, dans son appartement un autre concert privé à ses amis, en attendant les deux concerts publics de Becca Stevens du jeudi 23 octobre au Duc des Lombards. C’est demain!

Ambrose live et nature au Duc

La une et une interview très dense dans Jazz MagJazzman, papier dans Libé, annonce dans journaux et magazines, textos, mails d’impressions et d’avis reçus en rafale. Plus l’info (vérifiée) qu’une ribambelle de VIP, musiciens, agents, critiques étaient présents lors des deux premiers jours de concerts au Duc. Bref le big évènement en club à Paris quoi. Arrivé au dernier soir, aller écouter Ambrose sans avoir la pression ou les neurones chargés de références pouvait paraître difficile. Et pourtant…

Jack DeJohnette Spring Quartet au Châtelet, Ambrose Akinmusire au Duc

Ce soir 15 avril, le Spring Quartet de Jack DeJohnette donnait au Théâtre du Châtelet le dernier concert d’une longue tournée européenne. À 150 mètres de là, Ambrose Akinmusire Quintet présentait au Duc de Lombards, non pas la musique de son merveilleux dernier disque, mais la musique de son quintette régulier non moins merveilleux.

Soir de tempête rue des Lombards : Blaser, Toulon, Widemann

Le 6 février dernier, rue des Lombards, Samuel Blaser jouait en quartette la musique Guillaume de Machault au Duc, Rémi Toulon réinventait le trio au Sunside, le quartette de Benoît Wideman groovait au Baiser Salé et Franck Bergerot errait d’un club à l’autre en attendant Qumaira.

Pierre de Bethmann et Kneebody rue des Lombards

Hier matin, le mot « jâze », prononcé sur France Culture, dans la rubrique de “Ce qui nous arrive en musique” pour nous présenter La Chanson des jumelles de Michel Legrand chantée par Anne Sofie von Otter (une interprétation dont on voit mal en quoi “ça nous arrive” aujourd’hui si l’on a en tête la version d’Anne Germain et Claude Parent) et nous signaler qu’Anne Sofie von Otter pouvait aussi faire de la chanson “jâze”. Tout comme on apprenait l’autre jour que Jay Jay Johanson était influencé par Chet Baker (on aura compris, par la voix, non par la trompette, le phrasé, le placement rythmique et harmonique…). Voilà à quoi se réduit aujourd’hui toujours un peu plus le jazz. Je me suis dit qu’il était temps d’aller faire un tour rue des Lombards. Au programme, le Medium Band de Pierre de Bethmann au Duc des Lombards et le groupe Kneebody au Sunside.

alt

Professor Modeliste au Duc

Vous auriez dû venir hier après-midi à la masterclass organisée par le Duc des Lombards. Nous y écoutions tous sagement (et passionnément) l’un des maîtres de la batterie néo-orléanaise, Joseph Modeliste, dont le surnom, “Zigaboo”, fait sourire les jolies femmes et les enfants.