JAZZ à COUCHES : QUE LA FÊTE (RE)COMMENCE !

09 Jul 2021 #Festivals

Après une année sans festival, Couches renouait avec l'histoire de cette manifestation plus que trentenaire, et commençait par un événement, avec l'Orchestre des Jeunes de l'O.N.J., co-dirigé par Franck Tortiller & Jean-Charles Richard, et en bouquet final de cette première soirée un jam session qui rassemblait cet orchestre et une bonne partie du Big Band de Couches.

En fin d’après-midi, sous la chapiteau du terrain de rugby (autrement appelé ‘Zone de loisirs’), l’Orchestre des Jeunes fait de dernières mises au point, de son et de musique, sous la houlette de Jean-Charles Richard, co-pilote de ce projet, avec Franck Tortiller : l’orchestre joue le répertoire concocté par Franck pour l’O.N.J. pendant son mandat de directeur artistique. Voir les infos sur ce projet, et le compte-rendu d’un concert confiné (sans public) en janvier dernier au studio de l’O.N.J. pour une captation vidéo. Tous les détails, et lien vers la vidéo, ici même sur le site de Jazz Magazine.

Puis Franck Tortiller prend la relève pour faire répéter le final de la soirée : la rencontre de l’Orchestre des jeunes et de 9 membres du Big Band de Couches pour un ‘bœuf’ (une jam session). Une rencontre entre ces jeunes professionnels et de fervents amateurs, avec en invités de marque Jean-Charles Richard au soprano et François Corneloup au baryton.

Puis le public arrive, dès 19h, car on se restaure, et l’on déguste les vins du Couchois (et des environs : Maranges….) ; avec modération, comme il se doit. Les Sourdines à l’huile, orchestre de jazz classique tendance ‘vieux style’ donne l’aubade aux dîneurs. Très bon groupe, présent sur le site du festival chaque année depuis plusieurs décennies.

On retrouvera Les Sourdines à l’huile un peu avant 21h, sous le chapiteau, devant la scène, pour accueillir le public du concert et le faire patienter. Stéphane Desvignes, trompettiste du Big Band de Couches, et président de l’assosiation ‘Jazz à Couches’, présente la soirée, et dédie le festival à la mémoire de Roger Bouthenet, dit ‘Fonfons’, maçon et vigneron, pilier du festival et du big band. Il est mort fin juin, à l’âge de 93 ans. Ces dernières années, il était encore sur scène au sax alto dans le big band. Ci-dessous, il est au centre, en juillet 2015, encadré par deux autres vignerons : à droite Yves Boyer au ténor, et à gauche Jean-Claude Royet, à l’alto.

L’ORCHESTRE des JEUNES de l’O.N.J.

sous la direction musicale de Franck Tortiller et Jean-Charles Richard.

Léa Stuber (chant), Antoine Martin (saxophones alto & soprano), Léa Ciechelski (saxophone alto), Baptiste Pfaff & Juliette Marçais (saxophones ténors), Baptiste Poulin (saxophone baryton), Florian Bonnin, Édouard Monnier, Pierre-Antoine Savoyat & Judith Lune Jansen (trompettes & bugles), Balthazar Bodin, Rose Dehors, Pierre-Francis Mionnet (trombones), Clément Roger (euphonium), Benjamin Garson (guitare électrique), Noé Clerc (accordéon), Moritz Preisler (piano), Aubérie Dimpre (vibraphone), Juan Villarroel (contrebasse & guitare basse), Oscar Georges (batterie)

Couches, chapiteau de la Zone de Loisirs, 7 juillet 2021, 21h

L’orchestre des Jeunes joue des pièces écrites ou arrangées par Franck Tortiller pour l’O.N.J. pendant son mandat de directeur artistique, de 2005 à 2008. Le concert commence comme il se doit par une Ouverture : introduction de piano, bientôt rejoint par la voix, puis par une trompette. Dialogues, répons, puis une solo de sax ténor qui va s’insérer dans l’orchestration. Ce sera une constante tout au long du concert : des parties écrites, serrées ou lyriques, de grands mouvements mélodiques, et un constant dialogue entre les solistes, de haut niveau, et les tutti de l’orchestre, conçus comme un écrin mais aussi comme un aiguillon, stimulant par des relances. Tout l’orchestre maîtrise ce récit musical foisonnant, avec ferveur et talent, et c’est de bout en bout un pur régal. Suit Landscape, écrit par Franck Tortiller pour son album de 2007 intitulé «Électrique», puis une valse (le compositeur-vibraphoniste-chef d’orchestre en fit naguère tout un programme). En présentant le titre suivant, Jean-Charles Richard, originaire de Mâcon, évoque sa première venue au festival comme tout jeune musicien (il avait alors 14 ans) dans un groupe piloté par Gérard Siracusa. On connaît sa brillante carrière, mais manifestement ce retour sur cette scène, pour co-piloter ce projet, est d’une forte charge émotionnelle.

C’est maintenant Franck Tortiller qui dirige : tempo d’enfer, richesse constante du dialogue entre solistes et sections ; ça barde ! Viendra ensuite une variation très libre autour d’Indifférence de Tony Murena. Une valse qui va bien vite tourner en une sorte de pugilat-funk couronné d’un solo de guitare plus qu’écheveulé, et d’un chorus de soprano effervescent. En présentant la valse suivante, Domino, Franck Tortiller va lui aussi évoquer la mémoire de Fonfons : à peine sorti de l’enfance, Franck faisait ses débuts de musicien dans un orchestre de bal, nommé ‘La Bourguignonne’, créé et dirigé par ce musicien amateur (qui fut également l’instigateur du Big Band de Couches). Et Franck avait joué Domino, dans une version probablement plus orthodoxe, au sein de cet orchestre de bal. Conclusion explosive enfin avec la relecture de Kashmir de Led Zeppelin : intro de guitare psychédélique et solistes aux trombones dans une atmosphère de tension maîtrisée et jubilatoire. Cet Orchestre des Jeunes de l’O.N.J. est décidément un groupe remarquable, dans l’interprétation d’arrangements souvent périlleux comme dans les parties solistes. Il donnera son ultime concert le 17 juillet au Crescent Jazz Festival de Mâcon, et la saison prochaine on confiera les rênes d’un nouvel orchestre, recruté parmi la fine fleur de la toute nouvelle génération (de France et d’ailleurs en Europe) par Frédéric Maurin le directeur artistique de l’O.N.J., Jean-Charles Richard, à un autre musicien : le prochain chef invité sera Denis Badault, pour diriger cette nouvelle phalange dans le répertoire qu’il avait composé lorsqu’il était à la tête de l’O.N.J., de 1991 à 1994.

Pour la jam session conclusive, l’Orchestre des Jeunes de l’O.N.J. est rejoint par une bonne partie du Big Band de Couches, sous la direction de Franck Tortiller.

Sylvain Augy & Stéphane Desvignes (trompettes), Philippe Choquet (trombone), Jean-Claude Royer & Fabien Esthor (saxophones altos), Richard Legouhy (saxophone baryton), Céline Guillemet (guitare), Mathieu Choquet (piano), Bernard Foudrot (batterie). Et en invités Jean-Charles Richard (saxophone soprano) & François Corneloup (saxophone baryton)

Couches, chapiteau de la Zone de Loisirs, 7 juillet 2021, 22h45

On commence du côté de West End Blues pour continuer dans des arrangements de blues dont le big band est familier. Ce sera ensuite une sorte de soul-funk explosif où les solistes du Big Band de Couches vont donner la réplique à leur jeunes confrères et consœurs dans une chaude ambiance : le pianiste de Couches fait un chorus à quatre mains avec celui de l’Orchestre des Jeunes, orchestre dont le bassiste fait une impro incendiaire, et de très haut niveau. On jubile, sur scène comme dans la salle. Une vraie belle soirée comme on les aime à Couches : musique de haut vol et partage chaleureux. Merci !

Xavier Prévost

L’orchestre des Jeunes de l’O.N.J. Jouera le17 juillet à Mâcon en clôture du Crescent Jazz Festival

https://www.lecrescent.net/copie-de-15-07-soiree-coups-de-coeur-1

Et le festival de Couches accueille pour conclure, en soirée, le samedi 10 juillet, Rhoda Scott et son Lady Quartet. Et l’après-midi un concert dégustation autour de Franck Tortiller & Misja Fitzgerald-Michel en duo. Joie, fête et convivialité, comme toujours…. 

Brève de jazz

Chick Corea s’en est allé

C’est avec une grande tristesse que nous venons d'apprendre la disparition du légendaire pianiste Chick Corea, à l'âge de 79 ans. Sideman inoubliable, leader à nul autre pareil, il n'avait jamais cessé de partager les musiques auxquelles il avait dédié sa vie.

Dispositif Jazz Migration

Musicien.ne.s, vous avez jusqu'au 15 janvier 2021 pour proposer votre candidature au dispositif Jazz Migration et bénéficier d'un accompagnement artistique et professionnel ainsi que d'une tournée en France et en Europe. https://jazzmigration.com/postuler/

Report du Festival Jazz Magazine

Compte-tenu de l’épidémie de Coronavirus et des décisions du gouvernement interdisant les réunions de plus de 100 personnes, nous sommes contraints de reporter le Festival Jazz Magazine, qui devait se tenir la semaine prochaine, les 19, 20 et 21 mars. Nous en sommes navrés, merci de votre compréhension et de votre soutien

EN KIOSQUE

20210801 - N° 740 - 100 pages

Les grands entretiens de Jazz Magazine menés par Stéphane Ollivier sont une référence en la matière, et pour notre rituel...